Identification

Polars

Mon parrain de Brooklyn, Hesh Kestin

, le Lundi, 02 Décembre 2013. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, Seuil

Mon parrain de Brooklyn (The Iron Will of Shoeshine Cats, 2012), traduit de l’anglais (USA) par Samuel Todd, Seuil Policiers, octobre 2013, 371 p. 21,50 € . Ecrivain(s): Hesh Kestin Edition: Seuil

 

Étudiant brillant et orphelin, Russell Newhouse est aussi le secrétaire de la Bhotke Society, société yiddish de Brooklyn qui a l’avantage de bénéficier d’un carré réservé au cimetière du quartier. C’est comme cela que son chemin va croiser celui de Shushan Cats, parrain de la pègre juive de New-York, qui lui confie la mission d’organiser les obsèques de sa mère. En ce mois de novembre 1963, Russell découvre donc un nouveau monde et, pris sous l’aile de Shushan, commence à fréquenter le gratin des mafias de New-York. Mais quand, à quelques jours d’un procès qui pourrait l’envoyer durablement à l’ombre, Shushan disparaît, c’est à Russel que revient la mission de diriger un empire sur lequel la mafia italienne entend faire main basse.

Roman nostalgique et ironique sur un New-York disparu et une pègre légendaire qui se prêtent à la caricature, Mon parrain de Brooklyn est un de ces livres qui fonctionnent sur une bonne idée qu’ils arrivent à dérouler jusqu’au bout. Ici, donc, il s’agit de catapulter un étudiant en lettres, naïf mais sûr de son intelligence, au milieu puis à la tête d’un empire du crime, à un moment charnière de l’histoire contemporaine américaine. La guerre du Viêtnam en est à ses prémices, les manifestations en faveur des droits civiques des noirs débutent et JFK se fait assassiner à Dallas.

Déposer glaive et bouclier, James Lee Burke

Ecrit par Victoire NGuyen , le Samedi, 30 Novembre 2013. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, Rivages/Thriller

Déposer glaive et bouclier, traduit de l’américain par Olivier Deparis, octobre 2013, 303 pages, 21,50 € . Ecrivain(s): James Lee Burke Edition: Rivages/Thriller

 

Nouveau départ


L’histoire se déroule dans les années 70. Hack Holland, un ancien vétéran de la guerre de Corée a tout pour être heureux. En effet, il est un homme avocat d’affaires respectable. Il a épousé une femme ravissante et s’apprête à gravir les échelons de la vie politique texane. Ainsi, en apparence, Hack affiche avec son entourage une vie rêvée faite de paillettes, de mondanités et de gloire. Cependant, en privé, c’est un homme brisé. Son couple bat de l’aile et lui-même trouve refuge et oubli dans l’alcool et les bras des prostituées. Hack Holland, ce descendant d’une prestigieuse lignée, est tenaillé par des cauchemars fréquents venant ressusciter son traumatisme et les tortures qu’il a vécus en Corée lorsqu’il était prisonnier de guerre.

Le sourire d'ivoire, Ross McDonald

, le Jeudi, 28 Novembre 2013. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, Gallmeister

Le sourire d’ivoire (The Ivory Grin, 1952), traduit de l’anglais (USA) par Jacques Mailhos, août 2013, 280 pages, 10 € . Ecrivain(s): Ross McDonald Edition: Gallmeister

 

 

Le détective Lew Archer est contacté par une femme aussi mystérieuse que désagréable pour se mettre à la recherche d’une jeune fille noire, Lucy, que sa cliente accuse de lui avoir dérobé des objets de valeurs. Mais s’il retrouve Lucy à Bella City, dans l’arrière-pays, celle-ci est néanmoins rapidement tuée et les suspects s’accumulent. Archer, curieux et déterminé à faire la lumière sur la sale affaire dans laquelle il se trouve embarqué, va avoir fort à faire pour démêler le vrai du faux.

Dans ce quatrième volet édité dans une nouvelle traduction des enquêtes de Lew Archer, Ross Macdonald continue sa radioscopie de la société californienne de son temps. Délaissant les villas du bord du Pacifique ou les propriétés de Palm Springs au profit d’une petite bourgade de la Vallée, il met son héros en contact avec un autre monde ; celui des petits notables et de ceux, noirs ou latinos qui travaillent pour eux et sont les suspects habituels dès lors qu’a lieu un crime ou un délit.

Un privé à bas bilan, Éric Dejaeger

Ecrit par Cathy Garcia , le Mercredi, 27 Novembre 2013. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Un privé à bas bilan, Cactus Inébranlable éditions, coll. Cactus Noir, mai 2013, 218 p. 15 € . Ecrivain(s): Éric Dejaeger

Vous connaissez un privé à Babylone ? Voici le privé à bas bilan ! Frédo Loup et Kiki-la-zigue, voilà un duo des plus attachants, voire un peu tachant, pour ce polar décalé, plein d’humour – meilleur bien-sûr grinçant, voire un peu saignant.

Un polar doté de toutes les qualités du genre : une bonne intrigue, un peu de violence (aïe !), du sucepince, un peu de sexe et d’alcool. Enfin, pas mal d’alcool et beaucoup de sexe, mais quand on est un privé qui débute dans le métier, grâce à un ticket à gratter gagnant et sans vouloir s’embarrasser de formalités administratives et autres légalités, finalement un priapisme chronique ça peut servir, et Kiki le fameux participe pleinement et vaillamment, et plutôt deux fois qu’une, à l’aventure. Une enquête triquée donc et drôlement bien menée, entre bar à danseuses pas trop habillées et chaîne porno cryptée, de villa à partouze à snoeuf mou-vit, le sujet est sérieux mais pas le livre, et notre Priape autoproclamé détective, puisque à plus de 28 ans il se voyait sur le point d’être expulsé du domicile parental, comme il l’avait été du chômage, de glandeur né, plutôt alcoolo et qui entrave queue dalle à l’anglais, Frédo Loup, va se révéler en fait plutôt doué pour démêler entre ouisqui, pastis et les états dames de Kiki, les écheveaux d’une double enquête : retrouver une jeune strip-teaseuse disparue et prendre un mari volage en flagrant délit.

Pur, Antoine Chainas

, le Lundi, 18 Novembre 2013. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Série Noire (Gallimard)

Pur, septembre 2013, 307 pages, 18,90 € . Ecrivain(s): Antoine Chainas Edition: Série Noire (Gallimard)

 

Patrick Martin recouvre ses esprits en contrebas d’une autoroute du sud de la France, non loin de sa voiture dans laquelle sa femme est morte. Cet accident prend bien vite une autre dimension que celle d’un simple fait divers. Patrick aurait eu, avant le drame, une altercation avec deux jeunes arabes sur une aire d’autoroute et ceux-ci l’auraient poursuivi. Dans ce Midi où les plus riches se terrent dans des résidences sécurisées, où le maire entend se faire réélire en fustigeant les populations basanées qui participent de l’insécurité et en s’appuyant sur le groupuscule d’extrême-droite Force et Honneur, Patrick Martin devient un symbole et peut-être plus encore, une arme manipulée par ceux qui voudraient capitaliser sur les violences intercommunautaires.

En l’espace de quelques années, Antoine Chainas s’est imposé comme un des auteurs phares de la nouvelle Série Noire en particulier et comme un des meilleurs auteurs français de roman noir en général. Avec Pur, son cinquième roman dans la collection noire de Gallimard, celui qui s’est fait remarquer par son sens de la provocation et son audace stylistique semble s’assagir un peu.