Identification

Critiques

Encore vivant, Pierre Souchon (par Delphine Crahay)

Ecrit par Delphine Crahay , le Mardi, 28 Janvier 2020. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Le Rouergue

Encore vivant, août 2017, 250 pages, 19,80 € . Ecrivain(s): Pierre Souchon Edition: Le Rouergue

 

Sempervirens

Pierre est un « zinzin carabiné ». Un cramé de la cafetière, au dernier degré. Il appartient à la grande confrérie des déphasés, des déglingués, des démantelés. Son nom d’initié ? Bipolaire. Il le sait. Il prend ses médicaments et se soigne, parce qu’il est hors de question d’y retourner. Il n’y survivra pas. Pas encore.

Il y retourne, pourtant. À l’hôpital psychiatrique. Parce qu’après avoir trouvé un emploi et s’être marié, il a cru que cela irait – et son médecin avec lui. Plus de cachet. Alors, après une cavale de quelques semaines, on le trouve perché dans les bras d’une statue de Jean Jaurès, perché là où ni le bon sens ni la raison ne peuvent l’atteindre. On le retrouve et on le coffre, ce forcené, cette chair à camisole, ce ciboulot infundibuliforme. Et ça recommence.

Encore vivant est un récit autobiographique. Pierre Souchon, journaliste, nous convie à un voyage en vésanie en compagnie du meilleur guide qui soit : l’un d’entre eux, l’un de ceux qu’on embarque, de gré ou de force, dans la nef des fous.

Le trésor des humbles de Maurice Maeterlinck : une poésie de l’occulte. (par Sophie Galabru)

Ecrit par Sophie Galabru , le Lundi, 27 Janvier 2020. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres, Poésie, Grasset

Le trésor des humbles, Maurice Maeterlinck Edition: Grasset

 

Prix Nobel de littérature 1911, Maeterlinck est notamment l’auteur du Trésor des humbles où il se fait poète de l’occulte. Paru en 1896, l’année de la mort de Verlaine, la prose poétique de Maeterlinck est encore d’un langage symboliste, tout en s’en dégageant déjà. Témoin des énigmes, Maeterlinck lie l’infini et le fini, la mort et le sens, les évènements et leur vérité, notre ignorance et le secret de nos lignes de vie. Poète d’un monde invisible, cet écrivain belge écrit avec une conviction spirituelle : « Nous vivons à côté de notre véritable vie et nous sentons que nos pensées les plus intimes et les plus profondes ne nous regardent pas, que nous sommes autre chose que nos pensées et nos rêves » (p. 47). Nous ne pouvons donc pas comprendre Maeterlinck si nous n'acceptons pas l'idée selon laquelle « c’est par distraction que nous vivons nous mêmes » (ibid). Certain que de nous détenons plus de vérités que nous l’imaginons, l'auteur s’essaye à décrypter la vie souterraine et aérienne de nos âmes ; celle que l'on vit en toute absence à soi.

Préface à ce livre, Stéphane Sangral (par Claire-Neige Jaunet)

Ecrit par Claire-Neige Jaunet , le Lundi, 27 Janvier 2020. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Poésie, Editions Galilée

Préface à ce livre, Stéphane Sangral , 2019 . Ecrivain(s): Stéphane Sangral Edition: Editions Galilée

 

Préface : texte placé en tête d'un livre (dict.), autrement dit : texte qui précède le texte principal. Ici, confusion des deux ; le texte principal n'est autre que le propos d'une préface : faire apparaître ce qui précède l'écriture d'un texte, ce qui conduit à la décision d'écrire.

Et ici ce qui précède le texte c'est, en premier lieu, l'oeuvre antérieure, les textes déjà écrits. Préface à ce livre est structuré par une phrase qui déjà structurait Des dalles posées sur rien : "Sous la forme l'absence s'enfle et vient le soir / et l'azur épuisé jusqu'au bout du miroir". Le rythme binaire détermine deux parties où chaque mot détermine lui-même un chapitre. L'image même de la dalle est encore sollicitée, car elle habite le fond de la pensée : "aucune dalle d'immanentalité où poser le pied et avancer", "...les quelques dalles qui portent mon écriture jusqu'à son point final." Le silence, si important, si omniprésent, la noyade, le néant, l'impression de tourner en rond... en sont les harmoniques. Le philosophe et le poète y trouvent le langage approprié, en dépit de ses limites : "ce texte est un radeau de fortune".

Un coup de dés, Claude Minière (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché , le Vendredi, 24 Janvier 2020. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres, Tinbad

Un coup de dés, novembre 2019, 51 pages, 11,50 € . Ecrivain(s): Claude Minière Edition: Tinbad

 

« Pourquoi écrit-il sous le manteau ? Parce qu’il craint que ses pensées lui échappent. Pensée échappée, je la voulais écrire : j’écris au lieu qu’elle m’est échappée. Quand il écrit, sa pensée ne lui échappe pas ».

« Quiconque n’ayant plus que huit jours à vivre ne jugerait pas que le parti de croire que tout cela n’est pas un coup de hasard, aurait entièrement perdu l’esprit. Or si les passions ne nous tenaient point, huit jours et cent ans sont une même chose », Pensées, Blaise Pascal (1).

Pour saisir la force qui se dégage d’un livre, son pouvoir de séduction, il convient parfois de reprendre à son compte ses premières phrases. « Celui qui écrit pose la main sur un grand son. Cette simple feuille de papier est déjà traversée de roulements sonores, de batailles passées et d’appels insoupçonnés », c’est ainsi qu’un Un coup de dès s’ouvre à nous. Comme pour un opéra, ou un standard de jazz, les premières mesures dévoilent les lignes et les couleurs qui vont ensuite se développer, s’épanouir.

Le vent reprend ses tours, Sylvie Germain (par Mona)

Ecrit par Mona , le Jeudi, 23 Janvier 2020. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Albin Michel

Le vent reprend ses tours, 2019 213 pages . Ecrivain(s): Sylvie Germain Edition: Albin Michel

 

Sylvie Germain poursuit avec finesse son œuvre singulière. Son dernier roman met en scène un saltimbanque à demi tzigane, joueur de sons et de mots, compositeur de vers saugrenus qu'il murmure aux oreilles des gens à l'aide d'un de ses instruments à sons, à souffle et à chuintements. Sans doute un hommage aux souffleurs poétiques, un collectif d'artistes-poètes, « commandos poétiques », créé par Olivier Comte en 2001, qui chuchotent à l’oreille des passants des secrets poétiques, philosophiques et littéraires à l'aide de longues cannes creuses.

Le roman conte l'histoire d'une rencontre magique entre un mage loufoque exilé de Roumanie, « formidable conteur », héritier d'un passé tragique, et un garçon solitaire et sensible, porteur d'un chagrin qui lui colle à la peau. C'est l'histoire d'une initiation poétique et d'une rédemption par la poésie. Les années d'enfance deviennent « belles comme on le dit d'échappées, au double sens d'être sauvé de justesse d'un danger, une chute, une agression, et de trouée de lumière dans un ciel ennuagé ».