Identification

Essais

Le charme des penseurs tristes, Frédéric Schiffter

Ecrit par Arnaud Genon , le Vendredi, 15 Novembre 2013. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Flammarion

Le charme des penseurs tristes, août 2013, 165 pages, 17 € . Ecrivain(s): Frédéric Schiffter Edition: Flammarion

 

Triste drille

Le bonheur, nous disent les philosophes antiques, est le souverain bien, le but ultime de nos actions. La joie, selon les uns, en est un degré inférieur ou, selon les autres, constitue une forme d’existence supérieure au bonheur. En conséquence de quoi, la mélancolie, qui s’y oppose, s’en trouve généralement dépréciée. Cependant, la mélancolie mène à l’art, elle est considérée pour beaucoup – pensons à Proust – comme « la mère des muses » et le mélancolique, qui se caractérise par « un ralentissement de son être », a le pouvoir de mettre la réalité à distance, ce que ne peut le joyeux « dont la conscience s’oublie dans le présent ». Si les livres des penseurs tristes n’offrent « aucune consolation ou espérance », exercent-ils tout au moins un pouvoir de séduction, un véritable charme capable d’aérer notre esprit « en en chassant le Sérieux ». Car contrairement à ce que nous fait croire la doxa, « les penseurs tristes […] ne sont pas pour autant des penseurs de la tristesse [et] nous rendent le sourire ». Et c’est sur dix d’entre eux que Frédéric Schiffter se penche dans le présent essai, de Socrate à Roland Jaccard, figures qui « forment une aristocratie transhistorique de l’ennui – montrant par là l’éternité de la maladie du temps ».

L’Orient mystérieux et autres fadaises, François Reynaert

Ecrit par Fabrice del Dingo , le Mardi, 12 Novembre 2013. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Fayard, Histoire

L’Orient mystérieux et autres fadaises, octobre 2013, 430 pages, 23 € . Ecrivain(s): François Reynaert Edition: Fayard

 

Ottoman en emporte le vent

(ou Asie mineure et fa dièse)

 

François Reynaert doit aimer les fadaises. Il nous avait déjà enchantés avec Nos ancêtres les Gaulois et autres fadaises, le voilà qui réitère avec ce nouvel opus.

Résumer 2500 ans d’histoire en 400 pages n’est pas une mince affaire mais il possède l’art de simplifier ce qui paraît complexe. Il montre comment l’empire arabe connut son apogée et comment il déclina parce que l’islam, après avoir montré une grande ouverture d’esprit à l’égard des autres cultures, se sclérosa et se replia sur lui-même, notamment sous l’action néfaste de religieux tatillons qui, par exemple, mirent 200 ans pour accepter l’invention de l’imprimerie.

Le petit château de Diderot, Roger Bruyeron

Ecrit par Alhama Garcia , le Jeudi, 07 Novembre 2013. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Hermann

Le petit château de Diderot, Entretien d’un philosophe avec son ombre, juillet 2013, 18 € . Ecrivain(s): Roger Bruyeron Edition: Hermann

 

On croit connaître les grandes lignes de l’épopée intellectuelle de l’Encyclopédie, l’extraordinaire impact sur les courants de pensée, le rôle moteur des philosophes qui, sur deux longues décennies, interrompues par les abandons, la censure royale, ont osé s’y impliquer ; l’originalité dans son approche des techniques, son importance accordée à l’image… mais la richesse des thèmes abordés est inépuisable du fait même des changements de perspective que notre regard critique, évoluant par définition, suscite. Et le travail de fond sur un seul article, avec toutes les passerelles possibles, est une méthode certainement efficace.

Un simple article comme celui de Jouissance, qui aurait été mal ou non lu il y a cinquante ans prend avec les changements sociétaux des significations différentes. C’est la richesse de ces textes qui, les générations passant, se font littéralement re-lire, qui découvrent leur propre capacité à susciter l’émotion et la réflexion dans la nouvelle approche qu’en fait une société autre. Car ne nous trompons pas : les mœurs passées nous sont opaques, et nous aurions sans doute autant de mal à jouer les chrononautes sous Louis XV que du temps de Tibère.

Le pique-nique des vautours, Greg Palast

Ecrit par Adrien Battini , le Mercredi, 06 Novembre 2013. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Denoël

Le pique-nique des vautours, traduit de l’anglais par Laetitia Bianchi et Raphaël Meltz, septembre 2013, 528 pages, 25 € . Ecrivain(s): Greg Palast Edition: Denoël

 

On ne peut guère accuser Greg Palast de brandir l’illusion de la sacro-sainte objectivité pour protéger la virginité rigoriste de son enquête. Point de neutralité axiologique ou autre prudence déontologique, puisque l’évangile selon Palast divise notre monde en deux catégories : EUX et NOUS. Partant de ce postulat binaire, Le pique-nique des vautours s’appréhende comme un combat de boxe titanesque, quoique déséquilibré, entre le champion toutes catégories (eux) et un petit challenger teigneux et accrocheur (lui).

Derrière ce « EUX » qui anime la vindicte du journaliste, se rassemblent les plus grandes multinationales contemporaines, qu’elles relèvent du secteur du pétrole (BP, Chevron, Enron) de l’énergie (Shaw, NRG, Nina) ou de la finance (Goldman Sachs, JP Morgan et autres hedge funds). En dépit d’une structure éparpillée, les mérites de cette enquête à charge sont multiples. En revenant sur un certain nombre de catastrophes écologiques (Katrina, Fukushima, les marées noires), Greg Palast démontre la responsabilité des grands groupes qui sacrifient les normes de précaution au nom de la rentabilité. En révélant des corrélations insoupçonnées, le journaliste ré-humanise et donc re-politise ce que le sens commun attribuerait au fatalisme naturel et/ou providentiel.

Puissance de la douceur, Anne Dufourmantelle

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Jeudi, 17 Octobre 2013. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Payot

Puissance de la douceur, Editions Manuels Payot, août 2013, 160 pages, 15 € . Ecrivain(s): Anne Dufourmantelle Edition: Payot

 

En France aujourd’hui, nous ne sommes heureusement pas en période de guerre armée. Mais une guerre sourde est à l’œuvre qui provoque des effets sournois sur les mentalités, sur la population et sur la société toute entière. Nous sommes en butte à une idéologie de la compétition à outrance, à une compétitivité sans fin, à une envie effrénée de possession, à une rentabilité obligée, à un chômage inquiétant, à un écart de plus en plus grand entre les revenus, à un repli sur soi de mauvais aloi, à une technologie dévorante qui délite le lien social, à une communication automatisée où la machine remplace de plus en plus l’échange de paroles, à une manipulation du discours médiatique qui nous oblige à penser en rond avec des mots édulcorés et standardisés.

Dans une époque de violence pulsionnelle où l’argent et la science sont devenus des signifiants maîtres, le livre d’Anne Dufourmantelle qui s’intitule Puissance de la douceur ne peut qu’étonner, nous paraître étrange et même faire scandale pour certains. Aujourd’hui, que peut encore signifier ce mot de « douceur » et comment peut-on lui associer le mot « puissance » ? En effet, l’union de ces deux mots peut apparaître de prime abord comme un oxymore. Tout l’essai va être une démonstration de la pertinence de ce titre.