Identification

Iles britanniques

Confusion, Neil Jordan

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 24 Janvier 2013. , dans Iles britanniques, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Joelle Losfeld

Confusion (Mistaken). Trad. de l’anglais (Irlande) par Florence Lévy-Paoloni. 352 p. 22 € . Ecrivain(s): Neil Jordan Edition: Joelle Losfeld

 

 

Troublant. Jusqu’à l’extrême puisque le trouble porte sur l’identité même des (deux ?) personnages centraux du livre. Qui est qui dans le duo ? Le narrateur est-il le narrateur ou celui pour qui on ne cesse de le prendre tout au long de l’histoire. Kevin ou Harry ?

 

Dans une construction qui constitue une toile serrée de lieux, Neil Jordan nous emmène dans le dédale de ses obsessions. Les énigmes de l’amour, du sexe, de la filiation, des peurs de l’enfance. Avec, bien sûr, les figures inévitables de son univers, Bram Stoker, Dracula, les vampires, purement imaginaires ici. Bien sûr, il s’agit du premier roman du réalisateur de « Entretien avec un vampire ». Toute l’œuvre cinématographique de Jordan est hantée par les contes pour enfants sur leur versant noir, terrifiant. « La compagnie des loups » était déjà une version fantastique du « Petit Chaperon Rouge » qui croise le thème du Loup-Garou.

La route bleue, Kenneth White

Ecrit par Lionel Bedin , le Jeudi, 24 Janvier 2013. , dans Iles britanniques, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Récits, Le Mot et le Reste

La Route bleue, janvier 2013, 160 p. 17 € . Ecrivain(s): Kenneth White Edition: Le Mot et le Reste

 

« De toute façon, je voulais sortir, aller là-haut et voir ».

Dans La Route Bleue, récit de voyage, journal de bord, livre d’une aventure intérieure, le Labrador existe d’abord dans le souvenir de Kenneth White, par les images d’un livre d’enfance. Puis, et peut-être depuis toujours : l’envie d’aller voir. « C’est un endroit, non ? Et si c’est un endroit, ça veut dire qu’on peut y aller, il me semble ». Soit. Partons.

« Je quitte la ville de Québec. Route 175 Nord. J’aime cette pure notation mathématique placée entre deux mots lourds de sens. Le calculable et l’incalculable ». Partons pour découvrir qu’ici comme ailleurs, la civilisation, avec ses Livres et ses codes, est capable de changer le nom d’un lac. Peut-être ce lac avait-il été nommé le lac des Vagues bleues par des gens qui le connaissaient bien. Et puis des missionnaires sont passés par là. Le lac est devenu le lac Saint Jean. « Rien à voir avec la réalité perçue dans toute sa beauté ». Les missionnaires ont toujours été les ennemis des nomades, rappelle K. White. Qui poursuit sa route avec ses compagnons fantômes : Coleridge, Thoreau, Melville, Bashô, Jacques Cartier et les explorateurs du XVIème siècle. Avec également les indiens et ceux qui se donnent le nom algonkin d’Innut, les êtres humains.

40 jours de nuit, Michelle Paver

Ecrit par Laetitia Steinbach , le Jeudi, 24 Janvier 2013. , dans Iles britanniques, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse

40 jours de nuit, Hachette, collection Black Moon, septembre 2012, 283 p. 16,90 € . Ecrivain(s): Michelle Paver

 

Hiver 1937, le brouillard tombe sur Londres et sur tous les misérables employés de bureau qui se pressent tous les soirs jusqu’à leur pauvre logement à peine chauffé. Jack Miller, 37 ans, plein d’ambitions mais désargenté, végète dans un emploi de secrétaire qu’il déteste. Rêvant à de lointains horizons qui lui feraient oublier sa morne situation, il répond un jour à l’annonce de quatre jeunes gens fortunés et bien nés qui recherchent un télégraphiste pour les accompagner dans une expédition polaire. En dépit de son aversion pour la gentry, il se présente à eux et est immédiatement accepté au sein de leur équipe.

Il s’agira de réunir des données scientifiques sur le cap norvégien de Gruhuken, dans l’archipel du Spitzberg, non loin du Pôle Nord. Dévoré par la curiosité et l’impatience, brûlant d’en découdre et de montrer ce dont il est capable à ses nouveaux compagnons, Algie, Gus, Teddy et Hugo, Jack fait sa valise. Ils embarquent tous sur le l’Isbjörn à destination de leur lieu d’hivernage. Sous l’effet de la malchance, très rapidement Teddy et Hugo doivent être rapatriés en Angleterre, ce qui n’entame en rien l’optimisme du trio restant. Equipés de huit chiens de traîneau, d’armes et de munitions, de caisses de vivres et d’huile à lampe, ils installent avec excitation leur nouveau campement arctique.

Noé Nectar et son étrange voyage, John Boyne

Ecrit par Cathy Garcia , le Mercredi, 02 Janvier 2013. , dans Iles britanniques, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse, Gallimard Jeunesse

Noé Nectar et son étrange voyage, novembre 2012, illustrations Oliver Jeffers, traduit de l’anglais (Irlande) par Catherine Gibert, 255 pages, 13 € . Ecrivain(s): John Boyne Edition: Gallimard Jeunesse

 

 

Voilà un roman original et atypique qui aborde, avec grâce et imagination, un sujet aussi grave que la mort d’un parent. À contre-courant des mangas et des histoires truffées de gadgets high-tech. L’étrange voyage de Noé Nectar est doté de ce qu’on pourrait appeler un charme d’antan, renforcé par les illustrations en noir et blanc qui semblent sortir tout droit d’un vieux manuel scolaire. Un récit à tiroirs, renfermant bon nombre de surprises, qui, tout en épinglant quelques travers, porte à l’honneur des valeurs humaines comme le courage, la persévérance, l’amour du travail bien fait, l’entraide, l’engagement et l’importance de la relation humaine qui est bien plus essentielle que la réussite dans le monde extérieur. En effet, rien ne sert de courir vite, si nous n’arrivons pas à temps là où nous sommes réellement attendus par ceux qui nous aiment vraiment. C’est aussi un très bel hommage au travail des mains, à l’artisanat dans ce qu’il a de plus noble.

L'amour de Phèdre, Sarah Kane

Ecrit par Marie du Crest , le Mercredi, 19 Décembre 2012. , dans Iles britanniques, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Théâtre, L'Arche éditeur

Amour de Phèdre, traduit de l’anglais Séverine Magois, 76 p. 10 € . Ecrivain(s): Sarah Kane Edition: L'Arche éditeur

Les débuts de Sarah Kane sur la scène théâtrale anglaise furent retentissants ; sa première pièce Blasted (Anéantis) montée au Royal Court theatre en 1995 provoqua le scandale en raison de sa violence supposée. Sa dernière pièce, 4.48 Psychosis, fut une œuvre posthume publiée en 2000 après son suicide au King’s college hospital. Œuvre foudroyante aux sept pièces radicales.

S. Kane est née en 1971 dans l’Essex et étudie le théâtre à l’université de Bristol. Son œuvre est aujourd’hui lue, traduite et jouée dans le monde entier.

 

Phèdre est le théâtre. Phèdre est le tragique, l’humanité tragique, la féminité tragique. Tragédie grecque d’Euripide, tragédie latine de Sénèque, tragédie classique de Racine, opéra baroque de Rameau, opéra de Massenet…

Le tragique de la tragédie redit et transforme la question de la violence du désir et de la parole de ce désir. Il faut arriver à avouer. Les anciens écrivent de la poésie mythologique : Hippolyte sert Artémis contre Vénus chez l’auteur grec. Racine met en vers les cris de ses personnages toujours rattrapés par le destin et les dieux. Les modernes n’ont plus recours à la tragédie, l’homme est encore plus livré à lui-même, tragiquement nu.