Identification

Les Chroniques

"Souffles". La 404... !!!

Ecrit par Amin Zaoui , le Mercredi, 04 Septembre 2013. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

La 404 est la voiture de toute la mémoire de la nation. Sur le dos de la 404 notre histoire a été construite. Du moins, une grande partie ! Elle est toute une mémoire, toute une histoire ! La 404 a marqué des générations. La 404 est la monture magique qui a façonné l’imaginaire de deux générations algériennes et maghrébines. Peut-être un peu plus. La monture extraordinaire qui a su quand et comment transporter l’intelligentsia rurale algérienne vers la cité. Chaque intellectuel, sans exception aucune, détient en lui, dans ses tréfonds, des souvenirs palpables envers ce véhicule.

La 404 ! La 404 est la voiture célébrée, narrée, dite, chantée, peinte, décrite… par un grand nombre d’écrivains algériens et maghrébins. Dans la poésie comme dans le roman. En arabe littéraire comme en tamazight, en français comme en dialectes. De Kateb Yacine jusqu’à Tahar Djaout. De Tahar Ouatar jusqu’à Mohamed Meflah. De cheikh El Hasnaoui jusqu’à Brahim Tazaghart. Tout ce monde de la création était fasciné par cette 404.

Carnets d'un fou - XXII

Ecrit par Michel Host , le Samedi, 31 Août 2013. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

Le 28 juillet 2013

Rétrospectivité / Prospectivité / Objectivité / Subjectivité / Invectivité / Perspectivité / Salubrité

« Je me sens très optimiste quant à l’avenir du pessimisme » : Jean Rostand (Cité par Michel Host, dans son Petit vocabulaire de survie aux Éd. Hermann, 2012)

 

Ces Carnets d’un fou sont un tissu d’observations et de réflexions. Tissu déchiré parfois, car enfoui dans le sépulcre de l’impubliable : deux éditeurs, craintifs, ont fait marche arrière tant les timides et rares audaces qu’il enveloppe leur ont paru devoir contrarier leur bonne réputation, leur chiffre de vente et leur belle complicité avec la chronique littéraire parisienne. Seule une publication en revue est donc accessible à ces notations. La Cause littéraire, après La Vie littéraire, les accueille à son tour : qu’elles en soient remerciées. Ravaudages et reprises, donc ! Mis sur le métier en 1999, on y verra défiler des « vues » d’un passé de quelques années auxquelles, ici ou là, des commentaires touchant à notre proche actualité fourniront d’autres perspectives. Nous attendons monts et merveilles de ces travaux d’aiguille.

En lisant "Vrouz" au bord de l'eau

Ecrit par Jean Bogdelin , le Lundi, 26 Août 2013. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

Vrouz de Valérie Rouzeau (La Table Ronde, 2012) n’est pas à proprement parler un recueil de sonnets, eaux-fortes définitives, comme ont su faire Ronsard ou Mallarmé. Pourtant une bonne partie de la critique a voulu le saluer en tant que tel, lui donnant du coup une allure excessivement aristocratique, assez hors du temps en fait, ou même rétro. Si c’était le cas, nous ne nous serions pas cru autorisé à le recommander dans la liste de livres d’été de la Cause Littéraire.

Recueil, qui plus est, de 151 sonnets sans titre, telle une exposition de tableaux abstraits ! Le recueil lui-même était resté jusqu’à sa parution sans titre, sinon avec un incertain Autoportraits sonnés avec ou sans moi. Enfin, Jacques Bonnaffé vint et proposa Vrouz. Cela est précisé dans les notes, que nous recommandons de lire aussi, afin de bénéficier d’un éclairage instructif au fur et à mesure que se déroule votre lecture. Vous pourriez même, si cela vous amuse, donner un titre à chaque strophe, sans froisser la poète, tant elle apprécie toute lecture active de la part de ses amis inconnus. Et Vrouz, comme ses autres recueils, c’est d’abord des aires de jeu à toutes les pages, à fréquenter là où vous vous sentez à l’aise, au bord de l’eau par exemple.

Tunisie : Tahar Haddad, la leçon mal apprise

Ecrit par Amin Zaoui , le Samedi, 24 Août 2013. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Tahar Haddad (1899-1953). Il était, par excellence, l’intellectuel pionnier du modernisme en Tunisie. Aimé et applaudi par les uns, rejeté et blasphémé par d’autres. Mais, face à tout ce qui se passe, ces jours-ci, en Tunisie, on dirait que rien n’a changé, rien n’a été fait depuis l’époque de cet éclaireur de la modernité. Sommes-nous en Tunisie des années 30 ou en celle de 2013 ? Audacieux par et dans ses écrits, Tahar Haddad a été menacé par les forces salafistes conservatrices qui ne cessaient de tirer sa Tunisie vers l’obscurantisme et la régression. En regardant autour de nous, nous constatons qu’après un siècle ou presque, les mêmes forces des ténèbres continuent à tuer la lumière dans ce beau pays, la Tunisie.

Tahar Haddad, ce fils hors pair de Tunis fut un visionnaire. Penseur, poète, syndicaliste et journaliste. Il était tout cela en un. Présent sur tous les fronts pour défendre une seule cause : la lumière et la raison. Dans son œuvre controversée, son livre le plus connu, intitulé Notre femme dans la charia et la société (1930), Tahar Haddad se range sans ambiguïté au côté des droits de la femme. En appelant ouvertement, sans confusion aucune, à l’abolition de la polygamie dans le monde arabo-musulman, Tahar Haddad s’affiche en défenseur farouche du droit de la femme à la citoyenneté.

Le crétin tel qu'on le parle, Pierre Chalmin

Ecrit par Michel Host , le Vendredi, 23 Août 2013. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

Le crétin tel qu’on le parle ou le jargon des élites, Pierre Chalmin, Lexique, Les éditions de Paris, Max Chaleil, Collection Actuels, mai 2013, 77 pages, 9 €

 

Une lecture est une aventure personnelle, sinon « à quoi bon ? »

Michel Host

 

C’est bon pour la santé

La tentation du lexique, du vocabulaire, voire du dictionnaire – tentation de l’écrire… de le lire… – est irrésistible. On le sait, on s’y instruira, on s’y distraira, on s’y scandalisera. À preuve, j’en lis régulièrement et j’en ai même commis un récemment, ensemble de définition des mots que nous employons souvent ou très rarement, et cela dans le simple but de survivre à la logorrhée universelle, aux barbarismes, aux approximations, aux néologismes intempestifs et autres inexactitudes dont nos contemporains, qui savent de moins en moins leur langue, nous emplissent les oreilles au point de nous les casser.