Identification

Critiques

Ret Samadhi, Au-delà de la frontière, Geetanjali Shree (par Jean-Paul Gavard-Perret)

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret , le Jeudi, 16 Avril 2020. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Asie, Roman

Ret Samadhi, Au-delà de la frontière, Geetanjali Shree, Editions Des femmes mars 2020, trad. Hindi, Annie Montaut, 372 pages, 25 €

 

Geetanjali Shree : l’aventure humaine

Au moment où la voûte du vent emporte des vaines, de vulnérables vagues, à la voile du vide, et que vocifèrent les tempes, les héroïnes du roman de Geetanjali Shree vont sans vacarme. Invisibles ou presque, elles se moquent des vétilles à verrouiller dans une vie qui avance contre tempêtes et marées.

L’auteure répond à cet aujourd’hui où s’affole la peur. Stefan Zweig l’a bien mis en évidence dans Vingt-quatre heures de la vie d’une femme : « La plupart des gens n’ont qu’une imagination émoussée. Ce qui ne les touche pas directement, en leur enfonçant comme un coin aigu en plein cerveau, n’arrive guère à les émouvoir ; mais, si devant leurs yeux, à portée immédiate de leur sensibilité, se produit quelque chose, même de peu d’importance, aussitôt en eux bouillonne une passion démesurée. Alors ils compensent, dans une certaine mesure, leur indifférence coutumière par une véhémence déplacée et exagérée ».

"Old M. Flood, Un récit", Joseph Mitchell et "Arrêtez de me casser les oreilles", Un recueil des récits, Joseph Mitchell - Editions du Sous-Sol (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché , le Mercredi, 15 Avril 2020. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, USA, Récits

Old M. Flood, Un récit, Joseph Mitchell, Editions du sous-sol, février 2020, trad. Lazare Bitoun, 127 pages, 16 €

« Dès qu’il arrive dans Fulton Street, le spectacle de ce pandémonium le revigore. Il rejette les épaules en arrière, renifle l’air salé et se frotte les mains. La puanteur de ces commerces de poisson n’a rien de désagréable. “Je vais vous révéler un secret très précieux, m’a-t-il dit un jour. L’odeur du marché aux poissons de Fulton Street vous guérira d’un rhume en vingt minutes. Aucun de ceux qui travaillent dans le marché n’attrape jamais de rhume. Ils ne savent tout simplement pas ce que c’est” » (Old M. Flood).

Joseph Mitchell n’est pas un chroniqueur comme un autre, il a une manière unique de saisir et de se saisir de situations, de dessiner des portraits d’hommes et de femmes croisés, dans la rue, les restaurants, les bars, les marchés (aux poissons), et de les transformer en personnages de roman par l’art du style. Joseph Mitchell saisit sur le vif ce qu’il voit, et le transforme en épopée urbaine foisonnante, entre 1944 et 1946. Old M. Flood possède cette puissance évocatrice, cette haute valeur littéraire qui rend ce récit étourdissant.

Martin Luther et la Kabbale (par Gilles Banderier)

Ecrit par Gilles Banderier , le Mardi, 14 Avril 2020. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres, Langue allemande, Editions Honoré Champion

Martin Luther et la Kabbale, Du Shem ha-meforash et de la généalogie du Christ (1543), coll. Bibliothèque d’études juives, septembre 2019, trad. allemand, Hubert Guicharrousse, Mathilde Burgart, 246 pages, 28 € Edition: Editions Honoré Champion

 

C’est un texte effrayant. On a l’impression d’observer un malade du choléra, dont le corps se décharge aux deux extrémités. Cela n’en finit pas. Le tube digestif n’est jamais vide et il répand sans arrêt des matières pestilentielles autour de la cuvette, dans les draps ou sur les murs. Loin d’être isolé dans une aile éloignée de l’hôpital, dans une chambre en bout de couloir et au dernier étage, le malade en question s’est vu élever des statues. Et il passe pour avoir changé le monde.

Dans les deux épais volumes d’Œuvres qu’elles ont publiés en Pléiade, les éditions Gallimard ont reculé devant cette insanité, comme elles ont reculé devant les pamphlets de Céline (le parallèle n’est pas gratuit, on le verra). Plus anciennes que la maison Gallimard et avec une haute tradition érudite, les éditions Champion, elles, n’ont pas eu peur. Elles avaient déjà publié Des Juifs et de leurs mensonges, écrit par Luther en janvier 1543. Il y avait pire, il y a toujours pire et, en ce qui concerne le père de la Réforme, le voici.

Le dernier Syrien, Omar Youssef Souleimane (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Vendredi, 10 Avril 2020. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Flammarion

Le dernier Syrien, Omar Youssef Souleimane, janvier 2020, 272 pages, 18 € Edition: Flammarion

 

Syrie : amour et liberté en temps de dictature

Les révolutions qui ont ébranlé le Maghreb et l’Orient sont devenues une source d’inspiration pour les écrivains ; les livres, mêlant réel et fiction, deviennent des cris de lutte et de liberté. On peut parler désormais d’une « littérature des révolutions ».

Le dernier Syrien présente des jeunes citoyens dans cette Syrie de 2011 secouée par la révolution contre Bachar El-Assad et son système corrompu. Les lieux principaux sont Damas et Homs. Ainsi, pro-régimes, opposants, neutres, islamistes, et traîtres, tous cohabitent dans ce pays en désordre où règnent les bombardements, les interpellations, la torture, et les balles des snipers…

Youssef, Mohammed, Joséphine, Sarah, Bilal, Khalil, ont, malgré l’amitié, des visions différentes de cette nouvelle Syrie.

Regarde, papa, Eva Montanari (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 10 Avril 2020. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Thierry Magnier, Jeunesse

Regarde, papa, Eva Montanari, février 2020, 36 pages, 14,90 € (dès 2 ans) Edition: Thierry Magnier

 

Un conte animalier

Eva Montanari présente son dernier ouvrage, édité par Thierry Magnier, un album-jeunesse cartonné, à double-page, où sur la couverture de fin, se trouve abandonné ou jeté au sol un téléphone portable. L’illustratrice offre ainsi au recto et au verso de la couverture de l’album l’image de son sujet, titré d’une interjection familière : Regarde, papa. Des bulles et des rectangles aux contours souples relatent la journée d’une famille d’ours, plus exactement d’un père et de son fils. Tout comme les humains, un peuple animalier se livre à des facéties, s’émerveille à la vue d’un spectacle de cirque dans la rue. Trente-quatre scènes reconstituent les moments phares de la journée de l’ourson Théo, depuis le lever du jour.