Identification

L’amour est une géographie intérieure, Elysabeth Loos

Ecrit par Patrick Devaux 26.03.18 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Essais, Nouvelles

L’amour est une géographie intérieure, éd. Le Coudrier, 2018, 121 pages, 16 €

Ecrivain(s): Elysabeth Loos

L’amour est une géographie intérieure, Elysabeth Loos

 

Qu’importent les situations de temps, de lieu ou d’action dans ce que l’auteur annonce comme étant « des carnets de deuil ».

Ecrits par à-coups, hoquets, comme pour gérer, à petites doses progressives, le choc, à moins que cela ne soit le contraire et que la série de textes courts ne résulte de la brutalité de l’évènement.

En tout cas, l’auteur conjure la cendre. Son amour se fait urne funéraire, dépositaire de souvenirs : « Mes mains ne cherchent pas à toucher, pas à sentir la masse. Le corps ne pèse rien. A peine le poids de la peine. Il n’est pas besoin de le peser ».

Le vide se remplit d’une présence placardée jusque dans les détails. Les lieux deviennent obsessionnels. L’alchimie fonctionne à restituer : « Dans les grimoires du temps, je refais ce qu’il a défait. Je bande sa chair calcinée ».

C’est que « l’amour est une géographie intérieure ». L’espace doit être réorganisé de manière à remodeler, quasi membre par membre, jusqu’à ce que le souvenir reprenne vie.

Selon elle-même, l’auteur se sent « apatride au pays des mots ». Et comment ne pas songer au recueil fort du poète Gérard Prévot, Prose pour un apatride, poète ayant comblé une solitude du même genre (mais il ne s’agit pas d’un évènement identique), devant la mer, et aussi à Ostende ?

Le choc de la brutalité du départ de l’être aimé est universel. La mort, apatride elle aussi, abroge l’état de lieu de cette forme littéraire restituée en puzzles de situations.

Nous sommes au-delà du souvenir et parfois même avec une dosette d’humour qui m’a parfois fait penser, à travers les références historiques (pour abolir l’état de « temps » ?), à des personnages de cire remodelés comme pour être mis au musée de l’Eternité.

La question du « pourquoi ? » achève souvent la courte pratique d’un texte révélant un instant. Au contraire de son souvenir, l’auteur vit d’une présence restituée dans une unité de temps qui ne sera plus. L’étendue a remplacé l’état de lieu pour s’éterniser : « Les trous sont trop grands, rien ne reste, même pas la trace de mes pas dans les siens ».

Le souvenir se fait persistant autant que la dérision de tout vocabulaire pour l’énoncer : « Le temps qui passe est un leurre. Il n’efface rien, ni le chagrin, ni les grains de l’existence. L’amour est une géographie intérieure ».

La mort se fait discrète jusque dans la « belgitude » des crevettes d’Ostende : « Je m’enroule le cœur dans mon écharpe tricolore et je prends l’eau, comme à Ostende on prend une bière ambrée, quatre cadavres de crevettes roses dans une soucoupe ». Ainsi, faut-il accepter la colère de l’évènement, le foudroiement : « J’étais là. Et bien sûr, jamais je n’aurais pu empêcher le métro de voler en éclats, le monde de s’enliser ou l’allumette de craquer », l’évènement personnel étant assimilé aux actes ou catastrophes universellement imprévisibles.

Le corps, lui aussi, va se faire géographique, universel jusqu’à des lieux différents comme monter ou descendre en rappel dans le corps du disparu, évoqué à chaque étape du récit : « Je sais sa douleur, qu’elle était sienne et qu’il n’a pas trouvé d’autres façons d’écarter les barreaux de sa cage ». L’absence est souvent évoquée très physiquement, voire sexuellement, en symbiose, comme : « J’ai le corps à marée basse. Il ne m’est plus rien. Plus rien depuis que j’ai perdu l’émoi de mon corps face au sien ».

Splendides « carnets de deuil » écrits comme des souvenirs de voyage. Elysabeth ne sait pas encore quand elle posera ses valises avant de conclure : « Je comprends qu’il n’y a rien à comprendre. Rien.

Rien qu’à aimer ».

Comment, en effet, ne pas lui donner raison ?

 

Patrick Devaux

 


  • Vu : 1416

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Elysabeth Loos

 

Née en 1961, Elysabeth Loos explore le monde par le biais de l’écriture.
Diplômée en langues germaniques ainsi qu’en journalisme et communication, elle enseigne aujourd’hui le néerlandais en poursuivant une activité bénévole de critique théâtrale pour une radio universitaire. Son goût pour l’oralité l’a d’ailleurs longtemps poussée à écrire pour le théâtre.
Formée à l’art du conte, elle se joue du temps et de l’espace en explorant prioritairement les répertoires inuit et nordique. La nature occupe toujours une place prépondérante dans ses choix d’histoires.
On peut sans doute y voir une prolongation fantaisiste de ses années passées au sein d’une organisation internationale de défense de l’environnement…
La prose poétique semble aujourd’hui réunir tous ses champs exploratoires. L’amour est une géographie intérieure est sa première œuvre publiée.

 

A propos du rédacteur

Patrick Devaux

 

Lire tous les articles de Patrick Devaux

 

Patrick Devaux est né en Belgique sur la frontière avec la France, habite Rixensart, auteur d’une trentaine d’ouvrages auprès d’éditeurs divers en poésie, quelques prix d’édition, 3 romans parus dont 2 aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune; 2 recueils de poésie récents (2016 et 2017) parus aux éditions Le Coudrier ; membre de l’AEB (association des écrivains Belges) et de l’AREAW (association royale des écrivains et artistes de Wallonie), il a aussi de nombreux contacts en France ; il anime une rubrique « mes lectures » sur le site de la revue Vocatif www.moniqueannemarta.fr de Nice depuis 2013 et fréquente de près ou de loin les écrivains du groupe de l’Ecritoire d’Estieugues de Cours la Ville  et de l’association LITTERALES de Brest ; publie aussi dans diverses revues de poésie. Fréquente aussi les réseaux sociaux, faisant ainsi connaitre la poésie d’auteurs moins connus ou disparus.