Identification

Articles taggés avec: Zaoui Amin

Allah Akbar au pluriel (1ère partie), par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui , le Jeudi, 19 Mai 2016. , dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

 

Souffles 12 mai 2016

 

1. Bonne nuit mon enfance !


Paisiblement, comme un poème, mon enfance s’écoulait comme dans du coton de quiétude. Nous vivions dans un douar dont la totalité des maisons appartenaient à mes oncles, mes cousins, mes tantes et mes grands-parents. Un douar où tous les habitants portent le même nom.

Sous la lumière du quinquet, ou sous la lueur fatiguée de la bougie, mes rêves sont nés et ont grandi. On cherchait de l’eau d’un puits situé à quelques kilomètres, en bas du douar, sur les dos des ânes ou sur les dos des femmes ! Les hommes qui sont forts ne portaient jamais les choses pesantes !

Le traumatisme identitaire, par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui , le Jeudi, 31 Mars 2016. , dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

 

Oui, nombreux sont les lieux sur notre terre bénie, l’Algérie, qui ont égaré leur mémoire en perdant leurs noms. Nos villes berbères, nos villages, nos fontaines, nos montagnes se trouvent ensevelis dans d’autres noms. Ce qui est demandé, aujourd’hui, et en urgence, avec la constitutionnalisation de la langue amazighe, c’est de redonner aux lieux, aux villages, aux montagnes, aux chemins, aux étoiles, aux enfants, leurs vrais noms berbères.

Sans son vrai nom, la montagne devient folle !  Sans son vrai nom, la montagne géante devient naine ! Quand on veut jeter un peuple sur le chemin de l’égarement, de l’aliénation, on commence par lui ôter les noms de ses lieux. Le nom n’est pas uniquement une appellation, il est une partie de l’âme, de l’être. Falsifier les noms des lieux facilite et aide à la falsification et au trucage de l’Histoire. Falsifier les noms des lieux, c'est-à-dire la géographie physique, c’est ouvrir une porte pour falsifier la géographie humaine.  Violer les noms des lieux est une violence contre l’imaginaire. C’est une guerre contre “les racines”.

Souffles - Yemma, par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui , le Vendredi, 11 Mars 2016. , dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

 

La femme, par excellence, représente l’énergie renouvelable pour une écriture énergétique. Energie magique. Poétique. Solaire. Charnelle. Il n’y a pas d’écriture sans la présence de la femme, la belle, la moche, l’ange, la démone, la jeune, la moins jeune, la vieille, la sage, la folle… Sans la femme toute littérature est née-morte.

Certes, vu l’hégémonie de la culture traditionnelle dans notre société, l’image de la femme/maman est dominante dans la littérature algérienne, écrite en français, en arabe ou en tamazight. Figée dans une image figée, dans l’imaginaire littéraire algérien, la femme/maman symbolise la sainteté absolue. Elle est le lait pur qui déborde sur les tétons des deux seins bénis. Dans la littérature romanesque, l’image de la maman n’est que l’image d’Allah imagé dans la tête d’un Algérien. Je parle de l’Algérien, mais en réalité on peut généraliser cette situation pour tout musulman. Énormément de qualités et de valeurs collées à l’image de la femme/maman relèvent de celles accordées à Allah. L’écrivain algérien imagine la maman sous forme d’un Allah, clément, sensible et attentionné. La littérature romanesque algérienne est bourrée d’images de Yemma. Mais en fin de compte l’écriture se ressemble, se répète. Les textes se copient.

Un musulman, par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui , le Mercredi, 17 Février 2016. , dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

 

J’ai la rage. Montrez-moi un seul musulman, un vrai musulman sur cette boule de terre ronde ! D’abord, qu’est-ce qu’un vrai musulman ? L’islam, religion d’Ibn Sina, Ibn Ruchd, Omar Khayyâm, Abou Nouas, el-Djahid, Om Kalthoun, Mahmoud Darwich, Faraj Fouda, Abdelkader Alloula, Mohamed Dib, Mouloud Mammeri, Mohamed Arkoun, Jalal Eddine Arroumi, al-Halladj, Ikhwane Assafa, El Mouatazila, El-Karamita, Ezzindj…, cet islam se trouve, aujourd’hui, coincé entre la voix ou la voie d’un attaghout (tyran) d’un côté et la voix ou la voie d’un irhabi (terroriste) de l’autre côté. Et entre ces deux pestes, les musulmans, tous les musulmans sont pris en otages. Otages politiques. Otages de la peur.

Otages culturels. J’ai la rage ! Je cherche un musulman, un seul musulman, dans cette terre d’islam ou même dans les terres des kouffar là où par le fait de l’histoire des musulmans se sont installés ! Je suis à la recherche d’un musulman qui peut se réclamer musulman sans avoir un autre musulman qui le condamne dans sa foi. Qui l’accuse dans sa religion et lui désigne sa place en enfer. Indiquez-moi, svp, un musulman sur cette terre qui vit avec une conscience religieuse tranquille ? Le musulman chiite est un mécréant aux yeux d’un musulman sunnite ! Il faut lui déclarer la guerre sainte. Le musulman sunnite est un traitre aux yeux du chiite. Une guerre qui perdure depuis la mort du Prophète. Un ismaélite est un égaré aux yeux du chiite et du sunnite. Infidèle.

Magnitude de haine sur l’échelle arabo-musulmane, par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui , le Mardi, 02 Février 2016. , dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

 

 

Dans la société arabo-musulmane, existe bel et bien une culture de la haine transmissible de génération en génération, d’un pays musulman à un autre. Abondamment, cette haine se manifeste dans le discours politique, culturel, littéraire, idéologique, religieux, artistique et médiatique. Une haine structurée et graduée. Une haine qui prend son élan selon le thème traité. Et il y a des sujets récurrents et préférés dans la société arabo-musulmane pour le bon élevage et la bonne conservation de cette culture haineuse et venimeuse. Dans ce texte, j’essaie d’établir une première liste des sujets où la haine musulmane est hautement célébrée, dans le conscient comme dans l’inconscient, dans la culture savante comme dans la non-savante.