Identification

Articles taggés avec: Compère-Demarcy Murielle

La solitude est sainte, William Hazlitt

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Samedi, 31 Mai 2014. , dans Quai Voltaire (La Table Ronde), La Une Livres, Critiques, Les Livres, Iles britanniques, Essais

La solitude est sainte, mai 2014, 126 pages, 14 € . Ecrivain(s): William Hazlitt Edition: Quai Voltaire (La Table Ronde)

 

Avant tout destiné à la peinture, William Hazlitt (1778-1830) offre dans La solitude est sainte le rythme et la coulée à la sensibilité romantique du littérateur en lui. Mais le peintre et l’écrivain s’y retrouvent, puisque tous deux exercent le goût de l’observation sur le vif ; l’œil au quotidien sans cesse aux aguets de l’environnement journalier en ses détails et sa vue panoramique ; une érudition empirique fondée sur l’expérience et l’étude de la nature qu’il importe non pas de copier mais d’exprimer (cf. Préface de Lucien d’Azay in La solitude est sainte).

Ce recueil, dont le titre est emprunté au Stello d’Alfred de Vigny, se compose de trois essais dont une sensibilité reconnaissable parcourt la teneur et la cohérence des propos sur l’art de vivre célébré. Partir en voyage ainsi rejoint Vivre à part soi dans la liberté individuelle défendue et illustrée par une solitude choisie et assumée pour mieux vivre en harmonie avec le monde extérieur observé à distance, et avec soi-même. Le goût et l’envie d’une existence itinérante va de pair chez William Hazlitt, qui a publié ces essais en 1821 et 1822, avec des départs non manqués dès que cela lui était possible et pleinement assumés en leur solitude désirée afin, justement, d’aller mieux à la rencontre de l’Autre.

Dualed, Elsie Chapman

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Mercredi, 21 Mai 2014. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Canada anglophone, Roman

Dualed, Toi ou ton Double… un seul pourra survivre, trad. Maud Ortalda Lumen édition, mars 2014, 15 € . Ecrivain(s): Elsie Chapman

 

Dès la première phrase – J’ai enterré presque tous ceux que j’aime – le lecteur comprend qu’il va être plongé dans un autre monde, annoncé de visu par la première de couverture au genre Survival/Dystopie. L’héroïne-narratrice n’a que quinze ans… Un premier thriller frénétique (ndle) signé de l’écrivaine canadienne ayant vécu en Colombie-Britannique et vivant aujourd’hui à Tokyo, Elsie Chapman.

Un compte à rebours s’amorce dès les premières pages. West Grayer dont les parents, un frère et une sœur pour les plus proches, sont morts inaccomplis, doit elle aussi relever le défi face à son Alt (son Alter Ego) – défi à vie/à mort.

Avant d’atteindre son vingtième anniversaire, chaque citoyen de la ville fortifiée de Kersch doit éliminer son alter ego, un jumeau génétiquement identique, élevé dans une autre famille. Le compte à rebours se déclenche un beau matin, et chacun a trente jours pour affronter son autre moi.

Les fées penchées, Véronique Janzyk

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Mardi, 13 Mai 2014. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Nouvelles

Les fées penchées, ONLIT Editions, e-book, 1ère mise en ligne 02/2014 : www.onlit.net . Ecrivain(s): Véronique Janzyk

Après Auto et La Maison, sortes de variations sur un sujet flirtant avec les deux genres de la poésie et de la nouvelle, Véronique Janzyk signe avec Les Fées penchées, e-book publié par les éditions ONLIT, un recueil de nouvelles où les fées sont de guingois, mais néanmoins fées. Car, ainsi que l’écrit Franz Bartelt cité en exergue du livre : Une fée qui a perdu sa baguette n’est peut-être plus tout à fait une fée, mais elle n’est pas pour autant une femme ordinaire (source : Décharge 161, mars 2014, Revue de poésie trimestrielle).

Chacune des quinze nouvelles qui composent ce recueil d’une sensibilité et d’une sobriété d’écriture propre au tour de plume de Véronique Janzyk, scrute l’esprit penché qui disjoncte doucement (À propos, site en ligne ONLIT), raconte ceux qui déjantent et vont déséquilibrer des vies cependant singulièrement vibrantes et résonnantes par le fil quasiment sans balancier de leurs vertiges d’existence traversant des vides retenus au bord par telle ou telle raison suffisante de continuer (un désir de créativité, l’amour, des rencontres, le désir de continuer dans l’obscur ou la « folie » aussi, à transcender…). Des existences au bord des présences et du présent, dans ces marges de terrains vagues, fertiles cependant par les trash de fragilité qu’elles dégagent, élaguent, étoffent, mettent en scène/en œuvre. Des existences « au bord », retenues debout par l’expression même de leurs douleurs.

A hauteur d’ombre, Marie-Françoise Ghesquier di Fraja

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Samedi, 10 Mai 2014. , dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Poésie, Cardère éditions

A hauteur d’ombre, recueil de poésie broché, mars 2014, 72 pages, 12 € . Ecrivain(s): Marie-Françoise Ghesquier di Fraja Edition: Cardère éditions

 

A hauteur d’ombre donne à suivre et découvrir des poèmes en vers libres, à lire comme les pages de l’existence de façon soutenue mais non nécessairement chronologique.

Marie-Françoise Ghesquier di Fraja signe ici son deuxième recueil de poésie après Aux confins du printemps paru aux éditions Encres Vives, Michel Cosem éditeur, en juillet 2013.

Elle s’accompagne dans A hauteur d’ombre d’une deuxième voix connue en terre de poésie – celle de l’auteure-poète-gryboulieuse et ici photographieuse (sic), Cathy Garcia, par ailleurs éditrice responsable coupable (sic) de la revue et du site des Nouveaux Délits. Près d’une dizaine de photographies en effet de Cathy Garcia s’ajoutent à une dizaine de photographies de Marie-Françoise Ghesquier di Fraja elle-même – pour décliner suivant leur mode d’expression pas loin d’une quarantaine de poèmes dont la teneur et l’univers résonnent à hauteur d’ombre et d’épines. Avec une parution en mars, on peut dire qu’A hauteur d’ombre tombe à saison nommée avec la parution de ses mises en lumière à l’arrivée du printemps.

Reverdy, l’enchanteur…

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Jeudi, 08 Mai 2014. , dans La Une CED, Les Chroniques

 

L’image, en poésie, occupe une place primordiale. Surgie de la confrontation d’éléments de la réalité éloignés les uns des autres, elle peut offrir et ouvrir des possibles créatifs, des perspectives de lecture et d’interprétation. Et transcender le regard. Et transcender la vie.

Ce rapprochement de deux mots ou de deux réalités éloignés crée l’image poétique d’où jaillit l’étonnement : choc visuel sur la page, intellectuel aussi et au-delà. A l’origine d’une véritable transmutation, cette image que Pierre Reverdy définit comme « un acte magique » dans cette émotion appelée Poésie, produit comme des miracles lorsqu’elle touche plus particulièrement l’esprit et la sensibilité de notre quotidien. Une fenêtre alors s’ouvre plus largement devant nous, ou un miroir se traverse, avec pour horizon tout un univers d’« appropriation du réel » par le poète et pour le lecteur, bien plus profonde qu’un simple reflet ou qu’une simple représentation. De même, la réalité que le poète exprime s’inscrit et s’écrit au cœur des choses plutôt qu’à leur surface. Le poème donne à voir sous un autre jour notre vie quotidienne, qui s’en trouve du coup grandie ; un cadre se dessine (car il en faut bien un), qui trace un paysage naturellement jailli au fil des mots.