Identification

Chroniques régulières

Éphémérides créatives - Faulkner, Bellow, Proust, par Jean-Marc Dupont

Ecrit par Jean-Marc Dupont , le Mercredi, 05 Septembre 2018. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

6 juillet : éphémérides créatives (II), William Faulkner : « He made the books and he died » [*] – « he [man] will prevail » [a]

Le 6 juillet 1962, disparition du romancier et nouvelliste américain William Faulkner (né le 25 septembre 1897). En 1949, il reçoit le Prix Nobel de Littérature « pour sa contribution puissante et artistiquement unique au roman américain moderne ».

https://fr.wikipedia.org/wiki/William_Faulkner

Ici [**] Fred Johnson propose 7 conseils de William Faulkner pour améliorer son écriture littéraire : « Faites cavalier seul », « Ne soyez pas méticuleux sur le style ou la technique », « Cultivez un perfectionnisme personnel sain », « Travaillez à partir d’images », « Ne négligez pas le réglage », « Ne simplifiez pas la morale (et soyez vous-même amoral) », « Envisagez des voix simultanées et suivez vos personnages ».

Et de rapporter pour chaque conseil, des propos de l’auteur, pour le premier, par exemple : « Le bon artiste croit que personne n’est assez bon pour lui donner des conseils ».

Nicole Bianchi reprend ici [***] quelques propos d’un entretien [b] de William Faulkner :

La Styx Croisières Cie (6), par Michel Host

Ecrit par Michel Host , le Mardi, 04 Septembre 2018. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Juin 2018

 

« “Allons, à quoi bon pleurer comme cela ! se dit avec sévérité Alice. Je te conseille de cesser sur le champ”.

Elle avait l’habitude de se donner de très bons conseils (qu’elle suivait du reste rarement, et il lui arrivait de se morigéner si fort que les larmes lui en venaient aux yeux ; elle se rappelait même avoir essayé une fois de se tirer les oreilles parce qu’elle avait triché au cours d’une partie de croquet qu’elle jouait contre elle-même ; car cette singulière petite fille aimait beaucoup à faire semblant d’être deux personnes », Lewis Carroll

Traduction de H. Parisot

Jules de Montalenvers de Phrysac. Noté dans le Livre de mes Mémoires

Éphémérides créatives - Guillaume Apollinaire 

Ecrit par Jean-Marc Dupont , le Jeudi, 30 Août 2018. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

26 août : éphémérides créatives (I), Guillaume Apollinaire : « Un Picasso étudie un objet comme un chirurgien dissèque un cadavre »

Le 26 août 1880, naissance du poète et écrivain français Guillaume Apollinaire (mort le 9 novembre 1918)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_Apollinaire

Son site officiel : http://www.wiu.edu/Apollinaire/

Dans cette réédition (2013) du recueil Alcools[1] il est rappelé que Guillaume Apollinaire « en corrigeant les épreuves du recueil, le poète décide de supprimer toute ponctuation. Le lecteur doit donc déchiffrer, décrypter une écriture libre, fluide et ses mots aux combinaisons parfois surprenantes. Il enrichit ainsi les possibles. Cette absence de ponctuation du recueil est directement inspirée de Blaise Cendrars, qui, dans La prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France impose une lecture sans ponctuation ».

Philosophie du vendredi sans fin, par Kamel Daoud

Ecrit par Kamel Daoud , le Mardi, 28 Août 2018. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Tous les Arabes sont avalés par une seule baleine gigantesque, à leur naissance, un par un, les mains derrière le dos, le prénom entre les dents. Une baleine géante qui se promène dans l’Océan de l’existence actuelle et où ils tournent en boucle, marchant les uns sur les autres, en collant parfois l’oreille à la paroi stomacale, pour les meilleurs de leurs astronautes, ou en expliquant le monde à partir d’un gargouillis de cétacé, pour les plus idiots.

Et dans ce ventre tragique, il est obligatoire pour chacun de revivre l’aventure étrange de Younès, le prophète sorti vivant du ventre de son propre monstre intime, et connaître le même sort de l’homme assis, nu, sous un arbre étranger, tremblant de fragilité, levant les yeux pour une fois non pas sur l’obscurité de l’estomac animal, mais vers la vraie voûte étoilée. S’interrogeant rarement de façon correcte sur le mystère de la vie dans lequel nous n’avons encore envoyé ni cosmonaute ni satellite de communication. Seulement des prières et des comités pour surveiller le croissant des lunes les veilles du ramadan.

La Styx Croisières Cie (5) Mai 2018, par Michel Host

Ecrit par Michel Host , le Jeudi, 23 Août 2018. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

« Alice se dressa d’un bond, car l’idée lui était tout à coup venue qu’elle n’avait jamais vu de lapin pourvu d’un gousset, ou d’une montre à tirer de celui-ci. Brûlant de curiosité, elle s’élança à travers champs à la poursuite de l’animal, et elle eut la chance de le voir s’engouffrer dans un large terrier qui s’ouvrait sous la haie.

Un instant plus tard elle s’y enfonçait à son tour, sans du tout s’inquiéter de savoir comment elle en pourrait ressortir » (1).

(1) Traductions, de Henri Parisot, Flammarion

Noté par Jules de Montalenvers de Phrysac, dans le Livre de mes Mémoires

 

Lµ 1. Intrépidité, ou inconscience qu’il faut pour se jeter dans les aventures obscures. Alice nous le prouve. Il est à noter que « la chaleur qui régnait ce jour-là lui engourdissait quelque peu l’esprit ».