Identification

Les Chroniques

Laissons du temps au temps ! Des livres durables...

Ecrit par Odile Alleguede , le Mercredi, 06 Juin 2012. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

Vivre « slow » est l’alternative tendance. Dans l’air du temps, depuis le très connu « slow-food » jusqu’au tout récent « slow-wear », le concept « lenteur » accélère les ventes en mixant deux approches antagonistes : marketing et philosophie. Alors, manipulation ou révolution ?

Des horloges qui fonctionneraient pour les dix mille prochaines années ? Rêve ou utopie ? Ni l’un, ni l’autre, mon capitaine ! Voici le moteur d’un incroyable projet, né en 1994 de l’union de deux cerveaux parmi les plus fertiles du désertique Ouest américain : le chercheur Danny Hillis, et Stewart Brand. Ce dernier, étique septuagénaire californien, partageant un air de bonne brute avec Clint Eastwood, s’inscrit dans la verte lignée des hauts mamamouchis de la cyber/contre-culture made in USA. Proche de feu Steve Jobs, conseillé de Jeff Bezos (PDG d’Amazon), Brand vient de faire paraître un livre aux éditions Tristram (L’Horloge du Long Maintenant : l’ordinateur le plus lent du monde), relayant ainsi sa folle entreprise dans la presse comme sur le long terme. Qu’est-ce, au juste ? En résumé et pour faire simple, disons qu’une première horloge est d’ores et déjà en phase ultime de réalisation, suspendue à 80 mètres du sol, en plein désert du Texas !

John Steinbeck : De America

Ecrit par Avi Barack , le Mardi, 05 Juin 2012. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

L'opinion la plus courante concernant John Steinbeck et son œuvre, et ce n’est innocent ni d’une conception inepte de la littérature ni d'un parti pris idéologique, est que le cadre du travail de Steinbeck, de son discours, serait en gros un regard « sur » l’Amérique. Et on en a tiré, à longueur d’études et de thèses à n’en plus finir, une vision parfaitement desséchée de ce trésor littéraire. Regard « sur » l’Amérique entend regard « sur » l’histoire de l’Amérique d’où coupure Histoire/sujet regardant : du coup, de papa Steinbeck, on attend une critique – tant qu’à faire "marxiste-léniniste" ne lésinons pas – de l’Histoire Yankee passée et présente ! Ben voyons. Il y a Steinbeck et il y a les USA donc tout est possible. Tout est possible oui, même l’aveuglement, même de passer les bornes. De se permettre un glissement de préposition s’érige en symptôme. Du « sur » au « de » c’est la frontière, rien que ça, entre idéalisme et matérialisme. Il n’y a pas de « ça-parle » de Steinbeck « sur » l’Amérique parce que l’enracinement symbolique est ce qui du réel intervient dans l’imaginaire. Du réel ou, il y en a qui disent de la « réalité ». On peut dire cela plus simplement (j’entends bien la rumeur de l’hystérie) : Le discours de John Steinbeck n’est pas « sur » l’Amérique mais « de » l’Amérique. L’Amérique n’est pas son propos mais son lieu, le socle émetteur de son écriture, sa source.

La mère Michel a lu (10) - Le dernier Contingent, Alain-Julien Rudefoucauld

Ecrit par Michel Host , le Mardi, 15 Mai 2012. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

Le dernier contingent, Alain Julien Rudefoucauld, Éditions Tristram, 2012, roman, 501 pp., 24 €

www.Tristram.fr/ Tristram – BP 90110 – 32002 AUCH Cedex

 

DES MONDES SE REGARDENT, S’ÉLOIGNENT ET SOMBRENT

C’est entendu, le roman a fait parler de lui, et en bien. Le contraire eût été étonnant. Il a aussi obtenu un prix littéraire de renom, celui de France-Culture/Télérama. Voilà qui ne desservira pas son auteur, ni son éditeur, du moins La Mère Michel le leur souhaite bien haut.

 

Commençons par le volet aléas et désagréments. J’ai lu que plus de cinquante éditeurs avaient refusé le livre. Félicitons-les, ils ne se sont pas déjugés : pareils à eux-mêmes ils ont témoigné de la magnifique constance de leur pusillanimité et, comme souvent à travers leur regard commercial, leur myopie, leur goût du calibrage routinier, ont sous-estimé les capacités du lectorat et préjugé de ses réactions.

Peut-on ne pas aimer Céline ?

Ecrit par Avi Barack , le Mardi, 08 Mai 2012. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

La chose est des plus étranges. A force de se poser l’éternelle question du statut, voire de la légitimité – comment peut-on ? - de Louis-Ferdinand Céline dans le paysage littéraire (et autre) français, on a fini par rendre Céline obligatoirement aimable, génial, « incontournable » comme on dit chez les cuistres. Ce qui est aussi déplorable, au fond, que de le figer en « écrivain maudit ».

On peut oser sans problème ne pas aimer Proust, Gide, voire l’intouchable Camus. Personne ne vous conteste ce droit. Vous pouvez même les détester, il s’agit de goûts littéraires. Mais Céline, on ne peut pas. On ne peut plus. A la déclaration simple : « je n’aime pas Céline » est systématiquement accolée une suite tacite mais Ô combien assourdissante, « parce qu’il est antisémite ». Je n’aime pas Céline parce-qu’il-est-antisémite : c’est ce qu’on appelle en linguistique (Antoine Culioli) un « énoncé indissociable ». Avec Roland Barthes on parlerait d’holophrase. La première proposition (pourtant principale) « je n’aime pas Céline », comme elle est a priori considérée par votre interlocuteur comme subordonnée à la seconde (même non dite) « parce qu’il est antisémite », en devient du coup impossible. « Je n’aime pas Céline » est impossible (à dire, à écrire, à penser) puisque c’est une phrase tronquée, la seule phrase possible étant « je n’aime pas Céline parce qu’il est antisémite ».

Chronique du sel et du soufre (mai 2012)

Ecrit par Jean-Luc Maxence , le Lundi, 07 Mai 2012. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

GILLES LA ROCHELLE DANS LA PLÉIADE !

 

Je ne sais trop où se trouvent, ici et maintenant, les fantômes de Louis Aragon et de Pierre Drieu La Rochelle, même s’ils se rencontrent, ces derniers temps, dans l’invisible éternité quand toutes les idéologies partisanes s’évanouissent… J’ai idée que Drieu, le fasciste, rejoignant son vieux camarade communiste Aragon, dans les hautes sphères de la  prestigieuse collection La Pléiade, chez Gallimard (1), doit éclater de rire dans un arrachement formidable et absurde !

En effet, un volume « Romans, Récits Nouvelles » de Drieu La Rochelle, outre une introduction superbe et exhaustive, contient une chronologie, des notes, et surtout État civil, La Valise vide, Blèche, Adieu à Gonzague, Le Feu Follet, La comédie de Charleroi, Rêveuse bourgeoisie, Gilles, Mémoire de Dirk Raspe, Récit secret. Ce choix pertinent rend à Drieu son nouveau charme pour un nouveau siècle. J’ai relu avec émerveillement et plaisir Blèche, Le Feu Follet, La comédie de Charleroi et surtout l’inoubliable Gilles, un chef-d’œuvre, modèle du genre, que toute une génération va pouvoir désormais découvrir, celle qui n’a pas connu Vichy. Pas davantage Hitler.