Identification

Chroniques régulières

À propos de Les corps vulnérables, Jean-Louis Baudry, par Didier Ayres

Ecrit par Didier Ayres , le Vendredi, 22 Septembre 2017. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

Les corps vulnérables, Jean-Louis Baudry, L’atelier contemporain, août 2017, 1200 pages, 30 €

 

Mémoires-mémoire

Je peine, si l’on peut dire, à me mettre à ma table de travail, car le livre de Jean-Louis Baudry représente, par son ambition et sa forme, une sorte d’écueil du temps, une avancée, un proscenium de la mémoire, et a occupé le théâtre de mes lectures durant une part importante de l’été, de cet été qui a presque passé, saison dans laquelle se développait le déchiffrement de ce livre. D’ailleurs cet incipit, ces préliminaires disent bien la question du temps qui traverse de part en part cette sorte de journal/mémoire/roman/rêve. Car autant le sujet est banal – l’amour d’un homme pour une femme – autant le projet de rédiger chronologiquement et de façon presque exhaustive les événements de la vie de l’auteur au milieu de cette sorte de passion – passion un peu froide d’ailleurs –, revient à une tâche impossible, car la chronologie ici hasardeuse de la mémoire fluctue, bifurque, faite de trous, de béances ou de surcharges d’un élément au détriment des autres, bref, joue des tours au mémorialiste.

A propos de L’inconfort du je, Dialogue sur l’écriture de soi, Laurent Herrou, Arnaud Genon, par Michel Host

Ecrit par Michel Host , le Mercredi, 20 Septembre 2017. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

L’inconfort du je, Dialogue sur l’écriture de soi, Laurent Herrou, Arnaud Genon, Jacques Flament Editions, juin 2017 (illust. Couverture, Laurent Herrou), 96 pages, 10 €

(www.jacquesflamenteditions.com)

 

« Ce n’est pas que les mots soient vains, non. C’est que l’écriture nous appelle à rester humble car la vérité est toujours ailleurs »

(p.44, Laurent Herrou)

 

« Words, words, words… »

À propos de Mythologie personnelle, Christophe Esnault, par Didier Ayres

Ecrit par Didier Ayres , le Jeudi, 14 Septembre 2017. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

Mythologie personnelle, Christophe Esnault, Tinbad, 2016, 13,50 €

Un monde en noir

J’ai reçu ce livre il y a déjà un certain temps, et il est arrivé chez moi comme une sorte de point d’orgue à une suite de lectures qui m’ont occupé longuement. Et cet ouvrage, très désenchanté, plein de noirceur et de morbidité, a été un moment fort. J’avais à l’esprit, au fur et à mesure que je poursuivais ce livre, de le rapprocher du Soleil et l’acier de Mishima. En effet, le propos de cet essai sur l’art d’écrire, prend pour principe la puissance solaire, et jette l’opprobre sur le caractère volontairement lunaire et passif des images du background de l’écrivain. Cependant, on sait comment Mishima a terminé sa vie, et comment le seppuku final est resté dans les mémoires. Il y a donc dans cet « acier et ce soleil » une force noire et désespérée.

Mythologie personnelle s’appuie sur quatre grandes questions, dont la plus réussie, à mon goût, est celle qui traite du suicide. Car on y voit Christophe Esnault aux prises avec un monde dont la seule issue possible est le désespoir, comme forme de sentiment vital. On sait que l’angoisse est une espèce de poison autant qu’une émotion intérieure qui transmet des états d’âme, et en ce sens est un recours pour l’homme.

Les 24 heures d’un Arabe sans pieds, par Kamel Daoud

Ecrit par Kamel Daoud , le Jeudi, 07 Septembre 2017. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Les 24 heures d’un Arabe sans pieds : la nuit, regarder Al-Jazeera. Toute la nuit. Puis dormir avec une pensée allumée en chandelle pour les morts de Gaza. Le matin, se réveiller avec l’envie de se réveiller au 9ème siècle. A l’époque où un Arabe était un vrai Américain, mais chez lui, au centre du monde et avec le reste du monde, qui parlait sa langue et était accroché à ses lèvres. Prendre son café par la taille et se confectionner un coucher de soleil matinal alors qu’il n’est que 7 heures du matin. Puis aller au travail : lentement, avec la certitude valable depuis deux siècles, qu’on a raté l’essentiel. A savoir, inventer l’imprimerie après que le Ciel nous ait donné un Livre. Puis arriver au travail et rencontrer les autres. Les regarder. Les traverser de part en part en ne rencontrant personne au final entre les deux oreilles de chaque visage. Soupirer doucement et repenser à Gaza. « Que faire ? » dit tout le monde à tout le monde. La réponse ne vient pas et, en réaction, un arbre fait tomber ses feuilles pour les faire feuilleter par ses racines, un jeune homme épouse sa chaloupe, une lampe à filament grille sa vie et un islamiste donne carte blanche à sa barbe pour qu’elle lui explique le cosmos. C’est alors que tout le monde se met à parler. De qui et de quoi ? D’Al-Jazeera qui parle des Palestiniens qui n’ont même pas le temps de parler entre eux.

Ephémérides créatives (I) : 14 août, Czesław Miłosz et Elias Canetti, par Jean-Marc Dupont

Ecrit par Jean-Marc Dupont , le Mercredi, 30 Août 2017. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Le 14 août 2004, disparition du poète, romancier, essayiste et traducteur polonais Czesław Miłosz (°30 juin 1911). En 1980, il reçoit le prix Nobel de Littérature.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Czesław_Miłosz

Adam Kirsch rappelle ici [*] que « Milosz a écrit que la créativité provenait d’un “commandement intérieur” pour exprimer la vérité ».

D’ailleurs dans son discours Nobel [**], il explique que « chaque poète dépend des générations qui ont écrit dans sa langue maternelle. Il hérite des styles et des formes élaborés par ceux qui ont vécu avant lui. En même temps, il estime que ces anciens moyens d’expression ne sont pas suffisants pour sa propre expérience. En s’adaptant, il entend une voix interne qui l’avertit contre le masque et le déguisement. Mais, en se rebellant, il tombe en dépendance de ses contemporains, de divers mouvements de l’avant-garde. Hélas, il lui suffit de publier son premier volume de poèmes pour se retrouver piégé.