Identification

Critiques

Généalogie et génétique, Jean Chaline

, le Vendredi, 30 Janvier 2015. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres

Généalogie et génétique, ed. Ellipses, novembre 2014, Préface Jean-Louis Beaucarnot, 470 p. 39 € . Ecrivain(s): Jean Chaline

Voilà un livre qui tombe à pic dans la période trouble que l’on vit, chacun à son échelle… Après l’ingestion de plomb reçue dans nos ventres encore tout ballonnés des moult ripailles enchaînées des fêtes de fin d’année, je vous invite à l’apaisement, la réconciliation universelle et humaniste que nous offre le Professeur Jean Chaline, Paléontologue, avec son bel ouvrage sur la saga de l’humanité : Généalogie et Génétique.

Ce livre décrit les avancées de la généalogie génétique en précisant, pour chaque marqueur, son origine, son évolution, son histoire et ses dispersions géographiques au cours du temps. Il est donc là question de généalogie et de génétique mais accessible à tous, je vous rassure ! Cancres, ignares, surdoués, recalés du Bac et du Brevet des collèges, politiciens, tout le monde peut lire et comprendre les belles ficelles scientifiques de notre histoire commune grâce à l’humilité et la synthèse du professeur. C’est un bol d’air frais qui s’abat là sur nous, petit citoyen isolé ! Le monde s’ouvre à nouveau ! Voici un voyage dans les millénaires passés à la rencontre de nos ancêtres les homo-sapiens, les australopithèques à peine plumés et nus sous le soleil… Plus rien n’aura de secret pour nous sur l’évolution et sans s’être tordu les neurones avec un pavé de Darwin. C’est un véritable cours pédagogique donné par Jean Chaline, attrayant, l’un de ces rares cours auxquels, lorsque la sirène retentit, on a envie de dire : oh non ! encore Professeur !

Amours, Leonor de Recondo

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 29 Janvier 2015. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Sabine Wespieser

Amours, Janvier 2015, 276 p. 21 € . Ecrivain(s): Léonor de Récondo Edition: Sabine Wespieser

« Un homme, au moins, est libre (…)

Mais une femme est empêchée continuellement (…)

Sa volonté, comme le voile de son chapeau

retenu par un cordon, palpite à tous les vents ;

il y a toujours quelque désir qui entraîne,

quelque convenance qui retient ».

Flaubert, Madame Bovary

Se plonger dans la lecture de ce roman constitue un moment littéraire intense mais aussi une sorte de voyage dans le temps. Léonor de Récondo nous y avait habitués avec son somptueux Pietra Viva (lire l'article) qui nous faisait marcher dans les pas de Michel-Ange s’apprêtant à créer sa Pièta. Elle possède un talent rare et précieux pour enchâsser le passé dans notre temps présent, pour faire revivre sous nos yeux de lecteurs des univers disparus, des êtres d’autrefois dans leur réalité vivante, vibrante, incarnée.

Tony’s Blues, Barry Wallenstein

Ecrit par Marie-Josée Desvignes , le Jeudi, 29 Janvier 2015. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Poésie, Recours au poème Editeur

Tony’s Blues, traduction de Marilyne Bertoncini, octobre 2014, 60 pages, 7 € . Ecrivain(s): Barry Wallenstein Edition: Recours au poème Editeur

 

2. Further Talk from Tony

Believe me this time,

The curse that runs its course

and comes back to singe its sender

is my idea of health, good fortune ;

a lesson learned from heat

is blazed forever

I’d like learn a lesson

and recover.

Elles ont réalisé leur rêve, Philippe Godard et Jo Witek

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 29 Janvier 2015. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Jeunesse, La Martinière Jeunesse

Elles ont réalisé leur rêve, septembre 2014, 224 pages, 21,50 € . Ecrivain(s): Philippe Godard et Jo Witek Edition: La Martinière Jeunesse

 

Dans ce grand format, épais et à la couverture attrayante, se dissimulent cinquante portraits de femmes d’exception. Destiné à un public adolescent, ce documentaire plein de vivacité et engagé souhaite éclairer les adultes de demain et leur offrir des modèles féminins dans tous les domaines de la vie : arts, sciences, politique, mode, sport, histoire ou philosophie.

Depuis le début du XXe siècle jusqu’à nos jours, ces femmes ont exploré, repoussé les limites du savoir et de la condition féminine, elles se sont battues pour trouver leur place et exister, elles ont créé et fait avancer la pensée de leur temps. Toutes ont en commun d’avoir suivi et réalisé leurs rêves, ou du moins d’avoir essayé, ouvrant la porte à d’autres femmes. Colette y côtoie Vivienne Westwood, Simone Weil Nina Hagen, Frida Kahlo Angela Davis. Patti Smith salue Aung San Suu Kyi et Ariane Mnouchkine rencontre Diane Arbus. Et à travers ces portraits contrastés, ces parcours hauts en couleurs, se dessinent les multiples visages de la féminité.

Petits oiseaux, Yôko Ogawa (2ème article)

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Mercredi, 28 Janvier 2015. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Actes Sud, Japon

Petits oiseaux, traduit du japonais par Rose-Marie Makino-Fayolle, septembre 2014, 272 pages, 21,80 € . Ecrivain(s): Yoko Ogawa Edition: Actes Sud

 

« Tous les chants d’oiseaux sont des chants d’amour ».

Dans son dernier ouvrage paru aux éditions Actes Sud, Yôko Ogawa pose la question : qu’est-ce qu’être soi dans l’insécurité sociale et familiale si la parole n’existe pas en tant que lien de sociabilité ?

Comment vivre, se construire si les racines de l’affiliation sont rompues ? La transparence aux êtres y serait-elle liée, si l’autre n’existe pas ? Dans Petits oiseaux, l’écriture est un monde en forme de cage qui offre néanmoins une part à la liberté qui nous convient, faisant de chacun de nous des oiseaux, sifflant des chants d’amour que personne n’entend mais que l’on comprend parfois, au travers de nos propres illusions… Il faut alors fusionner l’espace du silence et du temps de l’écoute (ou de la lecture !) pour retrouver peu à peu les mots oubliés dans l’espace de la psyché ; enjeu même de la distance toute japonisante du vivre ensemble et d’une double identification aux fonctions multiples, interrogeant l’acte de penser l’écriture, en tant que création d’une vision à la Max Ernst, du type Loplop présente :