Identification

Polars

Ton avant-dernier nom de guerre, Raul Argemi

Ecrit par Victoire NGuyen , le Vendredi, 24 Janvier 2014. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Amérique Latine, Roman, Rivages/noir

Ton avant-dernier nom de guerre, traduit de l’espagnol (Argentine) Alexandra Carrasco-Rahal, octobre 2013, 159 p. 7,65 € . Ecrivain(s): Raul Argemi Edition: Rivages/noir

La stratégie du caméléon

En Argentine, de nos jours, un journaliste, Manuel Carraspique, se retrouve dans un hôpital de campagne après un accident grave :

« L’hôpital était destiné à soigner une réserve d’Indiens mapuches, confinés entre un lac et la cordillère des Andes. Il était situé près de la descente des Mallines, le lieu de l’accident ».

Cette hospitalisation peut être une aubaine pour notre journaliste. En effet, il partage sa chambre d’infortune avec un certain Indien Mapuche du nom de Marquez. Ce dernier est à l’agonie et il est brûlé sur les 90% de son corps. Selon la police, l’homme est un meurtrier ayant des liens avec un célèbre caméléon dont l’un des noms de guerre est Cacho, un tortionnaire pendant la guerre civile. Cacho endosse aussi d’autres identités. Il est tantôt Gomez, un médecin véreux, tantôt prêtre ou encore un trafiquant notoire et meurtrier de surcroît. Manuel qui est à l’affût de tout scoop voit là une opportunité à saisir. Il décide de faire parler Marquez. Mais à chaque confession, le danger se rapproche ainsi que la vérité sur Manuel lui-même.

Dernier verre à Manhattan, Don Winslow

Ecrit par Yan Lespoux , le Mardi, 07 Janvier 2014. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, Seuil

Dernier verre à Manhattan, traduit (USA) Philippe Loubat-Delranc, octobre 2013, 375 p. 21 € . Ecrivain(s): Don Winslow Edition: Seuil

Anniversaire de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy oblige, les éditions du Seuil exhument cette année un roman déjà ancien de Don Winslow mais jamais traduit jusqu’à présent, mettant en scène le futur président des États-Unis au moment où il n’est encore qu’un sénateur aux dents longues, à la fin de l’année 1958. Nul besoin en effet d’une grande culture historique pour reconnaitre JFK et Bobby derrière les frères Keneally de Winslow, ni Jacqueline derrière Madeleine, et encore moins Marilyn Monroe derrière Marta Marlund.

Nous sommes donc à la Noël 1958 à New York. Walter Whiters, ancien agent de la CIA en Scandinavie vient de démissionner pour retrouver Manhattan et a trouvé une place de détective dans une agence de la ville. C’est dans le cadre de ce travail qu’il est amené à veiller sur Joe Keneally, jeune sénateur démocrate comptant bien obtenir l’investiture de son parti pour l’élection présidentielle. Mais Whiters se rend rapidement compte que, plus que d’assurer la sécurité du politicien, il est là pour servir d’alibi et couvrir les écarts d’un Keneally volage trompant sa femme avec l’actrice Marta Marlund. Une mission plus compliquée qu’il n’y paraît lorsque l’on sait que la compagne de Whiters, chanteuse de jazz, ne cache pas ses sympathies socialistes, que J. Edgard Hoover aimerait bien obtenir des dossiers compromettants sur Keneally et que Marta Marlund court au devant d’un destin tragique.

Retour à Jericho, Ace Atkins

Ecrit par Yan Lespoux , le Vendredi, 20 Décembre 2013. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, Le Masque (Lattès)

Retour à Jericho (The Ranger, 2011), traduit de l’anglais (USA) par Jean Esch, octobre 2013, 320 pages, 22 € . Ecrivain(s): Ace Atkins Edition: Le Masque (Lattès)

 

 

Quinn Colson, soldat membre d’une section de rangers, démobilisé après des campagnes en Irak et en Afghanistan, revient à Jericho, petite ville du nord du Mississippi dont il est originaire, pour assister aux funérailles de son oncle, shérif local retrouvé suicidé.

Mais ce qui ne devait être qu’un retour éphémère entre deux affectations se prolonge lorsque Quinn apprend que son oncle lui a légué tous ses biens et notamment sa propriété, qu’un usurier du coin réclame cette dernière, et que l’adjointe du shérif remet en cause la thèse du suicide de celui-ci. Si, dans le fond, Jericho n’a pas changé et demeure un patelin où les rumeurs courent rapidement et où tout le monde s’épie, Quinn s’aperçoit aussi que depuis son départ les laboratoires clandestins de méthamphétamine ont fleuri et qu’il ne fait pas bon, même pour les représentants de la loi, se mêler de ce trafic.

Nous avons aimé, Willy Uribe

Ecrit par Frédéric Aribit , le Vendredi, 20 Décembre 2013. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Espagne, Rivages/noir

Nous avons aimé, traduit de l’espagnol par Claude Bleton septembre 2013, 271 pages, 8,65 € . Ecrivain(s): Willy Uribe Edition: Rivages/noir

 

« Un Jim Thompson de Bilbao ». C’est ainsi que le présente Carlos Salém, dans la préface qu’il a signée pour son seul autre roman traduit en France, Le Prix de mon père, aussi chez Payot Rivages/Noir. Photographe, surfeur, reporter, voyageur, Willy Uribe verse son encre noire comme la bile dans des romans qui exhalent les dessous peu reluisants de l’Espagne.

Nous avons aimé ne fait pas exception. Narrateur interne de sa propre descente aux enfers, Sergio est un jeune surfeur basque, vaguement paumé entre sa vamp de mère, aussi allumeuse qu’allumée, et Eder, son brillant comparse qu’il entoure d’une amitié équivoque, et qu’il suit jusqu’au Maroc à la recherche des meilleurs spots. Du moins, le croit-il. Car de fumettes en fumettes, ballottés entre les seins d’Odette, la française qui les accompagne, les deux jeunes basculent dans une sale histoire de drogue, d’argent sale, de chantage et de règlement de certains comptes qui viennent sans doute de plus loin, depuis le saut dans le vide de Janire Pagoaga ou la mort de Bustintxu sous un train. Et là-bas, à Madrid, gronde le coup d’état contre Franco… Mais Madrid est si loin. Pas de vagues, à Madrid. Madrid ne sert à rien sans vagues.

Nocturne, Richard Montanari

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Mardi, 17 Décembre 2013. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, Le Cherche-Midi

Nocturne. Cherche-midi. Septembre 2013. Trad (USA) Marion Tissot. 576 p. 21 € . Ecrivain(s): Richard Montanari Edition: Le Cherche-Midi

 

Ce thriller est –paradoxalement – un vrai moment de récréation. Montanari a choisi, contrairement à ses romans précédents noirs et proches du cauchemar, de venir sur les terres d’écrivains qui ont peuplé, pour certains d’entre nous, les lectures de détente. Le souvenir de Ed McBain, par exemple, revient souvent à cette lecture. Ed Mc Bain, vous connaissez ? Celui du 87ème district, de Steve Carella, d’Isola ? La vie quotidienne de flics dans la trame d’affaires multiples qui se croisent et se dénouent.

Montanari ne s’est pas pris la tête avec ses deux personnages principaux. Deux flics, un homme et une femme. Pas de grands états d’âme, pas de plongée abyssale dans les méandres psychologiques des enquêteurs, pas de policiers véreux ou ambigus. Rien de tout cela. Xxx et xxx font leur boulot, s’entendent bien entre eux et avec leurs collègues, montrent une humeur égale et une perspicacité toute professionnelle face au tueur en série – oui il en faut bien un avec Montanari – qui décline son bestiaire sanglant en toute sérénité. Ils sont flics, donc fonctionnaires de la morosité d’une cité, quand ils ne sont pas héros de cauchemars.