Identification

William Shakespeare, Comédies, tome II et III (+ album Shakespeare) en la Pléiade

Ecrit par Léon-Marc Levy 26.05.16 dans La Une Livres, La Pléiade Gallimard, Les Livres, Critiques, Iles britanniques, Théâtre

William Shakespeare Comédies, tome II et III. Mai 2016. Direction d’édition Jean-Michel Déprats et Gisèle Venet.

Ecrivain(s): William Shakespeare Edition: La Pléiade Gallimard

William Shakespeare, Comédies, tome II et III (+ album Shakespeare) en la Pléiade

Commencée depuis 14 ans, la publication dans La Pléiade des oeuvres complètes de Shakespeare en édition bilingue anglais-français touche à sa fin (*) avec ces deux nouveaux volumes. On devrait dire 3, car un magnifique album Shakespeare, dirigé par Denis Podalydès, est offert avec l’achat des deux opus. De fait, ces deux tomes complètent la publication des comédies, un premier volume avait vu le jour en 2013.

Cette livraison nous offre donc en version bilingue, traduites par Jean-Michel Déprats, Jean-Pierre Richard, Jean-Pierre Maquerlot et Paul Bensimon, "Les joyeuses épouses de Windsor", "Beaucoup de bruit pour rien", "Comme il vous plaira", "La nuit des rois", "Mesure pour mesure" et "Tout est bien qui finit bien" dans le volume II des Comédies. "Troïlus et Cressida", "Périclès, prince de Tyr", "Cymbeline", "Le Conte d'hiver", "La Tempête" et "Les deux nobles cousins". Un programme alléchant et qui tient, par sa qualité éditoriale, le haut du pavé shakespearien. 400ème anniversaire oblige, le grand Will est mort en avril 1616.

Comédies, vous avez dit comédies ? Oui mais avec Shakespeare, il faut d’abord que le lecteur français se débarrasse de sa culture classique pour entrer de plain-pied dans l’univers baroque du barde de Stratford/Avon. Avec Molière, nous avons un comique de cour, fait d’esprit, de bons mots, de situations décalées. Chez l’Anglais, le comique est souvent tonitruant, parfois sorti des tavernes, des quartiers populaires. Le « bon goût » français ne s’y retrouverait pas.

Et autant le valet de Molière est le moteur de la comédie, autant chez Shakespeare, c’est la figure de l’amour : "Ce sentiment amoureux mobilise toutes les intrigues", dit Gisèle Venet dans son introduction. Mais Shakespeare qui "use et abuse de la liberté qu'il se donne de décliner ce sentiment" pare ses pièces (notamment celles regroupées dans le volume III) de toutes les tonalités du comique "même le plus sinistre". Et c’est là, probablement, la plus grande différence avec le théâtre français : de facto, Shakespeare invente un nouveau genre théâtral, la tragi-comédie. "C'est le temps des harmonies paradoxales : s'y accordent le comique et l'odieux, le rire et la peur, les danses et les funérailles". On croit entendre une définition du genre baroque même.

 

Si l’on regarde les 18 comédies de Shakespeare (les 6 du Tome I et les 12 de ces tomes II et III), nous découvrons aisément la logique éditoriale de l’équipe qui a dirigé cette édition. Logique annoncée par Gallimard. on peut distinguer dans leur chronologie deux phases qui correspondent à peu près à ces deux nouveaux tomes :

Dans le tome II, plus «baroque», l’ambiguïté verbale s'épanouit : c’est le triomphe des bouffons «corrupteurs de mots» (Feste dans La Nuit des rois, Pierre de Touche dans Comme il vous plaira) ; la mélancolie s’insinue cependant, et la duplicité des apparences (jumeaux, femmes déguisées en adolescents), déjà présente dans les œuvres de la première période, se teinte d’un trouble plus prononcé ou évolue vers l’hypocrisie (Mesure pour mesure).

Le troisième volume, celui des comédies «romanesques» (Le Conte d’hiverCymbelineLa Tempête…), se caractérise par la complexité des intrigues, la multiplicité des personnages et l’opacité du «mystère» central qui les occupe ; leur esthétique de l’émerveillement coïncide avec la création des théâtres à machines.

Gallimard propose, offert avec l’achat des deux volumes nous l’avons dit, un album Shakespeare réalisé par l'acteur et metteur en scène Denis Podalydès. "Shakespeare est le nom qui, du théâtre, dit aussitôt les pouvoirs, le prestige, l'illusion, les métaphores et les métamorphoses", écrit Denis Podalydès. Rompu à l’univers shakespearien (il fut l’interprète de nombreuses pièces dont un fameux Hamlet) il sait en sentir la quintessence, l’âme profonde, celle qui anime la scène même de tout théâtre : "Shakespeare est le nom du désir de tout acteur. Le mien en tout cas" Et il ajoute : « J'ai préféré, devant la manière infinie et changeante, saisir des moments, des scènes, des phrases, des détails, tirés eux-mêmes des textes ou des mises en scène de ces textes, espérant que chacun contienne un tant soit peu du tout ».

Ce volume, qui comme les précédents albums Pléiade, ne sera jamais réédité, compte 256 pages et 175 illustrations, la plupart en couleurs. Le volume II des Comédies qui compte 1.712 pages sera vendu au prix de 64 euros (jusqu'au 31 décembre). Le volume III qui compte 1.808 pages est proposé (jusqu'au 31 décembre) au prix de 66 euros. Il est possible d'acquérir les deux volumes des Comédies sous coffret pour 130 euros ou les trois volumes sous coffret pour 193 euros.

 

Deux volumes, bourrés de science et de plaisir, qui feront honneur à votre bibliothèque !

 

 

William Shakespeare, Comédies II, III (Parution le 11 Mai 201 - Bibliothèque de la Pléiade - 64 et 66 euros)

Album Shakespeare Denis Podalydès (Parution le 11 mai - Offert pour l'achat des de trois volumes de la Pléiade)

 

 

Léon-Marc Levy

 

(*) : . Un dernier tome (VIII) des oeuvres complètes de Shakespeare en Pléiade est annoncé pour 2018/2019. Il sera consacré aux "Sonnets et autres poèmes lyriques".

  • Vu : 6636

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

William Shakespeare

 

William Shakespeare, baptisé le 26 avril 1564 à Stratford-upon-Avon et mort le 3 mai (23 avril) 1616 dans la même ville, est considéré comme l'un des plus grands poètes, dramaturges et écrivains de la culture anglaise1. Il est réputé pour sa maîtrise des formes poétiques et littéraires, ainsi que sa capacité à représenter les aspects de la nature humaine.

Figure éminente de la culture occidentale, Shakespeare continue d’influencer les artistes d’aujourd’hui. Il est traduit dans un grand nombre de langues et, selon l'Index Translationum, avec un total de 4 281 traductions, il vient au troisième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère après Agatha Christie et Jules Verne. Ses pièces sont régulièrement jouées partout dans le monde. Shakespeare est l’un des rares dramaturges à avoir pratiqué aussi bien la comédie que la tragédie.

Shakespeare écrivit trente-sept œuvres dramatiques, entre les années 1580 et 1613. Mais la chronologie exacte de ses pièces est encore discutée. Cependant, le volume de ses créations n'apparaît pas comme exceptionnel en regard de critères de l’époque.

On mesure l’influence de Shakespeare sur la culture anglo-saxonne en observant les nombreuses références qui lui sont faites, que ce soit à travers des citations, des titres d’œuvres ou les innombrables adaptations de ses œuvres. L'anglais est d'ailleurs souvent surnommé la langue de Shakespeare tant cet auteur a marqué la langue de son pays en inventant de nombreux termes et expressions. Certaines citations d'ailleurs sont passées telles quelles dans le langage courant.

 

A propos du rédacteur

Léon-Marc Levy

 

Lire tous les articles de Léon-Marc Levy


Directeur du Magazine

Agrégé de Lettres Modernes

Maître en philosophie

Auteur de "USA 1" aux éditions de Londres

Domaines : anglo-saxon, italien, israélien, maghrébin

Genres : romans, nouvelles, essais

Maisons d’édition principales : Rivages, L’Olivier, Joëlle losfeld, Gallimard, Seuil