Identification

Les Chroniques

La visibilité de l’image, Histoire et perspectives de l’esthétique formelle, Lambert Wiesing

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Mardi, 17 Février 2015. , dans Les Chroniques, La Une CED, Côté Arts

 

La visibilité de l’image, Histoire et perspectives de l’esthétique formelle, Lambert Wiesing, éd. Vrin, décembre 2014, traduit de l’allemand par Carole Maigné, 320 pages, 30 €

Qu’est-ce que la Beauté ?, René Villemure, Ebook, 2011

http://www.chasseursdetendances.net/ http://www.ethique.net/index.php/fr/

Photos ebook reproduites, Marc Michiels

 

Qu’est-ce que la Beauté ? / La visibilité de l’image, Editions Vrin

 

« La chair du monde décrit la visibilité et le devenir visible des choses même ».

B. Waldenfels

Assia Djebar couronne sa vie par un livre sur saint Augustin

Ecrit par Amin Zaoui , le Lundi, 16 Février 2015. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

Le fauteuil cinq est vide, à Paris ! Et Fatima Zohra dormira ce soir à côté de son père, à Cherchell. Fille de son père ! Les dames de la taille d’Assia Djebar ne partiront jamais. Ne disparaîtront jamais. Jamais !

Il y a de cela trois mois, à ma façon, j’ai rendu un hommage à Assia Djebar, en forme d’un dossier d’une cinquantaine de pages que j’ai publié dans la revue Nizwa, parue à Muscat, Oman (n°80, octobre 2014). La plus prestigieuse revue arabe dirigée par le poète Saïf Rahby, et qui encore respecte la culture et la littérature. L’unique hommage en arabe rendu à Assia Djebar de son vivant. Dans cet hommage mérité, j’ai réuni autour d’un ensemble de questions concernant l’écriture d’Assia Djebar trente écrivains, traducteurs et critiques algériens toutes langues confondues, arabe, tamazight et français. Des écrivains de différentes générations : Youcef Merahi, Djamel Mati, Leïla Hamoutène, Lazhari Lebter, Dehbia Ammour, Tarik Djerroud, Ahmed Hamdi, Habib Sayeh, Ahmed Dellabani, Mohamed Meflah, Saïd Boutadjine, Amer Makhlouf, Bachir Mefti, Mohamed Sari, Guellouli Bensaâd, Rabah Khaddouci, Samir Kacimi, Youcef Ouaghlissi, El-Maissa Boutiche, Hacène Bennamène, Mohamed Djafar, Ahmed Abdelkarim, Fayçal Lahmar, Habib Monissi, Lyamine Bentoumi, Abderrahmane Meziane, Mohamed Daoud, Soumia M’hannech, Farès Kebbich et Brahim Tazaghart.

Des sorcières comme les autres, Artistes et féministes dans la France des années 1970, Fabienne Dumont

Ecrit par Michel Host , le Jeudi, 12 Février 2015. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

Des sorcières comme les autres, Artistes et féministes dans la France des années 1970, Fabienne Dumont, Presses Universitaires de Rennes. Coll. Archives du féminisme, 2014, 568 pages, 26 €

 

Une lecture est une aventure personnelle, sinon « à quoi bon ? » Et celle-ci l’est tout particulièrement !

Michel Host

 

Des Femmes-Artistes et de leurs travaux vers la fin du siècle dernier

« Encore faudrait-il que ces messieurs pensent aux dames au moment de sélectionner les candidats potentiels au statut d’Immortel ». (Il s’agit de l’Académie des Sciences, où aucune femme ne sera reçue en juin 2015).

Signé de Maryline Baumard

Quotidien Le Monde, aux 30-XI et 1er-XII- 2014

Introduire un peu d’art dans nos sentiments, Jean-Paul Michel

Ecrit par Didier Ayres , le Jeudi, 12 Février 2015. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED, Côté Arts

 

« Le prix qu’il faut payer pour la réalité »

Je me retrouve rarement devant un livre sans un sentiment particulier pour l’auteur, car j’aime voir l’homme formulé derrière le livre. Ici, encore, avec ce livre de Jean-Paul Michel, qui investit le discours en philosophe et en poète, je ressens une personne investie par Hegel et Marx, jusqu’en ces temps d’aujourd’hui.

Enfants intrépides des Lumières, Hegel, Marx, Comte avaient nourri des optimismes conquérants. Les procès de Moscou d’un côté, Auschwitz d’un autre, Hiroshima enfin opposèrent une dure contrepartie à ces rêveries.

C’est là le cœur du livre. Et quelle mesure violente pour un poète que d’avoir sa pensée payée au tribut politique du siècle finissant, avec son euphorie dialectique et ses cauchemars guerriers. Mais rien de manichéen dans la conception de ce vêtement de discours. Plutôt des nuances, des oppositions de bloc et de détails, avec cette impression de la chimère du Baudelaire des Petits poèmes en prose, et des lumières contrastées sur les oppositions dialectiques de la pensée.

Rendre à Sagan ce qui appartient à Sagan

Ecrit par Zone Critique , le Mercredi, 11 Février 2015. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

La cause littéraire vous présente aujourd'hui un nouvel article de son partenaire Zone Critique

 

« Un drame amusant, c’est ça la vie non ? » Si Françoise Sagan s’est éteinte il y a dix ans jour pour jour, son mythe n’a jamais cessé de flamboyer. Plusieurs biographies, un biopic, une pièce de théâtre, des rééditions de ses œuvres et des articles continuent de faire vivre ce charmant petit monstre. Mais aujourd’hui que reste-t-il de Sagan ? Surtout des scandales et quelques anecdotes éclatantes qui nous font oublier que Sagan reste un des écrivains phares du XXème siècle.

Françoise Sagan est une icône. Mais malheureusement pour l’écrivain qu’elle est, ce ne sont pas ses livres, plus que savoureux pourtant, qui ont marqué le grand public mais plutôt son image de femme libérée. Je ne perdrai pas mon temps à raconter ses soirées enflammées à Saint-Tropez, ses coups d’amour, ses addictions, ses déboires avec la justice, sa passion pour les belles voitures et de son amitié avec François Mitterrand. Tout a déjà été dit. Profitons de cette page pour défendre l’écrivain.