Identification

Biographie

Semmelweis, Louis-Ferdinand Céline

Ecrit par Didier Bazy , le Samedi, 20 Avril 2013. , dans Biographie, Les Livres, Livres décortiqués, La Une Livres, Récits, Gallimard

Semmelweis, préface de Philippe Sollers, Gallimard collection Imaginaire, 128 p. . Ecrivain(s): Louis-Ferdinand Céline Edition: Gallimard

 

Saint Semmelweis au Panthéon

 

Il est des héros. Certains touchent la célébrité, parfois la gloire. Tout le monde connaît Pasteur. Il est des géants anonymes – ou quasi tels – qui, par leurs actions, et une idée est une action, sauvèrent des millions de vie. Les injustices sont de ce monde. Au nom de l’eugénisme (et pas seulement), un système a liquidé des millions de vies. Avec une idée, une réforme pratique : se laver les mains à l’hôpital, Semmelweis invente le principe de précaution pratique. Etrange actualité à l’heure de la médiatisation de masse des maladies nosocomiales.

La Sainte-Famille a été brossée par saint Marx. Engageons-nous. Pour être clair : sa lecture, ou sa relecture, est un nectar des dieux lucides de la matière vivante. Les saints prénoms rythment le calendrier chrétien de nos existences occidentales. Mon propos n’est pas ici une nostalgie frustrée du calendrier révolutionnaire – quoique !

Je me souviens ... Barbara, Didier Millot

Ecrit par Valérie Debieux , le Samedi, 13 Avril 2013. , dans Biographie, Les Livres, Recensions, La Une Livres

Je me souviens… Barbara, Editions Artena, novembre 2012, 119 pages, 15 € . Ecrivain(s): Didier Millot

 

 

« Je suis morte un jour » – Barbara

 

Qui ne se souvient pas de « l’Aigle Noir » ? Pleine d’humour, a-t-elle déclaré un jour, en pleine interview : Vous me voyez habillée en rose ?…

Ses mains étaient pleines de douceur, elle portait des lunettes, elle aimait les roses et le mimosa. Elle avait besoin de son rocking-chair sur scène : « C’est un objet de la maison, cela me rassure. Barbara avait une démarche aérienne, elle marchait comme une reine. Chacun avait son histoire avec celle qui mettait des mots sur des émotions et des sentiments : […] Dites-le moi du bout des lèvres. Moi, je l’entends du bout du cœur… Peut-être même que son âme rôde encore au Théâtre Mogador, un lieu où elle a donné vie et lumière pendant des années.

Flaubert, Michel Winock

Ecrit par Frédéric Saenen , le Lundi, 01 Avril 2013. , dans Biographie, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Gallimard

Flaubert, Biographies NRF Gallimard, 540 pp., 25 € . Ecrivain(s): Michel Winock Edition: Gallimard

 

 

Flaubert, travailleur de l’amer

 

À la question « Pourquoi une nouvelle biographie de Flaubert ? », Michel Winock répond avec l’intelligence du cœur qu’il a voulu faire partager la passion personnelle qu’il nourrit envers l’Ermite de Croisset. En effet, maintenant que l’édition non censurée de la vaste correspondance est complète en Pléiade, une approche globale de l’homme, public comme intime, est tout à fait envisageable et le « corpus Flaubert » peut être considéré comme clos : rares sont les zones d’ombre le concernant, et bien qu’il en subsiste, elles sont peu susceptibles d’être jamais éclaircies. S’il ne comporte donc pas de révélations, le travail de Michel Winock, à la fois massif et minutieux (donc à la mesure de son objet), apporte pourtant un regard neuf sur l’auteur de Madame Bovary.

Foch, Jean-Christophe Notin

Ecrit par Vincent Robin , le Mercredi, 27 Mars 2013. , dans Biographie, Les Livres, Recensions, La Une Livres

Foch, Jean-Christophe Notin, Editions Perrin, 2008, 649 pages . Ecrivain(s): Jean-Christophe Notin

 

Déjà copieusement décortiqués depuis un siècle, mais cette fois soumis aux révélations d’assembleurs et scanners ultra sophistiqués, les évènements rattachés à la guerre de 14-18 délivrent aujourd’hui de tout nouveaux spectres de vérités. Y compris sur des consensus que l’on admettait définitifs. Fleurons d’une entreprise d’investigation nouvelle et percutante, ces outils performants manifestement placés au service d’un esprit alerte et avisé auront alors sûrement rapporté à Jean-Christophe Notin la distinction de son Foch, dont la parution fut glorieusement saluée dès sa sortie en 2008.

Le Prix « Louis Marin », décerné à l’auteur lors de cette publication, nous dit combien cet ouvrage se vit rapidement honoré pour sa qualité. Mais l’attention accordée ici à ce livre retiendra moins les critères de son accueil en librairie que ses caractéristiques de biographie rectificative. Celle-ci vient en effet aujourd’hui balayer de sérieux préjugés, à la peau dure, ayant malencontreusement déformé l’image du réputé « Vainqueur de 1918 » depuis cette époque. Soudain démaquillé des grimages qui ont longtemps résolu son fard glorificateur, le pieux maréchal se révèle alors, sous son aspect redevenu naturel et authentique, la personnalité autrefois décrite par des auteurs happés par la symbolique, souvent plutôt appréciés maintenant comme hagiographes que comme historiens (Pierre Dumas à ce titre).

Olivier, Jérôme Garcin

Ecrit par Henri-Louis Pallen , le Mercredi, 13 Mars 2013. , dans Biographie, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Folio (Gallimard)

Olivier, août 2012, 176 pages, 5,95 € . Ecrivain(s): Jérôme Garcin Edition: Folio (Gallimard)

L’enfant Olivier Garcin, jumeau de Jérôme, disparu accidentellement avant l’âge de six ans en juillet 62, n’apparaît une fois pour toutes livré à la dilection arrêtée dans la mémoire de ses proches, en médaillon, à aucune des 164 pages de ce récit. On ne le sent pas figé dans son innocente jeunesse mais plutôt inlassablement approché, rencontré et accompagné, dans un accomplissement de soi qui semble se poursuivre après sa disparition ; réussite que la recomposition de l’écriture rend possible de façon convaincante ici car presque naturelle sous la plume du survivant, désormais « jumeau sans jumeau », qui ne s’apitoie pas sur lui-même mais « voit des signes partout » et les interprète.

Dans cette relation dynamique, l’auteur ne se veut pas celui du « tout petit tombeau de papier » que serait un livre de plus sur la perte d’un cher, mais l’acteur d’un « bilan » vif qui se dresse par étapes successives ; il ne peut clore ce point toujours provisoire d’une situation, car elle est mouvante et reste plus que jamais à réactualiser. La recomposition mosaïcale, de ce petit « double » parti, qui ne disparaît à aucun moment de la ligne de mire du frère qui ne s’estime pas son aîné, s’effectue au travers d’une chaîne de 28 notes distinctes, de dimensions variant de une à onze pages ; ces unités de creusement, tranches de la vie présente ou récente de l’auteur, s’écrivent à des moments et en des espaces différents, fidèlement à la représentation d’une véritable hantise qui ne cesse jamais d’opérer.