Identification

La Une Livres

Roman du temps nerveux, Reinhard Jirgl (par Yann Suty)

Ecrit par Yann Suty , le Mercredi, 09 Mars 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Langue allemande, Quidam Editeur

Reinhard Jirgl – Renégat, roman du temps nerveux (Quidam Editeur, 540 pages) 25 € . Ecrivain(s): Reinhard Jirgl Edition: Quidam Editeur

A première vue, il faut s’armer de pas mal de courage pour s’attaquer à ce pavé de plus de 500 pages, écriture serrée, plein de jeux typographiques : italiques, majuscules, renvois de textes, tels des signets Internet. De quoi faire entrer Reinhard Jirgl, lauréat du Prix Georg-Büchner 2010, la plus haute distinction littéraire du monde germanophone, dans la catégorie des « post-moderne », aux côtés d’auteurs comme Thomas Pynchon ou William H. Gass. Catégorie un peu vaine qui a surtout pour utilité de dire qu’on a à faire à un bouquin un peu étrange, tendance OLNI, ouvrage littéraire non identifié, qu’on ne sait pas trop dans quelle catégorie caser. Et d’ailleurs quel intérêt de le caser quelque part… si ce n’est dans sa bibliothèque ?

Deux destins se croisent dans le Berlin des années 2000.

Un journaliste free-lance se sépare de sa femme après douze ans de mariage. Alcoolique, il tente de se soigner auprès d’une thérapeute dont il tombe amoureux. Il abandonne une dépendance pour une autre et quitte Hambourg pour la rejoindre à Berlin.

Quitter Dakar, Sophie-Anne Delhomme (par Théo Ananissoh)

Ecrit par Theo Ananissoh , le Lundi, 07 Mars 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Le Rouergue

Quitter Dakar. 2010. 13,50 € . Ecrivain(s): Sophie-Anne Delhomme Edition: Le Rouergue

 

Quitter Dakar, c’est en fait y revenir. Quitter, revenir, ces mots qui s’imposent ainsi d’entrée de jeu indiquent ce qui caractérise le roman de Sophie-Anne Delhomme : le mouvement. De bout en bout, c’est un va-et-vient permanent ; va-et-vient entre la France et le Sénégal, mais aussi allers et retours entre le présent et le passé, entre la réalité et l’imaginaire, entre un je et un il qui, alternativement, se relaient pour raconter. Roman tout en déplacements donc, sans agitation toutefois, mais en quête ; de quoi ? De la mère, de soi, de la vie qui fut la leur, au garçon et à la mère, dans ce pays d’Afrique.
Manuela, c’est le prénom de la mère. Elle est décédée en 1985. Littéralement – le cliché force la main pour ainsi dire –, elle a l’Afrique ou, si l’on préfère, le Sénégal dans la peau. Elle y vit avec son fils dans la maison du Point E et possède une boutique qui va faire faillite. C’est un personnage complexe, comme du reste tous les autres de ce beau roman. On hésite à la définir d’une expression qui pourtant, là aussi, semble s’imposer : mère irresponsable. Les nuits, souvent, le jeune garçon doit se débrouiller seul pour trouver le sommeil dans la grande maison, à peine veillé par une bonne pendant que la mère rejoint un amant dans un night-club de la capitale sénégalaise.

Les Vitamines du Bonheur, Raymond Carver (par Didier Bazy)

Ecrit par Didier Bazy , le Samedi, 05 Mars 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, USA, Nouvelles, L'Olivier (Seuil), Classiques

Les vitamines du bonheur. Traduit de l'anglais (US) par Simone Hilling. 2010. 255 p. 15€ . Ecrivain(s): Raymond Carver Edition: L'Olivier (Seuil)

 

Soit le tome 4 des œuvres complètes de Carver. Le recueil original de ces nouvelles avait pour titre : la cathédrale.

Ici, elle a été placée à la fin. Comme un hommage ou un clin d'œil. Est-ce parce que la cathédrale recèle les vitamines disjonctives du bonheur ? Cathédrale est un trésor, un monument de simplicité et de rapidité, d'efficacité et d'humour, le tout en quelques pages. L'art du bref. Quelques lignes pour un couple. Le couple  impossible, le couple au rendement incommunicable, le couple bien actuel, et pour longtemps. Ce couple n'en est pas à son galop d'essai. Pas un vieux couple pour autant. Enfin, peu de temps suffit à faire un vieux couple, un vrai couple, très duel, très disjonctif, bien vu par ses parties masculines : le narrateur. Il est campé. Il a des positions, des postures. Elle, est un peu plus floue, floutée par la narration et la distance de l'observation. Lui raconte. Il voit débouler un aveugle fraichement veuf dans son couple. Le point aveugle va déterminer la perspective. Le veuf, aveugle qui ne cache pas ses yeux et ne mâche pas ses mots, a du doigté : il a tripoté le visage de la femme quelques années plus tôt.

Chair Sauvage, Yehoshua Kenaz

Ecrit par Anne Morin , le Samedi, 05 Mars 2011. , dans La Une Livres, Recensions, Actes Sud, Israël

Yehoshua KENAZ, Chair Sauvage, Actes Sud, 221 pages. 20€ . Ecrivain(s): Yehoshua Kenaz Edition: Actes Sud


Pour unité, l’étrange, qui fait basculer l’histoire, enracinée dans la vie tranquille des personnages. Ceux-ci vivent au kibboutz ou en ville, sont soldats ou civils, actifs ou retraités. Parfois, d’une histoire à l’autre, on les suit, ils se connaissent, se reconnaissent. Parfois, la succession vient de l’incongruité d’un détail qui échappe, ou qui achoppe.

D’une façon ou d’une autre, tout se dénoue, sans faire plus de bruit dans la vie d’autrui. Parfois, le dénouement est violent, mais l’histoire le banalise, se refermant sans créer plus de remous qu’un rond dans l’eau.