Identification

Les Chroniques

Toi je vais te faire* la gueule : A propos de Histoire de la violence, Édouard Louis

Ecrit par Sana Guessous , le Vendredi, 04 Mars 2016. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

A propos de Histoire de la violence, Édouard Louis, Le Seuil, janvier 2016, 240 pages, 18 €

 

Il est quatre heures du matin, Édouard rentre chez lui à pied, un brin éméché après un agréable dîner de Noël avec ses amis, ravi d’étreindre les livres de philosophie que Didier vient de lui offrir. Édouard se fait une joie de les caresser, de les feuilleter en rentrant chez lui, mais un homme le suit de près et contrarie ses rêveries.

L’étranger finit par l’aborder. Il s’appelle Reda, il est souriant, séduisant, très insistant. Il veut discuter un peu, il veut monter chez Édouard boire un petit verre, juste un seul, allez. Édouard proteste longuement mais finit par céder, désarçonné par cette phrase soudaine : « On fait l’amour ? ».

Dans l’appartement, la soirée tourne lentement au cauchemar. Édouard Louis est volé, étranglé, insulté, menacé d’un revolver, violé. Quelques années plus tard, il raconte ce traumatisme dans Histoire de la violence, paru en janvier dernier au Seuil.

A propos de "L'Esprit du Judaïsme" de Bernard-Henri Lévy, par Léon-Marc Levy

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 03 Mars 2016. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Bernard-Henri Lévy est en fin de compte peu philosophe. Ce qui n’enlève rien à la valeur de l’homme, ni à ses œuvres, ni même à… son agrégation de philosophie. Ses modes de pensée, ses interventions médiatiques, son implication sur le théâtre de quelques tragédies mondiales, font de lui – et encore une fois cela est un grand mérite – un témoin, un journaliste, un écrivain, un militant. Jamais un philosophe. En fait le débat philosophique visiblement l’ennuie. Le dernier exemple en date est la manière dont il exclut de ce livre le grand Spinoza – qui pourtant est central dans la construction de la figure du Juif d’Europe. Nous y reviendrons mais, Spinoza sort de son champ de pensée parce qu’il est « trop » philosophe : il néglige la synagogue (la « communauté ») pour ne s’intéresser qu’à la quête de la vérité de Dieu – sa liberté. Or BHL, comme l’homme de conviction qu’il est, mène combat contre ce qu’il appelle « le nouvel antisémitisme », et doit, par conséquent, plonger son propos dans la réalité culturelle et cultuelle de la communauté juive de France. Dans la synagogue, quand Spinoza est (par lui-même et contre lui-même) hors la synagogue. Spinoza se situe « sub species aeternitatis ». BHL regarde « Hic et Nunc ». Spinoza est un philosophe. BHL un homme de pensée tendu vers l’action immédiate. Il est donc un peu tout (et souvent de façon valeureuse) sauf philosophe.

Henry James chez Rivages Poche

Ecrit par Didier Smal , le Vendredi, 19 Février 2016. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

Le Siège de Londres, et Autres Nouvelles, Henry James, Rivages, janvier 2016, trad. anglais (USA) Jean Pavans, 480 pages, 9,20 € ; La Tour d’Ivoire, trad. anglais (USA) Jean Pavans, 326 pages, 9,20 € ; Mémoires d’un Jeune Garçon, trad. anglais (USA) Christine Bouvart, 384 pages, 9 € ; janvier 2016, Rivages.

 

Le 28 février 1916, à l’âge de soixante-treize ans, l’auteur américain Henry James rendait l’âme et la plume à son Créateur, après l’avoir plus que dignement servi par une grande quantité d’écrits, surtout des nouvelles et des romans, dont la plupart conservent aujourd’hui une pertinence rare. Il n’est que de voir la récente (2012) adaptation et transposition à l’époque contemporaine du roman Ce que Savait Maisie (1897) pour se rendre compte du génie d’observation d’Henry James et de la modernité absolue de son regard : qui aurait pensé à écrire un divorce, phénomène que l’auteur observe autour de lui en pleine expansion, et toutes ses dérives, du point de vue de l’enfant ? Un fin observateur de l’espèce humaine dans sa variante protestante nord-américaine et européenne, ni plus, ni moins.

Un coup de vent - Journal de lecture du Don Quichotte en la Pléiade (6)

Ecrit par Marc Ossorguine , le Jeudi, 18 Février 2016. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Nous voilà arrivés au plus célébrissime tableau des prouesses de notre chevalier : son combat contre les moulins à vent. Un épisode si exemplaire qu’il en est devenu proverbial. Au delà de la farce évidente, la question peut être soulevée de ce qui fait que cette déroute-là est devenue emblématique de l’œuvre. Fuyant tous les commentaires existant, le lecteur essaye de faire le ménage dans les images, réminiscences, allusions, références partielles et partiales qui peuvent malgré lui revenir concernant cette histoire de combat contre des moulins pris pour des géants. Tenter d’arriver le plus vierge et disponible possible au texte et à l’histoire. Non pas s’imaginer ou essayer de se prendre pour le lecteur d’il y a quatre siècles, mais simplement essayer d’être un lecteur détaché de tout ce qui peut faire commentaire et qui précéderait à l’œuvre elle-même, la transformant en une espèce de commentaire sur le commentaire de l’œuvre et sur l’œuvre elle-même. Puisse le vent qui fait tourner les moulins faire un peu le vide et permettre une lecture qui ne puisse surtout pas dire « oui, oui, je sais » et qui ne se rassure pas dans la confirmation de ses connaissances et de son opinion. Que le vent souffle et qu’il nous transporte au côté des personnages, poussant au loin notre voix importune, effaçant la rumeur bruissante des exégèses, des interprétations et des possibles trahisons.

Un musulman, par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui , le Mercredi, 17 Février 2016. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

J’ai la rage. Montrez-moi un seul musulman, un vrai musulman sur cette boule de terre ronde ! D’abord, qu’est-ce qu’un vrai musulman ? L’islam, religion d’Ibn Sina, Ibn Ruchd, Omar Khayyâm, Abou Nouas, el-Djahid, Om Kalthoun, Mahmoud Darwich, Faraj Fouda, Abdelkader Alloula, Mohamed Dib, Mouloud Mammeri, Mohamed Arkoun, Jalal Eddine Arroumi, al-Halladj, Ikhwane Assafa, El Mouatazila, El-Karamita, Ezzindj…, cet islam se trouve, aujourd’hui, coincé entre la voix ou la voie d’un attaghout (tyran) d’un côté et la voix ou la voie d’un irhabi (terroriste) de l’autre côté. Et entre ces deux pestes, les musulmans, tous les musulmans sont pris en otages. Otages politiques. Otages de la peur.

Otages culturels. J’ai la rage ! Je cherche un musulman, un seul musulman, dans cette terre d’islam ou même dans les terres des kouffar là où par le fait de l’histoire des musulmans se sont installés ! Je suis à la recherche d’un musulman qui peut se réclamer musulman sans avoir un autre musulman qui le condamne dans sa foi. Qui l’accuse dans sa religion et lui désigne sa place en enfer. Indiquez-moi, svp, un musulman sur cette terre qui vit avec une conscience religieuse tranquille ? Le musulman chiite est un mécréant aux yeux d’un musulman sunnite ! Il faut lui déclarer la guerre sainte. Le musulman sunnite est un traitre aux yeux du chiite. Une guerre qui perdure depuis la mort du Prophète. Un ismaélite est un égaré aux yeux du chiite et du sunnite. Infidèle.