Identification

Articles taggés avec: Wetzel Marc

La bague aux 3 amours, Yvonne Leray, Loïc Collet (par Marc Wetzel)

Ecrit par Marc Wetzel , le Vendredi, 12 Juillet 2019. , dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

La bague aux 3 amours, Yvonne Leray, Loïc Collet, Les Editions Baudelaire, avril 2019, 166 pages, 14 €

 

Derrière ce titre à la fois fleur bleue et énigmatique, une bague montée d’un rubis (« à trois nervures serrées l’une contre l’autre ») offerte par un homme à une femme pour signifier, en effet, trois amours à faire (difficilement) vivre ensemble : pour le Christ, pour le prochain (pour le monde des autres, de tous les dignes et mortels), pour cet(te) autre enfin à qui l’on brûle de lier sa vie.

Un couple dans ce livre s’explique sur les raisons de s’être formé, et cherche étonnamment à juger son propre amour : fraternité partiale ? Complicité profanatrice ? Ferveur sortie de ses gonds ? On n’est pourtant pas du tout ici dans la psychologie familiale, ni la spiritualité fumeuse. On est ailleurs, depuis longtemps. Mais ailleurs dans la vie réelle, aussi bien dans la réalité de l’incompatibilité des vocations que dans le partage de la réalité des vies.

Les ronces, Cécile Coulon (par Marc Wetzel)

Ecrit par Marc Wetzel , le Mercredi, 26 Juin 2019. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Poésie, Le Castor Astral

Les ronces, mars 2018, 166 pages, 15 € . Ecrivain(s): Cécile Coulon Edition: Le Castor Astral

 

« Ce moment est une porte

que je n’ai pas osé franchir, par peur de l’entendre,

dans mon dos

se refermer » (p.99)

 

Ce premier recueil de poésie de la romancière Cécile Coulon (28 ans) a partout le ton, la fraternelle franchise, le rythme, l’énigmatique évidence de ce passage. On l’a admiré (dernier Prix Apollinaire), on s’en est moqué (Juan Asensio, essayiste et chroniqueur vif et cultivé, mais plutôt acerbe, parle par exemple d’une « volaille que des aveugles volontaires confondent avec un condor des Andes »). Je veux bien alors n’y rien voir, puisque moi, simplement, j’admire. Je suis par exemple sensible à une parole comme :

Poétiques révolutionnaires et poésie, Jacques Guigou (par Marc Wetzel)

Ecrit par Marc Wetzel , le Mardi, 21 Mai 2019. , dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

Poétiques révolutionnaires et poésie, Jacques Guigou, L’Harmattan, mars 2019, 94 pages, 12 €

L’objet et l’objectif de cette brève étude sont ensemble bien indiqués dans les dernières lignes de sa présentation : « Ce livre n’est pas une critique littéraire. Il propose une critique politique des divers avatars contemporains des poétiques révolutionnaires au regard d’une vision non sotériologique de la pensée ». Voyons comment.

La thèse essentielle de Jacques Guigou est ici que la poésie n’est pas un art du langage (ce « présupposé langagiste, dit-il, essentialise la poésie, la rabat sur la discursivité et la normativité »), mais, au contraire, « parole vive, événement imprévu, existence et instant ; ceci depuis son surgissement dans l’espèce humaine » (p.42).

L’homme, on le sait, est un animal redressé (il porte son chapiteau pensant en colonne bipède), marathonien (il sait épuiser toutes les proies qu’il poursuit) et collectif (il explore l’inconnu en équipe, et ne peut réussir que solidairement son exode indéfini vers les nouvelles ressources). L’idée de l’auteur, qui éclaire de l’intérieur sa propre pratique poétique, est que la poésie est née comme armature vocale de migrateurs debout, sangle articulatoire partagée, ou chant d’une colonne (au sens militaire) de colonnes (au sens architectural) mobiles, cimenté par lui. Une citation exhaustive le dit joliment :

L’Océan est avare, Juan Arabia (par Marc Wetzel)

Ecrit par Marc Wetzel , le Mercredi, 27 Mars 2019. , dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

L’Océan est avare, Juan Arabia, éditions Al Manar, coll. Voix Vives, juillet 2018, trad. espagnol (Argentine) Jean Portante, Edition bilingue, 64 pages, 12 €

Une question (à la fois très concrète et très spéculative) parcourt ce recueil : sous la surveillance réglementaire de la raison, comment accueillir notre propre « délogement » (constant, et exporté jusqu’au-delà du système solaire) socio-industriel de la nature ? Que peut une parole restée humaine sous « les toits du monde » global ? Doit-elle hurler par oui ou par non ? Et la réponse précise est, semble-t-il, page 53 :

« Ah non ! On nous urine dessus et compte nos pas.

Nous qui sommes nés avec le soleil,

et lançons le croassement sauvage

sur les toits du monde.

Agenouillés, dans une flaque noire et froide,

ancrant notre destin,

ancrant nos bouteilles.

Les mots de tout au fond, Anouk Dunant Gonzenbach (par Marc Wetzel)

Ecrit par Marc Wetzel , le Jeudi, 13 Décembre 2018. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Poésie

Les mots de tout au fond, Éditions des Sables, septembre 2018, 110 pages . Ecrivain(s): Anouk Dunant Gonzenbach

 

« Ce vide à l’intérieur de moi

Il ne prend pas de la place à la place de, non,

Il est en plus, c’est nouveau

C’est en plus

Les lettres Absolu restent cassées, par terre

Elles ne sont pas la réponse

Enfin, je ne crois pas.

Ce vide,

Celui qui te dit qu’il y a autre chose » (p.42)