Identification

Critiques

Le gouverneur des dés, Raphaël Confiant

Ecrit par Patryck Froissart , le Lundi, 30 Septembre 2013. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Folio (Gallimard)

Le gouverneur des dés (Kôd Yanm), traduit du créole martiniquais par Gerry L’Etang, juin 2013, 208 pages, édition brochée 16,25 €, édition numérique 6,49 € . Ecrivain(s): Raphaël Confiant Edition: Folio (Gallimard)

 

Peinture vivante d’une société créole vibrante et violente, Le gouverneur des dés met en scène Rosalien, personnage haut en couleur, devenu malgré lui, à peine sorti de l’adolescence, le « major » craint et respecté d’une communauté qui tente, en repli sur soi dans Fond Grand-Anse, un écart isolé de la Martinique, de défendre et de préserver son organisation hiérarchique spécifique et ses traditions, en particulier les paris accompagnant les combats de coqs interdits et les jeux de dés illégaux.

Rosalien Saint-Victor, marié, entretient trois autres ménages avec ses trois maîtresses officielles, dont une coolie (martiniquaise descendant d’engagés indiens), et nourrit ses nombreux enfants, légitimes et adultérins, grâce à la prospérité des centres de jeux clandestins qu’il contrôle et à celle, parallèle, de ses entreprises de bâtiment.

Pour conserver son statut, le major doit relever régulièrement les défis qu’osent lui lancer de téméraires prétendants à sa succession, sous la forme de combats qui ressemblent à ceux auxquels se livrent les coqs-game dans l’arène.

Manuel de survie à l’usage des incapables, Thomas Gunzig

Ecrit par Ivanne Rialland , le Lundi, 30 Septembre 2013. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Au Diable Vauvert

Manuel de survie à l’usage des incapables, juillet 2013, 408 pages, 18 € . Ecrivain(s): Thomas Gunzig Edition: Au Diable Vauvert

 

Un supermarché. Violence banale du monde moderne. Une caissière un peu lente, un DRH zélé. Un agent de sécurité résigné. Tristesse, laideur, honte vite bue, sinistre ridicule d’existences étriquées. Et puis tout dérape. Tout dérape ? Tout avait déjà dérapé depuis les premières pages, dès la rencontre d’une baleine produite par Nike.

Dans le roman de Thomas Gunzig, le basculement discret dans la science-fiction se met au service d’une critique sociale au vitriol de l’univers de la grande distribution et plus largement de la société capitaliste. Le titre paraît ainsi une antiphrase dans ce jeu de massacre où seuls les plus durs et les plus cruels parviennent à survivre. « L’homme est un loup pour l’homme » : telle pourrait être l’épigraphe de cette fable qui prend au pied de la lettre la formule en donnant pour fils à la caissière licenciée quatre loups, Blanc, Gris, Brun et Noir, parodie horrifique des jeunes loups des banlieues populaires qui hantent l’imaginaire contemporain.

Le joueur d'échecs, Stefan Zweig

Ecrit par David Campisi , le Lundi, 30 Septembre 2013. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Langue allemande, Roman, Le Livre de Poche

Le Joueur d’échecs, 2013, 125 pages, 3,50 € . Ecrivain(s): Stefan Zweig Edition: Le Livre de Poche

 

Le champion du monde d’échecs est là. Sur le paquebot au départ de New-York en direction de Buenos-Aires. Il marche avec désinvolture, certains le reconnaissent, beaucoup l’ignorent. Son aura, toutefois, est partout. Sa présence se ressent comme un fardeau. Son jeu est comparé à ceux des boxeurs : il recule, avance, se prépare, envoie des coups, en reçoit. Son jeu est une guerre, un combat qu’il ne perd pas.

Mirko Czentovic est le numéro un. Le joueur d’échecs, c’est d’abord lui, le grand taiseux, étrange gaillard au regard perçant. C’est avant tout son histoire à lui que nous découvrons : comment, parce qu’il était différent, il attirait l’attention autour de lui lorsqu’il était petit. Trop idiot pour être comme les autres, trop intelligent aussi. Sa propension pour les chiffres, les schémas mentaux. Bientôt, on lui découvre un talent hors-normes. On l’essaie aux échecs. On lui laisse une chance et c’est le monde qu’il dévore avec son regard un peu vide. On se moque de lui, il se moque du monde.

Buffles, une fable urbaine, Pau Mirò

Ecrit par Marie du Crest , le Lundi, 30 Septembre 2013. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Espagne, Théâtre, Espaces 34

Buffles, une fable urbaine, traduit du catalan par Clarice Plasteig Dit Cassou, 2013, Collection théâtre contemporain en traduction avec le soutien de la maison Antoine Vitez, 65 p. 12,50 € . Ecrivain(s): Pau Mirò Edition: Espaces 34

Le pouvoir des fables


Comme souvent, les trilogies littéraires, musicales, théâtrales nous invitent à découvrir les œuvres à la fois comme uniques et chorales. L’œuvre de Pau Mirò n’échappe pas à ces découvertes subtiles, à ce va-et-vient du sens. Buffles est le commencement. Le commencement de la fable urbaine, celle de l’incertitude entre la figure animale, promise par le titre et la figure humaine, que le premier mot « Max » entérine. La voix qui nous parle, réunie aux autres personnages (« nous » p.11) se dit animale à la fin du premier moment du récit, p.12 :

Les herbes et les branches qu’on mâchait

paraissaient plus dures,

les feuilles paraissaient plus amères aussi.

Un léger déplacement, Marie Sizun

Ecrit par Anne Morin , le Samedi, 28 Septembre 2013. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Arléa

Un léger déplacement, février 2013, 335 pages, 10 € . Ecrivain(s): Marie Sizun Edition: Arléa

 

Un léger déplacement, un angle de vue différent, une autre perspective… comme les modifications, les versions différentes de son prénom – Hélène, Ellen, Léna, Nana – le laissent déjà entendre, toute la vie d’Hélène a été marquée, conduite, par ce « léger déplacement ».

Une femme, née Française, qui vit et travaille à New York depuis quelques trente ans où elle a fondé une famille, revient à Paris à la mort de la seconde femme de son père dont elle a hérité le vieil appartement de son enfance, rue du Cherche-Midi.

Dans l’avion, un léger malaise préfigure la suite des choses, dont le cours prend un sens inattendu. Le souvenir d’un violent et inabouti premier amour la fait basculer dans le passé.

De ce moment commence pour Hélène une quête qu’elle n’a ni voulue, ni souhaitée et qu’elle ressent d’abord comme une effraction : « Ici, tout est noir, enfoui dans le temps, pris sous la masse des années. Oppressant, funèbre » (p.32).