Identification

Chroniques régulières

L’ère de la brebis qui parle en arabe !, par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui , le Mercredi, 23 Mai 2018. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

La société algérienne se trouve, de plus en plus, noyée dans le charlatanisme. Inondée par les fables et les illusions mensongères. Il paraît, de plus en plus, que cette société a les pieds enfoncés dans la boue d’un temps morose où la bêtise est généralisée ou presque.

Depuis le mensonge divin du FIS (parti du Front islamique du salut) des années quatre-vingt-dix, depuis cette illusion politico-céleste caractérisée par l’écriture du nom d’Allah au laser, la société algérienne s’enracine dans le trouble et dans la stupidité. C’était dans un meeting djihadiste, où les militants du FIS fêtaient leur victoire politique controversée, et au-dessus des têtes de leur militants et militantes, et sous la voix de leur guide Abbassi Madani, ont projeté dans le ciel le nom d’Allah écrit au laser. Des dizaines de fous d’Allah, en voyant le nom d’Allah écrit dans le ciel, sont tombés dans les pommes ! Pour leur guide, c’est le bon Dieu, Allah s’est manifesté pour les aider, pour les féliciter et pour les honorer ! « Allah s’est révélé aux fidèles du FIS !! ». « Ils ont vu, de leurs propres yeux, le nom du bon Dieu inscrit dans le ciel. Le miracle ! ». Depuis ce jour-là, la société algérienne s’enterre, et de plus en plus, dans la boue de la fausse conscience politico-religieuse.

Quelques éphémérides créatives (mars, avril) : Imre Kertesz, Saul Bellow et Isaac Asimov

, le Mardi, 22 Mai 2018. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

31 mars : éphémérides créatives (I), Imre Kertész : « Etre mort une fois pour continuer à vivre »

Le 31 mars 2016, disparition de l’écrivain hongrois Imre Kertész (né le 9 novembre 1929). En 2002, le reçoit le prix Nobel de Littérature, « pour une œuvre qui dresse l’expérience fragile de l’individu contre l’arbitraire barbare de l’histoire ».

http://www.actes-sud.fr/contributeurs/kertesz-imre

Comme l’écrit Florence Noiville [*] « Kertész, lui, avait un fol appétit d’exister. Ce pessimiste qui avait fait le pari de la vie entendait la boire jusqu’à la dernière goutte. Parce que vivre était synonyme de créer et que créer était transformer la matière la plus abjecte de l’humain en quelque chose de fortifiant, d’éclairant et d’intemporel, la littérature. Faire du sens avec du non-sens. L’art comme réponse. Recours et secours à la fois ».

Le dernier porc, Horace Engdahl, par Michel Host

Ecrit par Michel Host , le Mardi, 15 Mai 2018. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

Le dernier porc, Horace Engdahl, Serge Safran, mars 2018, trad. suédois Elena Balzamo, 104 pages, 14 €

L’aide-mémoire anticipé

 

« Je me suis toujours demandé comment on allait faire – du point de vue purement technique – pour améliorer les mâles de lespèce humaine »

Horace Engdahl

 

Une lecture est une aventure personnelle, sinon « à quoi bon ? »

Michel Host

 

J’ai fidèlement rendu compte dans les pages de La Cause Littéraire des traductions (1) des livres du suédois Horace Engdahl, et m’engage à poursuivre dans cette voie. Son humour tranchant ou souriant laisse de belles traces dans l’esprit et la mémoire. Il y a dans ses pages quelque chose du flegme anglais et de l’ironie française parfaitement imités. Cela est rare.

Deux éphémérides créatives - Arthur Koestler et Philip K. Dick

, le Lundi, 14 Mai 2018. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

3 mars : éphémérides créatives (I),Arthur Koestler : « La véritable création commence où finit le langage »

Le 3 mars 1983, disparition du romancier, journaliste et essayiste hongrois, naturalisé britannique, Arthur Koestler (né le 5 septembre 1905)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Koestler

Peut-être moins connu que le concept de « bissociation », on lui doit le concept de « holon », quelque chose qui est à la fois un tout et une partie :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Holon_(philosophie)

Pour aller plus loin, à lire (en anglais) l’ouvrage du professeur Piero Mella qui s’intituleThe Holonic Revolution(2009) :

http://www.paviauniversitypress.it/catalogo/the-holonic-revolution/1

La Styx Croisières Cie (3) Mars 2018, par Michel Host

Ecrit par Michel Host , le Vendredi, 04 Mai 2018. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

 

« Ne travaillant que le réel, il me fallut porter ceci dans le Livre de mes Mémoires : « Le Lièvre de Mars était à ma porte qui criait d’une voix grelottante : – Ouvrez, Monsieur de Phrysac, je vous apporte un message de Monsieur Carroll. – Lequel ? – dis-je, grognon d’être dérangé. – Celui-ci : « Voyez comme le crocodile / Sait faire rutiler sa queue / En répandant l’onde du Nil / Sur ses jolies écailles bleues ! ». – Entrez, l’invitais-je, il fait un froid de canard. Je vous offre un thé. Mais, pardonnez-moi, le message de Monsieur Carroll ne veut rien dire. – Il veut tout dire, au contraire ! me rétorqua le Lièvre très fâché. Puis, soudain pressé, il tira sa montre de son gousset et ajouta : – Je dois rentrer maintenant, le Pays des merveilles, c’est très loin, le bout du monde… Je lui confisquai sa montre, craignant qu’il ne la plongeât dans le thé ».

Jules de Montalenvers de Phrysac, Le Livre de mes Mémoires