Identification

Xitation, Emmanuel Darley

Ecrit par Marie du Crest 22.02.17 dans La Une Livres, Actes Sud/Papiers, Les Livres, Critiques, Théâtre

Xitation, janvier 2017, 90 pages, 15 €

Ecrivain(s): Emmanuel Darley Edition: Actes Sud/Papiers

Xitation, Emmanuel Darley

 

« Apprenez, apprenez-moi, cela »

Emmanuel Darley, dans le cadre d’un laboratoire d’écriture, envisage d’écrire sur le sexe, animé par l’envie de dire des gros mots, des mots crus, mais au final il reconnaît que cela a quelque chose de vain s’il ne revient pas à un esprit d’enfance. Mêler l’innocence et l’humour ; bref, écrire une courte comédie burlesque, avec deux jeunes gens, en train de découvrir à la fois la physiologie et le langage du sexe et du désir. Ce sera Xitation qui fait suite à Je t’écrirai mon amour dans le volume de Actes Sud Papiers. Diptyque en somme des émois amoureux dans tous ses états : un couple expérimenté vivant dans la distance de l’écriture virtuelle son histoire, dans le premier texte, puis un couple de deux innocents, deux jouvenceaux, dans la présence charnelle de leur corps, à la recherche des « zérogènes », dans le second.

La courte comédie répond à une construction en 6 moments (avec leur titre), faisant chorégraphie, mouvements des corps. Au début de la pièce, les deux personnages sont « à côté l’un de l’autre » et progressivement ils vont se rapprocher, se toucher, se serrer (p.56), s’enlacer et envisager « la chose ». Cette découverte de la sexualité s’accompagne d’un nouveau langage truculent et qui fait fi de la syntaxe, du vocabulaire académiques. Ils vont « s’préliminer », s’adonner à diverses « chaufferies » ; ça va « picoter ». Le titre de la comédie annonce joyeusement ce parti pris du comique, qui a toujours traversé l’œuvre de Darley en contre-point d’une écriture du désespoir (cf. Auteurs vivants ou certains moments de C’était mieux avant). L’aphérèse « xitation » pour excitation dévoile le choix d’une esthétique jubilatoire associée à l’état psychologique du jeune homme et de la jeune fille qui sont littéralement « xités, xités » (p.72). Le temps de la pièce est en fait celui de l’approche de l’acte sexuel, un peu à la manière d’une expérimentation. Un effeuillage. Chacun d’entre eux énonce ses ignorances ou au contraire ses compétences en la matière.

En ce domaine, le jeune homme a bien plus de ressources que sa compagne. Il connaît les prostituées, initiatrices des puceaux (p.63) ; il consulte le gros dictionnaire de son père sur les parties du corps à stimuler (p.72). La jeune fille, elle, devrait s’informer auprès de sa mère. Il faudra qu’elle sache enlever sa robe. Ainsi sont-ils comme Adam et Eve de la Genèse, au premier jour, mais sans aucune menace pesant sur eux, sans aucune punition divine à venir. Ils échouent lors de leur « première tentative », peu importe, ils recommenceront un « aut’ jour ». D’ailleurs leur nudité respective a quelque chose de naturel, d’inaccompli, léger : ils sont « pratiquement nus » et « débraillés » à la fin de la pièce.

Darley retrouve ici la fraîcheur de certains personnages des comédies de Marivaux qui s’initient, tels Arlequin et Silvia dans Arlequin poli par l’amour, à l’idylle. Le jeune homme et la jeune fille de la pièce sont aussi comme les charmants Papageno et Papagena de Mozart, des « naïfs » heureux.

 

Marie Du Crest

 

La pièce d’Emmanuel Darley a été créée à Paris, en mars 2012, par la compagnie Théâtre Côté court, dans une mise en scène de Renato Ribeiro.

 

  • Vu : 1902

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Emmanuel Darley

 

S’il est un auteur prolixe, voyageur du monde, voyageur parmi les hommes, c’est bien Emmanuel Darley (1963-2016). Il fut libraire et d’abord romancier, avec un premier titre publié chez POL, Des petits garçons, en 1993, puis écrivit pour le théâtre à partir de 2001 (Pas bouger, chez Actes Sud Papiers), ainsi que pour les jeunes lecteurs à l’Ecole des Loisirs en 2002. Il anima de très nombreux ateliers d’écriture. Chez le même éditeur : Soldat cheval in Kaboul, ouvrage collectif, 2003 ; Tout autant que vous êtes… in Monologues pour…, 2003 ; Quelqu’un manque, 2006.

La pièce d’Emmanuel Darley avait été sélectionnée par La Voie des Indés en Languedoc Roussillon en 2015.

 

A propos du rédacteur

Marie du Crest

Lire tous les articles et textes de Marie Du Crest

 

Rédactrice

Théâtre

Espaces 34, Actes Sud Papiers

 

Née en 1959 à Lyon. Diplômée de philosophie et agrégée de Lettres modernes. Des passions : le théâtre contemporain français et étranger, les arts, l'Asie.

A vécu longtemps à Marseille, ville qu'elle n'oubliera pas. Mer Plages Tongs.

Enseigne depuis cinq ans  avec ironie les cultures de la communication.