Identification

Essais

Film ist., La pensée visuelle selon Gustav Deutsch, Livio Belloï

Ecrit par Alhama Garcia , le Dimanche, 16 Mars 2014. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, L'Âge d'Homme

Film ist., La pensée visuelle selon Gustav Deutsch, juillet 2013, 25 € . Ecrivain(s): Livio Belloï Edition: L'Âge d'Homme

 

Si l’on en croit les « vues » d’un site web bien connu, nous sommes relativement peu nombreux à avoir regardé les quelques extraits disponibles de Film ist. 7-12, de Gustav Deutsch. De quoi s’agit-il, et quel est le sens de l’ouvrage que lui consacrent Livio Belloï et les Editions l’Âge d’Homme ?

Architecte de formation, Gustav Deutsch s’intéresse à partir des années 90 au procédé du found footage, qui consiste à chercher dans l’immense stock d’archives du cinéma depuis ses origines des éléments choisis pour recréer à travers un montage élaboré un sens autre que celui du support dont ils ont été extraits.

Gustav Deutsch n’est pas le seul ni le premier à se lancer dans un tel projet. Le concept de montage est en quelque sorte consubstantiel au cinéma dans sa genèse historique. Le simple fait de coller à la suite deux bobinos de nitrate de cellulose de trois minutes offre au « spectateur » par la succession-juxtaposition des deux fragments un sens supplémentaire à celui des fragments isolés. Très rapidement, les bobinos eux-mêmes ont été coupés pour y intégrer des éléments discontinus mais qui du fait de leur contiguïté créaient une continuité narrative.

La cigarette et le néant, Horace Engdahl

Ecrit par Michel Host , le Samedi, 15 Mars 2014. , dans Essais, Les Livres, Livres décortiqués, La Une Livres, Pays nordiques, Récits, Serge Safran éditeur

La cigarette et le néant, traduit du suédois par un atelier de traducteurs, sous la direction d’Elena Balzamo (1), 158 pages, janvier 2014, 17 € . Ecrivain(s): Horace Engdahl Edition: Serge Safran éditeur

 

 

Mon précis, mon viatique

« Que me recommandez-vous ?, dis-je à la serveuse chinoise.

– Mais je ne vous connais pas, je ne peux rien vous recommander, me répond-elle. Sans le savoir, elle a, en un clin d’œil, réfuté toutes les utopies », Horace Engdahl

 

Une lecture est une aventure personnelle, sinon « à quoi bon ? »

Michel Host

Les Plateaux de la Balance, Ernest Hello (1880)

, le Jeudi, 06 Mars 2014. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Les Plateaux de la Balance, Ernest Hello. Ebook. Format Kindle. 233 p. 4,81 €. Amazon . Ecrivain(s): Ernest Hello

 

En voici un qui émancipa avec panache l’apologie de la foi catholique de sa tiédeur pascalienne. Écrivain mystique et solitaire, Ernest Hello (1828-1885) fut, avec Louis Veuillot, une plume d’une insigne véhémence dans la lutte contre l’impiété galopante du dix-neuvième siècle finissant. Le personnage fut pourtant marginalisé ; injustement, il fut dédaigné de l’Eglise elle-même, qui le prenait pour quelque exégète déviant, alors qu’il s’évertuait à en être le porte-étendard, voire le martyr ; les critiques le moquèrent aussi, et ne virent en lui qu’un lamentable bigot illuminé, non sans talent, certes, mais d’une religiosité trop fervente pour mériter quelque renom (cf. Le IIe Livres des Masques, R. de Gourmont).

Ses écrits témoignent, de fait, d’une croyance en Dieu totale, éperdue, violente parfois. Léon Bloy, dans Un Brelan d’Excommuniés (1889), s’il reconnaît l’influence de Hello sur sa propre pensée, n’en intitule pas moins le chapitre qui le concerne : « Le Fou ».

Le Voyage des mots, Alain Rey

Ecrit par Valérie Debieux , le Jeudi, 06 Mars 2014. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Le Voyage des mots, de l’Orient arabe et persan vers la langue française, Guy Trédaniel Editeur, calligraphies de Lassaâd Metoui, octobre 2013, 446 p. 29,90 € . Ecrivain(s): Alain Rey

 

Les mots, un univers complexe, riche, coloré, chargé d’Histoire et d’histoires, une constellation de sons et d’onomatopées visant à appréhender tout ce qui compose l’Homme et tout ce qui l’entoure, qu’il s’agisse d’éléments abstraits et/ou concrets ; les mots, héritages vivants d’un passé plus ou moins lointain, vestiges de civilisations aujourd’hui disparues, témoins de la diversité culturelle, vecteurs de savoir et de partage.

Les mots voyagent. Sans ticket de transport, ni bagages. Ils accompagnent l’Homme dans toutes ses pérégrinations, par voie terrestre et maritime et, par tous les temps. La soie n’est pas seule à avoir emprunté la route éponyme du même nom ; les mots ont, eux aussi, pris part à ces convois, contourné des déserts, franchi des montagnes, suivi des pistes chaotiques, fait halte dans des oasis et traversé des villes, en passant par des contrées comme l’Inde, la Perse, l’Asie centrale et des cités comme Samarkand, Tyr et Constantinople, pour arriver en Afrique du Nord et en Europe.

Quelques mots, quelques voyages.

Lautréamont, Marcelin Pleynet

Ecrit par Alhama Garcia , le Lundi, 03 Mars 2014. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard

Lautréamont, Gallimard Collection Tel, juin 2013, 224 pages, 12 € . Ecrivain(s): Marcelin Pleynet Edition: Gallimard

 

Se pourrait-il que parmi les lecteurs de La Cause Littéraire, certains osent avouer n’avoir jamais lu Lautréamont ? Le jeune âge fait beaucoup pardonner, mais il y a des limites à la magnanimité, à la patience… juste avant le désespoir.

Cette réédition de l’ouvrage de 1967 (collection Ecrivains de toujours) de Marcelin Pleynet éclaire un texte quelque peu obscurci (paradoxal, non ?) par des travaux de linguistique fort intéressants par ailleurs mais qui ne satisfont guère l’amateur de poétique (et de poésie). Il règle le sort de l’apport de la biographie, à peine plus riche que celle d’Archiloque ; et par des approches successives d’abondantes citations, nous présente les rares problématiques qui restent ontologiquement, pourrait-on dire, attachées au texte. Un des intérêts majeurs de son travail de 67 (et il l’est toujours) est le rapprochement entre les Chants et les Poésies, les deux textes se répondant par diverses passerelles.