Identification

Les Chroniques

Mémoires d’une fille d’Afrique, à propos de Carnets intimes de Taos Amrouche

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Samedi, 29 Novembre 2014. , dans Les Chroniques, La Une CED

Je lus l’Iliade au milieu des blés mûrs (…) C’est en moi qu’Antiloque lançait l’épieu. C’est en moi qu’Achille damait le sol de sa tente, dans la couleur de ses lourds pieds. C’est en moi que Patrocle saignait. C’est en moi que le vent de la mer se fendait sur les proues.

« Jean le Bleu », Jean Giono (1932, Grasset)

Nature et passion

Les Carnets intimes de Taos Amrouche se tissent au fil de nombreuses interrogations entrecoupées de malaises, de rencontres fortuites, de recherche d’absolu. Les couleurs les habitent, rouge sur le bonheur, vert pour l’angoisse de l’attente, jaune d’or pour le troisième journal, bleu pour le futur bilan. Taos Amrouche consigne avec une naïveté de jeune fille entre affronts et ivresse l’évolution de ses sentiments (et de ses déboires) pris en étau par Jean (Giono), qualifié de poltron et de monstrueux – situation commune aux créatrices des années 1950/60, assignées à des rôles fantasmatiques et à une reconnaissance moindre… Taos Amrouche l’avoue [à propos de Giono] : Je l’ai idéalisé. Je l’ai fabriqué et dénonce : si le bâillon est bien ajusté, il me domine, l’idée que je puisse être éditée, m’exprimer, me libérer lui est intolérable (l’on pense parfois, dans ce maelström sentimental, au Journal de Katherine Mansfield de 1927, et à sa liaison malheureuse avec Francis Carco).

Cathédrales, 1789-1914, un mythe moderne

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Samedi, 22 Novembre 2014. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

Dir. Sylvain Amic et Ségolène Le Men, Cathédrales, 1789-1914, un mythe moderne, Somogy éditions d’art, Musées de Rouen, Paris/Rouen, 2014, juin 2014, 39 €

 

Grâce à la publication de ce bel ouvrage, nous sommes, ne finissons pas d’être « à l’heure où s’accomplit la découverte de la cathédrale », pour reprendre la formulation de Charles Morice dans sa longue introduction à l’ouvrage d’Auguste Rodin Les Cathédrales de France, publié en 1914.

Cette découverte s’opère grâce à la vue d’abord (vraie grâce). Entrant en certaines cathédrales (qui nous donnent le sentiment d’être « faite[s] de toutes les cathédrales », comme l’a murmuré Morice), l’on est amené à être ébloui. Même s’il y a l’ombre, omniprésente, chaque cathédrale aimée perd immédiatement, dans le moment où l’on reconnaît cet amour qu’on lui porte, « son essence comme structure de pierre » (John Ruskin) pour recouvrer son essence comme structure de lumière. Émile Verhaeren, alors trop jeune pour assister aux offices, découvrit « comme en maraude » la cathédrale gothique d’Anvers et fut ébloui de voir luire « un autre soleil »*.

Violences, Brigitte Aubonnet, Nouvelles

Ecrit par Michel Host , le Vendredi, 21 Novembre 2014. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Violences, Brigitte Aubonnet, Nouvelles, Éd. Le Bruit des autres, juin 2014, 170 pages, 14 € (www.lebruitdesautres.com)

 

Brèves considérations sur la réception de la nouvelle

et sur ce recueil-ci

 

« On dit d’un fleuve emportant tout sur son passage

qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence

des rives qui l’enserrent »

Bertolt Brecht, cité par Brigitte Aubonnet

La bête dans la jungle, Henry James

Ecrit par Roland Goeller , le Mercredi, 19 Novembre 2014. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

La rencontre d’un homme et d’une femme se produit toujours autour d’une inclination réciproque, à l’image de deux promeneurs qui s’avancent l’un vers l’autre sur un sentier étroit et que leurs excès de politesse, au lieu de s’effacer, conduisent à entrer en collision. Rien de tel dans le roman de Henry James, La Bête dans la jungle (titre original : The Beast in the jungle, 1903, Londres). Rien de tel et pourtant que d’inclination entre la discrète May Bartram et le dandy John Marcher.

Entre eux, une première rencontre survient au cours d’un voyage à Naples. May s’en souvient parfaitement, elle prend l’initiative d’en rappeler le souvenir à John Marcher lorsqu’ils se retrouvent, dix ans plus tard, en la somptueuse propriété de Weatherend. Le roman commence avec la magnifique scène des retrouvailles. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un roman, mais d’une longue nouvelle, comme Henry James savait si bien les trousser, en six chapitres autour des six temps forts que comprendra la longue et étrange liaison entre May Bartram et John Marcher.

D'images et de bulles (12) - Le verre à moitié vide, Aurélie William Levaux

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mardi, 18 Novembre 2014. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

« Non, ce n’est pas la vraie vie, ce n’est pas la mienne, ça n’y ressemble pas.

La vraie vie, c’est autre chose.

Les femmes, dans la vraie vie, ne sont pas toutes casse-couilles et les hommes ne sont pas tous moustachus ».

Voici l’ouverture d’« un récit qui n’en est pas un ». Une vie qui n’est pas la vraie vie et surtout pas celle de son auteure, Aurélie William Levaux ou AWL. Le quotidien d’une femme, des pensées, des phrases, les répliques du compagnon « en voix off », des enfants, une maison et une nature fantastique et luxuriante. Ce qui fait la vie, pourtant, la vraie, les émotions, les mots, le corps, la sexualité, encore la sexualité.