Identification

Entretiens

Le 20ème Maghreb des livres : Entretien avec Georges Morin

Ecrit par Nadia Agsous , le Jeudi, 06 Février 2014. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

Les 8 et 9 février 2014, l’association Coup de Soleil fêtera les vingt printemps du Maghreb des livres. A cette occasion, la littérature du Grand Maghreb sera mise à l’honneur et en valeur. Georges Morin, le Président de l’association organisatrice, nous livre son regard quelques jours avant l’événement.

 

Quel bilan faites-vous de cette manifestation littéraire et culturelle vingt ans après sa création ?

 

Le Maghreb des livres a effectivement 20 ans cette année 2014, puisque c’est en octobre 1994 que l’association Coup de soleil (elle-même née en 1985) a créé cette manifestation littéraire sur les conseils de mon ami le grand écrivain Rachid Mimouni. Il lui paraissait important de mettre en valeur, fortement, une fois l’an, l’ensemble des livres parus sur le Maghreb ou écrits par des auteurs du Maghreb.

Entretien avec Louise Thunin

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Samedi, 25 Janvier 2014. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

Matthieu Gosztola : Vous venez de faire paraître Cœurs et blessures aux éditions L’Harmattan (82 p, 11,50 €).

Ce livre est né d’un drame. Pouvez-vous revenir sur ce « fait » qui a marqué les journaux, les consciences, et face auquel vous avez été amenée à porter un regard différent, profondément humain ?

 

Louise Thunin : En 2009, une petite fille martyrisée par ses parents est morte. Son corps est retrouvé dans une jardinière, enterrée sous une dalle de béton. Les auteurs, le père et la mère de la fillette, ont dû répondre de leurs actes devant la Justice en 2012. Des drames étrangement similaires ont suivi au cours de 2012-2013, comme la répétition douloureuse d’une histoire déjà entendue, comme une leçon non encore apprise et dont l’intitulé semble devoir s’étaler en majuscules dans les pages de nos quotidiens comme dans les cieux de notre conscience collective.

Entretien avec Samuel Gallet

Ecrit par Marie du Crest , le Jeudi, 12 Décembre 2013. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

Entretien de Marie Du Crest avec Samuel Gallet, au bar du Théâtre de la Renaissance, à Oullins, le 7 novembre 2013

Le poète-rock

 

Le texte d’« Oswald de nuit » est présenté comme un poème-rock, qu’entendez-vous par là ?

 

Depuis six ou sept ans, je travaille sur l’idée d’un rapprochement de la poésie et du rock. Je suis depuis longtemps touché par des gens comme Patti Smith, les Doors ou Dylan, ou Noir Désir, qui ont travaillé sur cet échange fort entre poésie et rock. Le guitariste, Baptiste Tanné, et moi-même, nous poursuivons en quelque sorte cette tradition qui consiste à faire se rejoindre musique et poésie d’autant que dans le rock, il est question de vies à la dérive, d’existences brisées.

Gouverner au nom d’Allah, Boualem Sansal (Entretien avec l'auteur)

Ecrit par Nadia Agsous , le Samedi, 16 Novembre 2013. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

Gouverner au nom d’Allah. Islamisation Et Soif De Pouvoir Dans Le Monde Arabe, Boualem Sansal, éditions Gallimard, Collection Hors série Connaissance, 160 pages, 12,50 €

 

L’islamisme « a gagné en puissance et en légitimité », écrit l’écrivain et essayiste algérien, Boualem Sansal, dans son dernier essai publié aux éditions Gallimard.

Rencontré dans les locaux des éditions Gallimard, dans le bureau qui servait de lieu de travail à Albert Camus, l’auteur a bien voulu nous éclairer davantage sur cet essai qui mérite d’être lu et d’être commenté sereinement afin d’inciter le débat des idées et de favoriser ainsi la réflexion.

 

Entretien avec Boualem Sansal

Rencontre avec Frédéric Schiffter

Ecrit par Philippe Chauché , le Vendredi, 15 Novembre 2013. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

« Entre l’Ennui et l’Extase se déroule toute notre expérience du temps ».

E. M. Cioran – « Syllogismes de l’amertume »

 

Biarritz, un mois d’octobre unique, une journée d’été en automne, le Casino est à deux pas, la Grande Plage à quatre, l’hôtel du Palais à un regard, l’océan se repose, les surfeurs doivent flâner ou lire La Beauté, une éducation esthétique, et qui sait Le charme des penseurs tristes (*). Dans un salon de velours rouge du Plazza, on peut se livrer de biais au jeu des questions réponses, et l’ombre portée de quelques écrivains balnéaires nous accompagne avec légèreté. Que demander de mieux ?

 

Philippe Chauché : Au siècle dernier vous avez mis sur « le devant de la scène » une petite maison d’édition Distance, aujourd’hui disparue, où vous avez publié quelques classiques très modernes – Gracian, Ortega y Gasset, Hérault de Séchelles, Schopenhauer, mais aussi de petits textes de votre plume, vous vous vouliez éditeur et auteur ?