Identification

Critiques

Solombre, Florence Noël (par Patrick Devaux)

Ecrit par Patrick Devaux , le Vendredi, 10 Mai 2019. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Poésie

Solombre, éditions Le Taillis Pré, avril 2019, 96 pages, 14 € . Ecrivain(s): Florence Noël

 

Il existe une force de persuasion comme il existe une force de dissuasion. C’est ce que révèle, notamment, Florence Noël activant le soleil et l’ombre dans la même idée jusque dans le titre de son évocation.

La maturité de cet auteur touche au sublime dans l’entrechoc des idées, exactement à la charnière où tout pourrait basculer dans un sens ou dans un autre, avec, en direct, des images suggérant une humanité très immédiate : « tes murs sont peints au café froid/ grande table, une seule chaise/ personne/ n’a l’adresse de ta demeure ».

Ainsi « faudrait-il (il faudrait) de la blancheur/aux lèvres soudoyées à l’ange/ annonciateur de faim ».

Le corps se fait vertige à rejoindre ainsi les grandes œuvres humaines (« crisse le papier de soie sous la voûte du pied »).

Le temps des livres est passé, Juan Asensio (par Léon-Marc Levy)

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 09 Mai 2019. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres

Le temps des livres est passé, éditions Ovadia, mars 2019, 655 pages, 35 € . Ecrivain(s): Juan Asensio

 

Pour quiconque aime vraiment la littérature, la vraie, celle dont l’unique projet est la justesse et la perfection, ce livre est un don du ciel. Juan Asensio, dont on sait la force de travail et le talent qu’il déploie dans son Blog littéraire Stalker*, nous y offre quelques-unes de ses études critiques, plus de soixante au total. Travail de Titan qui fait et qui fera trace dans l’histoire de la critique littéraire.

Le mot est dit, critique littéraire – ce qui semble tirer l’objet de ce livre vers un exercice dont il faut dire qu’il n’existe quasiment plus. Aujourd’hui – les Américains nous ont tendu le mot – on fait des « revues » (reviews) de livres, on dit aussi en français des recensions. De quoi s’agit-il ? D’un exercice de compte-rendu de lecture : de quoi parle ce livre (ah les résumés de livres !), comment c’est écrit, quel en est le degré, non pas d’intérêt mais de plaisir qu’il procure. Le journaliste littéraire aujourd’hui est un bateleur du livre. Les plus intelligents d’entre eux parlent aussi de la situation du livre, de son champ de signification et de son importance littéraire. Les autres se contentent de leur propre plaisir (« J’ai aimé », « J’ai adoré », délayés à l’envi…) brandi comme une preuve de la grandeur du livre traité.

Sigmund Freud et Romain Rolland, Un dialogue, Henri Vermorel (par Gilles Banderier)

Ecrit par Gilles Banderier , le Jeudi, 09 Mai 2019. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres, Albin Michel

Sigmund Freud et Romain Rolland, Un dialogue, août 2018, 632 pages, 29 € . Ecrivain(s): Henri Vermorel Edition: Albin Michel

 

La correspondance entre Sigmund Freud et Romain Rolland fut publiée pour la première fois en 1966, dans une thèse de la Faculté de médecine de Paris. À qui s’en étonnerait, on rappellera que Freud était médecin et que la psychanalyse entretient avec la médecine des rapports, certes ambigus, mais réels. Cette correspondance est d’un faible volume et l’on peut de prime abord s’étonner que la republication d’une vingtaine de lettres (il n’y en a pas davantage) aboutisse à un volume de six cents pages. C’est que l’intérêt de cette correspondance est inversement proportionnel à ses modestes dimensions matérielles et Henri Vermorel, qui les republie, les annote et les éclaire, a fait un authentique acte de lecture, digne de tous les éloges. Il reprend le livre qu’il avait publié en 1993 (Sigmund Freud et Romain Rolland, Correspondance 1923-1936, Presses Universitaires de France), en le mettant à jour pour tenir compte de la découverte de nouveaux documents dans les archives de la maison Fischer, l’éditeur de Freud.

Le Grand Voyage de Rickie Raccoon, Gaëlle Duhazé (par Myriam Bendhif-Syllas)

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 09 Mai 2019. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Jeunesse

Le Grand Voyage de Rickie Raccoon, éditions HongFei Culture, février 2019, 64 pages, 15,50 € . Ecrivain(s): Gaëlle Duhazé

 

Après nous avoir enchantés grâce à Cité Babel et Chaton pâle, Gaëlle Duhazé poursuit sa création nourrie de métissage et d’une rare sensibilité avec les aventures d’une héroïne incroyable : la toute petite Rickie Raccoon.

Cachée derrière des montures roses gigantesques et coiffée d’un bonnet de laine aussi grand qu’elle, sorte de version animale de Punky Brewster, Rickie est une très jeune raton-laveur, seule survivante d’un naufrage et recueillie par une charmante mais bavarde chèvre angora. Ses deux seuls amis sont aussi atypiques qu’elle et le trio s’attire les pires ennuis avec les caïds de l’école. Un jour, les frères Pizzly dépassent les bornes, Rickie est profondément blessée : « une formidable colère la brûle tout entière ». Quelque chose se passe qui la couvre de honte et l’amène à penser qu’elle ne peut plus rentrer chez elle. Le plan est tout trouvé : « Quitter l’île de Vancouver. Préparer un sandwich, emporter ses bonbons au sirop d’érable et un ou deux souvenirs. Laisser un mot à Mme Rosabianca. Puis disparaître pour toujours ».

La chance de l’écrivain, David Lodge (par Sylvie Ferrando)

Ecrit par Sylvie Ferrando , le Mardi, 07 Mai 2019. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Iles britanniques, Biographie, Récits, Rivages

La chance de l’écrivain, avril 2019, trad. anglais Maurice et Yvonne Couturier, 540 pages, 24 € . Ecrivain(s): David Lodge Edition: Rivages

 

Après Né au bon moment (2016), dont le titre original est Quite a good time to be born, A Memoir, 1935-1975 (2015), Lodge renoue ici avec ses mémoires autobiographiques, à présent dans les années 1980. C’est son identité d’écrivain qu’il interroge dans ce livre.

Lodge s’est toujours intéressé à la pratique de la fiction et à l’écriture créative des écrivains, dont il parle dans au moins deux ouvrages : The Practice of Writing, non traduit (1996) et The Art of Fiction, recueil de chroniques littéraires qu’il a écrites pour The Independant (L’Art de la fiction, Payot et Rivages, 2008). Pour lui, l’étude des textes littéraires et des intentions de son auteur sont le pendant de l’écriture de fiction narrative. Sa carrière d’universitaire, qui plus est de professeur de littérature anglaise moderne et contemporaine à l’université de Birmingham, a nourri ses romans. Contenu biographique et factuel et contenu fictionnel interfèrent, faisant de cet écrivain un partisan de l’« intégrationnisme », c’est-à-dire de la concordance entre l’expérience de l’auteur et le matériau textuel.