Identification

Critiques

Le Garçon perdu, Thomas Wolfe (par Léon-Marc Levy)

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 10 Octobre 2019. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, USA, Roman, Editions du chemin de fer

Le Garçon perdu (The Lost Boy), novembre 2017, trad. américain Etienne Dobenesque, 103 pages, 15 € . Ecrivain(s): Thomas Wolfe Edition: Editions du chemin de fer

Préambule : Mais que diable viennent faire ces dessins d’enfant qui gênent la lecture et ne signifient rien ? Quelle idée a donc surgi dans la tête des éditeurs ? Lecteurs, ne vous laissez pas distraire de ce bijou par ces sottises !


Petit livre miraculeux, qui prolonge avec délice la lecture du grand « Look Homeward, Angel », Le Garçon perdu est un objet littéraire peu commun.

Il est probablement possible de lire ce livre sans avoir lu Look Homeward, Angel. L’art de l’histoire courte, chez Wolfe, est d’une telle plénitude, d’une telle virtuosité que ces quelques cent pages suffisent à faire émerger brillamment des personnages magnifiques, un propos saisissant, en bref, un vrai roman. Néanmoins, pour ceux et celles qui ont gravi la « montagne » littéraire que constitue Look Homeward, le bonheur est total. C’est comme si, de manière très inattendue, on leur offrait un excipit de cent pages, un retour sur les lieux, avec les personnages auxquels on s’est tant attaché.

Les larmes de Vesta, Michel Joiret (par Philippe Leuckx)

Ecrit par Philippe Leuckx , le Jeudi, 10 Octobre 2019. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman

Les larmes de Vesta, Michel Joiret, MEO éditions, septembre 2019, 152 pages, 15 €

 

En vingt-trois chapitres brefs, le romancier, épris d’histoire, nous conte deux destins, intimement liés à l’histoire de Rome.

Ce qu’il arrive à Lucius, d’une bonne famille romaine, installé à Pompéi, relève d’un attachement à des lieux et à des personnes. Sa mère, Luna, son oncle Flavius, l’ami, Pline le Jeune, sont autant de figures qui le révèlent à lui-même, et partant, au lecteur. Voilà un Romain qui ne se contente pas de vivre à la manière patricienne, qui ne se contente pas de céder aux charmes d’une vie publique et privée aisée, facile. Les événements – l’enfouissement de l’oncle à cause de l’éruption, la mort de sa mère – font tout un travail de deuil et de vie, pour mieux saisir le monde tout autour.

Parallèlement à ce parcours, ce que vit Luc, professeur de latin dans un athénée bruxellois, semble un appel à l’histoire, cette Rome dont il assiège les petites cervelles de ses étudiants par autant de rappels et d’anecdotes. Mais Luc va mal, il le sent, tout lui échappe et même le recours à l’histoire lui semble un leurre. Même sa quête du passé, au travers de carnets qu’il dépouille, lui paraît insaisissable, fuyante.

Kintu, Jennifer Nansubuga Makumbi (par Cathy Garcia)

Ecrit par Cathy Garcia , le Jeudi, 10 Octobre 2019. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Afrique, Roman, Métailié

Kintu, Jennifer Nansubuga Makumbi, août 2019, trad. anglais (Ouganda) Céline Schwaller, 480 pages, 22 € Edition: Métailié

 

Ce roman est une fresque étourdissante d’une densité telle qu’il est impossible de le résumer, et d’ailleurs tel n’est pas le but de cette note, mais il faut tout de même pouvoir donner quelques pistes au lecteur. De quoi s’agit-il ? D’une histoire de famille sur plusieurs générations, trois siècles, en Ouganda, donc bien avant que ce pays ne soit arbitrairement nommé ainsi par le colon britannique, en référence à l’ethnie Ganda, occultant ainsi toutes les autres qui peuplaient cette terre.

Kintu est donc une histoire de famille, mais à vrai dire, c’est avant tout l’histoire d’un geste malheureux et de ses conséquences : la répétition transgénérationnelle d’une malédiction. La gifle d’un père, Kintu, à son fil adoptif, Kalema, lors d’une déjà difficile traversée de désert, ayant entraîné accidentellement la mort de ce dernier, qui de plus fut vite et mal enterré par mégarde à côté d’un arbuste épineux auprès duquel on enterre habituellement les chiens.

Père, François Mary (par André Sagne)

Ecrit par André Sagne , le Mercredi, 09 Octobre 2019. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Récits

Père, François Mary, éditions Plein Chant, 2018, 74 pages, 10 €

 

Raconter la mort du père, la mort de la mère, par les ressources de la littérature, de ce qu’elle procure à la fois comme distance et comme concentration, beaucoup ont tenté de le faire, peu y sont parvenus. François Mary, dans son dernier ouvrage, Père, y réussit parfaitement. Il y a chez lui, à le lire, non seulement un goût profond pour l’écriture mais aussi une extrême attention aux êtres et aux choses qui l’entourent, une vraie sensibilité, une authentique humanité qui le rapproche par exemple d’un Gustave Roud, avec un sens du tragique, de l’irrémédiable, comme dans l’évocation – admirable à tout point de vue – de la mort du jeune chat.

Le livre réunit deux textes de nature différente. Le premier, en italique, a été écrit dans une sorte d’urgence, juste après la mort du père. Le second, intitulé Notations, est plus tardif et regroupe des « souvenirs morcelés » qui n’avaient pas trouvé leur place dans le premier. Ce n’est donc pas une redite mais plutôt un changement de focale, ce second texte s’élargissant aux figures des grands-parents et donnant ainsi aux parents, ainsi qu’au fils, une dimension familiale, une assise dans le temps.

Le Krapoukoff, Raphaëlle Barbanègre (par Myriam Bendhif-Syllas)

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 09 Octobre 2019. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Thierry Magnier, Jeunesse

Le Krapoukoff, Raphaëlle Barbanègre, septembre 2019, 40 pages, 16 € Edition: Thierry Magnier

 

Le Krapoukoff est l’histoire de deux enfants qui décident d’aller pourfendre du monstre « pour de vrai » afin de savoir qui a le plus de courage. Ils découvrent qu’à défaut de monstres, la forêt interdite est peuplée de bien étranges créatures. Le récit de quête héroïque est réécrit ici sous le signe de l’humour et rappelle les textes débridés de Vincent Malone ou les albums d’Alain Crozon.

Forts de leur entraînement permanent, Raoul à l’épée et Violette à l’arc, les enfants sautent la barrière qui protège le village paisible où ils résident, le bien-nommé Moules-sur-Mer. Des arbres gigantesques se dressent face à eux, qui, tout riquiqui dans la profondeur des bois, fanfaronnent encore. Mais lorsque l’obscurité tombe, le vaillant héros et l’héroïne intrépide commencent à avoir peur. Ils croient voir surgir le Krapoukoff, le plus effroyable des monstres de la forêt mais c’est un gros être couvert de pois de couleur qui hurle en les voyant arriver. Il s’agit de Kougloff et il sera leur premier guide dans la forêt, pour cette quête digne des plus grands chevaliers… hauts comme trois pommes.