Identification

Les Chroniques

Blanchiment d’Histoire, blanchiment du Passé, par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui , le Lundi, 01 Juin 2015. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Nous sommes les enfants malheureux d’une longue dynastie d’échec. Nous sommes les enfants de la déception. Partout les murs d’interdiction, de lamentation ou de désolation sont dressés. Dans les têtes, dans les textes et dans la cité. Dans ce monde arabo-musulman né avec une pathologie historiquement génétique, le rendez-vous avec la modernité est raté. Cette défaite qui perdure s’explique, à mes yeux, par la faillite de l’intelligentsia. Religieuse, politique, technique, littéraire et philosophique. La racine de cette faillite chronique généralisée a trouvé sa terre fertile dans la façon avec laquelle notre intelligentsia regarde, lit ou analyse son histoire. Retourner l’histoire ! Dans la façon avec laquelle cette intelligentsia noue son rapport avec le patrimoine local et universel. En somme, la façon avec laquelle elle compose avec le passé. Hier ! Nous sommes une société qui, depuis le cinquième siècle de l’hégire, le onzième selon le calendrier grégorien, fuyant son temps réel, son miroir, ne cherchant que refuge dans le passé. Elle avance vers le non-sens. Une société qui sacralise aveuglément le passé et ceux qui l’ont fabriqué. Dans un état pareil, le passé, notre passé, n’hésite pas à remplacer le futur, dans notre vécu comme dans notre imaginaire collectif. Confortablement, il occupe la place du présent. Sacraliser le passé est un signe de fanatisme. Nous vivons dans une société forgée dans une culture qui rejette le temporel.

« Une traversée des apparences » - Une histoire à tenir debout, Régine Salvat

Ecrit par Marie-Josée Desvignes , le Samedi, 30 Mai 2015. , dans Les Chroniques, La Une CED

Une histoire à tenir debout, Régine Salvat, Editions J.C Lattès, 2011

 

Comment parler du livre de Régine Salvat sans évoquer l’émotion violente et incompressible qui nous étreint en le lisant, sans évoquer la présence à chaque mot, de RémY, pendant notre lecture.

RémY (avec un Y !), un être doté d’une grande intelligence, sensible, magnanime et qui a su gagner tant de combats contre sa maladie, à différentes étapes, pour apprendre à lire, à écrire, quand sa maladie l’entravait, qui a refusé le plus longtemps possible le fauteuil roulant, pratiqué l’aïkido et qui a décidé tel un samouraï de suivre cette éthique exemplaire qu’il admirait : la droiture est le pouvoir de décider une certaine ligne de conduite en accord avec la raison, sans hésiter ; mourir lorsqu’il faut mourir, combattre quand il faut combattre ; « le courage est la vertu des héros… c’est un réel courage de vivre lorsqu’il est juste de vivre et de mourir seulement lorsqu’il est juste de mourir ». Des phrases qu’il avait soulignées dans son livre préféré. « Rémy c’était mon Gandhi, et plus encore », disait de lui son ami Loïs.

Pourquoi les islamistes sont-ils angoissés par la femme ?, par Kamel Daoud

Ecrit par Kamel Daoud , le Vendredi, 29 Mai 2015. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Se lever le matin, puis lire une information brève dans un journal arabophone de Londres : le savant théologien saoudien, le cheikh Abd Errahman Ben Nasser El Barek, a annoncé que le droit de conduire pour les femmes « va ouvrir les portes de l’enfer pour le Royaume » qui lui donne son salaire. Que cela va conduire à la corruption, le mal, les maux et le désastre.

Puis relire et réfléchir sur la question de fond : pourquoi les islamistes sont aussi angoissés par les femmes ? D’où vient cette obsession ? On peut creuser et dire que le rapport trouble avec les femmes est un produit dérivé des monothéismes en général : religions puritaines, nées dans les déserts désincarnés, à l’époque des rapts et des viols qui imposent de cacher les femmes et les voiler ou les enterrer. On peut aussi dire que c’est une idée qui persiste depuis la préhistoire : la femme n’est pas une force de guerre pour le clan et la horde, elle ne peut servir de soldat et donc elle est un poids mort, un poids ou une mort. Même avec l’avènement des monothéismes, l’idée est restée et revient dans la tête quand la préhistoire revient dans l’histoire. Les islamistes d’aujourd’hui ne font que se souvenir d’une histoire ancienne. A l’époque où se faire voler ses femmes était la preuve de sa faiblesse et donc la femme était la faiblesse de la horde et du nomade.

C., Lolita Sene

Ecrit par Isabelle Siryani , le Jeudi, 28 Mai 2015. , dans Les Chroniques, La Une CED

C., Lolita Sene, Robert Laffont, mars 2015, 216 pages, 17 €

 

J’ai reçu C. l’esprit emprunt d’une nuée de préjugés, je dois l’avouer. Sobrement intitulé d’une Consomme qui résonnait plus comme le C d’un Coup marketing éditorial, C. était en fait celui de la Cocaïne. J’ai donc entre les mains le premier roman d’une certaine Lolita qui parle de Coke, et, tout naturellement, je me remémore cette autre Lolita qui parlait, elle aussi, de Coke quelques années plus tôt. Les Lolita sont-elles toutes vouées à écrire des romans chimiques à souhait ? J’ai naturellement repoussé loin cette idée. Après tout, pourquoi cette nouvelle Lolita souffrirait-elle de l’image que l’on se fait de cette autre ?

J’ai donc ouvert C. l’esprit libre et me suis finalement vite laissée bercer par une plume poétique et entraîner dans un récit qui a pour moi très bien fonctionné. Embarquée avec Juliette – prénom que Lolita a choisi de donner à son héroïne sans doute pour se distancer – dans cette écriture simple mais mélodieuse, j’ai eu envie de savoir… Comment d’une part devient-on cocaïnomane et comment d’autre part s’en sort-on ? Car de ce Combat, comme elle le nomme elle-même, elle s’en est aujourd’hui sortie.

Celui qui a « mangé » une bibliothèque ! par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui , le Mardi, 26 Mai 2015. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Le vaste monde se terminait aux pieds des quatre murs d’une grande salle, légèrement humide, avec des rayonnages en bois. Une splendide lumière du jour éclairait l’espace. Une grosse ampoule pendue au milieu du vide. Beaucoup de volumes, formats différents. Les petits et les grands. Les reliés et les nus. Ceux écrits de gauche à droite. Ceux écrits de droite à gauche. En bonne compagnie. Bon voisinage ! Il y avait des chaises en bois avec des pieds d’acier, au nombre de quarante-huit en tout. Le silence de cette salle régnant sur les douze tables ne ressemble point aux autres silences d’ailleurs.

Les tables et les chaises à l’image d’Aït Abdelkader, responsable de cette bibliothèque du village, n’ont jamais abandonné leurs places. N’ont jamais manqué leur rendez-vous. Ils sont là depuis le jour où j’ai mis pour la première fois les pieds dans ce lieu, foulant l’ambiance du parterre en carreaux noirs et blancs. J’avais à peine onze ans.

Depuis, je n’ai pas quitté le lieu. Plutôt, le lieu ne m’a jamais quitté ! Ssi Aït Abdelkader, on l’appelait ainsi, fut un homme de petite taille. Discret. Toujours debout dans son costume classique, chemise blanche et une cravate noire mouchetée. Sérieux et souriant ! Cet homme m’a ensorcelé. Il connaissait par cœur tous les titres de ces livres rangés, en toute quiétude, côte à côte sur des planches en bois couvertes d’une vaporeuse couche de poussière.