Identification

Critiques

Détectives de père en fils, tome 1, Rohan Gavin

Ecrit par Cathy Garcia , le Mardi, 13 Janvier 2015. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Jeunesse, Gallimard Jeunesse

Détectives de père en fils, tome 1, traduit de l’anglais par Anne Kriel, octobre 2014, 385 pages, 17,50 € . Ecrivain(s): Rohan Gavin Edition: Gallimard Jeunesse

 

Plutôt prenante cette enquête et très british – pour cause l’auteur est anglais, elle se déroule d’ailleurs dans la ville de Londres et alentour. Élémentaire mon cher Watson ! (réplique du film Le Retour de Sherlock Holmes, 1929).

Des enfants surdoués à faire peur, du suspense, de l’humour, des frissons, de la magie noire, une bonne dose de psychologie et de pathos familial, une touche d’excentricité, une pincée de Scotland Yard et quelques véritables cadavres, le tout sur un ton suffisamment léger pour que le livre soit recommandé à partir de 10 ans, cependant 12 me paraît plus raisonnable. L’enquête dure tout de même 380 pages, avec un foisonnement de détails et des longueurs qui peuvent décourager de jeunes lecteurs. Il y manque peut-être un peu de densité donc et le costume en tweed peut ne pas plaire à tout le monde, mais la lecture est toutefois agréable et on a toujours envie de connaître la suite, preuve que la mayonnaise a pris.

Je suis un dragon, Martin Page (Pit Argamen)

Ecrit par Philippe Chauché , le Lundi, 12 Janvier 2015. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Robert Laffont

Je suis un dragon, janvier 2015, 288 pages, 18,50 € . Ecrivain(s): Martin Page Edition: Robert Laffont

« Les deux adolescents n’en croyaient pas leurs yeux.

Margot flottait à un mètre du carrelage. Elle était partagée entre la stupeur et le sentiment de sortir de sa chrysalide et de s’épanouir enfin ».

« Durant deux années, de quatorze à seize ans, Margot consacra son temps à sauver le monde.

Un avion de ligne en perdition au-dessus de l’océan Pacifique : Margot filait dans les airs trente secondes après le début de l’alerte. Elle recueillit l’avion sur son dos et le déposa sur une piste de l’aéroport d’Hawaï ».

Je suis un dragon est le roman de la naissance et des premiers âges de la vie d’un superhéros, d’une héroïne douée d’une force inouïe, qui d’un élan déjoue toutes les catastrophes humaines et d’un geste réduit en poudre tout agresseur. Je suis un dragon, comme l’on dirait je suis un monstre ou je suis une légende, mais aussi, je suis un roman. L’aventure m’appelle et m’hypnotise. Je suis Margot, petite fille perdue aux parents assassinés, à l’avenir flétri, mais à la colère intacte et dormante, une colère qui va se réveiller et tout déclencher, tout révéler. Je suis un dragon, je suis Margot, jouet des puissances mondiales qui tiennent, là, leur arme secrète.

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, Patrick Modiano (2ème article)

Ecrit par Laurent Bettoni , le Lundi, 12 Janvier 2015. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Gallimard

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, octobre 2014, 160 pages, 16,90 € . Ecrivain(s): Patrick Modiano Edition: Gallimard

 

Ce qu’il y a de bien, avec Patrick Modiano, c’est que, contrairement à ses personnages, les lecteurs ne sont jamais perdus dans ses livres. Normal, ironisent certains, puisqu’il écrit toujours le même. C’est toujours l’histoire d’un homme qui marche dans les rues de Paris, la nuit et par temps de brume, à la recherche de son passé, de ses parents, de ses origines. Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier n’échappe pas au dogme. Il en serait même une sorte de quintessence, avec un titre fusion de deux précédents titres, Quartier perdu et Dans le café de la jeunesse perdue.

Soit. Sauf que. Sauf qu’en vérité c’est presque toujours le même livre, mais pas tout à fait non plus le même livre, et que tout réside dans le « presque », que là que se niche l’immense talent de l’auteur, que, là, tient son univers, son œuvre. Modiano, jusqu’à présent, a toujours su apporter une nouvelle nuance à la nostalgie, donner une nouvelle dimension à la mélancolie.

Posthume et Sacrificielle, Pascale Remy

Ecrit par Julien Bouton , le Lundi, 12 Janvier 2015. , dans Critiques, Les Livres, Polars, La Une Livres, L'Harmattan

Posthume et Sacrificielle, mai 2014, 146 pages, 14,50 € . Ecrivain(s): Pascale Remy Edition: L'Harmattan

 

« Mark Culpin, artiste britannique contemporain, a connu son heure de gloire. Retiré sur une île du large de l’Écosse, il convoque son biographe, Scott Parson, pour lui faire des révélations. Mais une fois sur place, l’artiste gît sans vie sur une toile vierge. Dans une lettre qu’il a laissée avant de mourir, il presse son agent de mettre la toile ensanglantée aux enchères. Son œuvre intitulée Posthume et Sacrificielle s’arrache à plus de 150 millions de livres sterling. Mark Culpin s’est-il jeté de sa mezzanine de son plein gré ? Et si Posthume et Sacrificielle n’était qu’une odieuse mise en scène ? »

Premier roman de l’écrivain Pascale Remy, Posthume et Sacrificielle est construit autour de ces deux questions. L’auteur prend le temps de présenter le contexte et la situation avant la mort de Culpin, pour que l’on puisse comprendre les personnages de l’artiste dérangé et de son biographe, un journaliste spécialisé dans les interviews des grands de ce monde.

À la frontière entre investigation journalistique et enquête policière, Scott Parson va tenter de démontrer que son hypothèse, selon laquelle Mark Culpin n’a pas fait le grand saut de son plein gré, est vraie.

L’Écriture de l’innommable, Yves-Michel Ergal

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Samedi, 10 Janvier 2015. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres, Editions Honoré Champion

L’Écriture de l’innommable, mai 2014, 208 pages, 40 € . Ecrivain(s): Yves-Michel Ergal Edition: Editions Honoré Champion

 

Michael Bishop proposait récemment dans Poezibao cette très belle définition de l’écriture : « Ecrire, c’est aller vers l’autre, creuser profond dans les ressources du moi pour, au cœur d’un effacement, réaliser un accès moins illusoire que symbolique, virtuellement vivable, à la face secrète de ce que l’on est, et, ainsi, la restitution précaire mais sentie d’une plénitude purement psychique, d’une beauté spirituelle que parviennent à filtrer quelques mots sur une page autrement blanche et vide ».

Seulement, écrire, ce n’est pas toujours ça. Loin s’en faut. Il y a « l’écriture de la modernité », telle que la théorise Yves-Michel Ergal. Quels sont les représentants les plus emblématiques de cette forme d’écriture ? Dickens, Balzac, Melville, Dostoïevski, ou encore Conrad, Proust, Joyce, Kafka, Beckett. Et ceci parce que ces auteurs parviennent à puiser « leur force de création dans les régions obscures de l’innommable, mettant en place une poétique de l’interdit liée à la violence, à la sexualité, à la folie, à la haine, au crime et au châtiment ».