Identification

Essais

Koltès dramaturge, Anne-Françoise Benhamou

Ecrit par Marie du Crest , le Mardi, 25 Mars 2014. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Théâtre, Les solitaires intempestifs

Koltès dramaturge, février 2014, 240 pages, 15 € . Ecrivain(s): Anne-Françoise Benhamou Edition: Les solitaires intempestifs

 

Retour à Koltès

Anne-Françoise Benhamou écrit, dans l’une de ses contributions réunies dans le volume Koltès dramaturge, que l’œuvre de ce dernier a connu une sorte de purgatoire après sa mort. Jean-Luc Lagarce, son cadet de dix ans, et la scène contemporaine d’une autre manière ont pour un temps oblitéré celui qui à partir de la fin des années soixante-dix et pendant les années quatre-vingt fut sans doute le plus important des dramaturges français, mis en scène par Patrice Chéreau, Peter Stein.

Il était donc temps de revenir à lui. La pièce Dans la solitude des champs de coton est-elle ainsi inscrite au programme d’admission du concours d’entrée à l’ENS, cette année. Diverses parutions viennent nourrir cette année éditoriale faste (Christophe Bident : Koltès, le sens du monde, ou François Bon : Pour Koltès, publiés aux Solitaires intempestifs). La disparition il y a quelques mois de Patrice Chéreau ajoute à la nécessité de comprendre le parcours de Koltès et de « son » metteur en scène, convoqué de manière émouvante dans le recueil d’Anne-Françoise Benhamou : elle reprend en effet un entretien qu’elle avait eu avec Chéreau et son assistant (de 1981 à 1988) Claude Stratz, mort en 2007, pendant les répétitions de Dans la solitude des champs de coton en 1995.

Théorie de la carte postale, Sébastien Lapaque (2ème critique)

Ecrit par Lionel Bedin , le Jeudi, 20 Mars 2014. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Actes Sud

Théorie de la carte postale, février 2014, 112 pages, 10 € . Ecrivain(s): Sébastien Lapaque Edition: Actes Sud

On le sait : les idées et les questions viennent en marchant… Au début du récit, un homme flâne dans les rues du Quartier Latin et se demande comment, parmi ses projets d’écriture – « des projets, il n’avait que cela, des livres qu’il voulait écrire et des livres qu’il n’écrirait jamais » – il pourrait avancer dans sa Théorie de la carte postale, un livre à « l’image encore un peu floue. Il en possédait la mélodie, mais en cherchait l’harmonie ».

Tout au long de ce petit livre amusant, qui part dans plusieurs directions – exemples de cartes postales retrouvées, textes réels et textes à inventer, histoire de l’aéropostale… – il s’agit d’une réflexion en cours, dans le but d’écrire un livre sur la carte postale… – nous suivrons le marcheur-auteur dans ses recherches et réflexions. Qu’est-ce qu’une carte postale ? Qu’est-ce qu’elle n’est pas ? Quelle est son utilité, ou sa finalité ? Quelle est la poésie qui sourd d’une carte postale ? Écrire une carte postale est-il un « acte de résistance » ? Est-ce qu’on écrit une carte postale avec des idées ou avec « des mots, des jolis mots de tous les jours » ? Écrire une carte postale, est-ce un devoir ou un jeu ? Un emploi ou un passe-temps ? Quand l’écrire, où, à qui, comment, pourquoi ? « Au verso, Chambord, la chapelle Sixtine, le Corcovado, Guernica, la Joconde (…) ; au recto, pain, carottes, huiles d’olive, lait, câpres, moutarde, citrons, tomates, côtes d’agneau ».

Film ist., La pensée visuelle selon Gustav Deutsch, Livio Belloï

Ecrit par Alhama Garcia , le Dimanche, 16 Mars 2014. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, L'Âge d'Homme

Film ist., La pensée visuelle selon Gustav Deutsch, juillet 2013, 25 € . Ecrivain(s): Livio Belloï Edition: L'Âge d'Homme

 

Si l’on en croit les « vues » d’un site web bien connu, nous sommes relativement peu nombreux à avoir regardé les quelques extraits disponibles de Film ist. 7-12, de Gustav Deutsch. De quoi s’agit-il, et quel est le sens de l’ouvrage que lui consacrent Livio Belloï et les Editions l’Âge d’Homme ?

Architecte de formation, Gustav Deutsch s’intéresse à partir des années 90 au procédé du found footage, qui consiste à chercher dans l’immense stock d’archives du cinéma depuis ses origines des éléments choisis pour recréer à travers un montage élaboré un sens autre que celui du support dont ils ont été extraits.

Gustav Deutsch n’est pas le seul ni le premier à se lancer dans un tel projet. Le concept de montage est en quelque sorte consubstantiel au cinéma dans sa genèse historique. Le simple fait de coller à la suite deux bobinos de nitrate de cellulose de trois minutes offre au « spectateur » par la succession-juxtaposition des deux fragments un sens supplémentaire à celui des fragments isolés. Très rapidement, les bobinos eux-mêmes ont été coupés pour y intégrer des éléments discontinus mais qui du fait de leur contiguïté créaient une continuité narrative.

La cigarette et le néant, Horace Engdahl

Ecrit par Michel Host , le Samedi, 15 Mars 2014. , dans Essais, Les Livres, Livres décortiqués, La Une Livres, Pays nordiques, Récits, Serge Safran éditeur

La cigarette et le néant, traduit du suédois par un atelier de traducteurs, sous la direction d’Elena Balzamo (1), 158 pages, janvier 2014, 17 € . Ecrivain(s): Horace Engdahl Edition: Serge Safran éditeur

 

 

Mon précis, mon viatique

« Que me recommandez-vous ?, dis-je à la serveuse chinoise.

– Mais je ne vous connais pas, je ne peux rien vous recommander, me répond-elle. Sans le savoir, elle a, en un clin d’œil, réfuté toutes les utopies », Horace Engdahl

 

Une lecture est une aventure personnelle, sinon « à quoi bon ? »

Michel Host

Les Plateaux de la Balance, Ernest Hello (1880)

, le Jeudi, 06 Mars 2014. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Les Plateaux de la Balance, Ernest Hello. Ebook. Format Kindle. 233 p. 4,81 €. Amazon . Ecrivain(s): Ernest Hello

 

En voici un qui émancipa avec panache l’apologie de la foi catholique de sa tiédeur pascalienne. Écrivain mystique et solitaire, Ernest Hello (1828-1885) fut, avec Louis Veuillot, une plume d’une insigne véhémence dans la lutte contre l’impiété galopante du dix-neuvième siècle finissant. Le personnage fut pourtant marginalisé ; injustement, il fut dédaigné de l’Eglise elle-même, qui le prenait pour quelque exégète déviant, alors qu’il s’évertuait à en être le porte-étendard, voire le martyr ; les critiques le moquèrent aussi, et ne virent en lui qu’un lamentable bigot illuminé, non sans talent, certes, mais d’une religiosité trop fervente pour mériter quelque renom (cf. Le IIe Livres des Masques, R. de Gourmont).

Ses écrits témoignent, de fait, d’une croyance en Dieu totale, éperdue, violente parfois. Léon Bloy, dans Un Brelan d’Excommuniés (1889), s’il reconnaît l’influence de Hello sur sa propre pensée, n’en intitule pas moins le chapitre qui le concerne : « Le Fou ».