Identification

Articles taggés avec: Epsztein Pierrette

Tes ombres sur les talons, Carole Zalberg (par Pierrette Epsztein)

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Mercredi, 12 Mai 2021. , dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres, Grasset

L’œuvre de Carole Zalberg est riche et variée. Dans sa trajectoire littéraire, deux thèmes récurrents parcourent son chemin : celui qui la concerne directement elle, sa famille et ses exils et son intérêt constant pour les « invisibles », « les gens de peu ». Elle jette sur eux un regard empreint de tendresse et une considération persistante. En fait, les deux champs se recoupent. Ils sont les sujets essentiels de sa quête d’écrivain. Cette femme tente sans cesse de s’interroger sur des itinéraires souvent complexes, parfois très violents, parfois plus lumineux mais toujours tortueux. Elle préfère les chemins de traverse déchirés, plutôt que les existences qui suivent les autoroutes trop lisses à son sens pour mériter qu’elle leur consacre son intérêt et son énergie. Chacun de ses nombreux lecteurs suit sa trajectoire, avec constance, et une curiosité jamais émoussée.

Lorsque nous démarrons la lecture de son dernier roman, Tes ombres sur les talons, publié cette année, nous sommes impatients de deviner où l’auteur va, cette fois, nous entraîner. Une fois encore, elle nous conduit sur les routes de l’exil, jalonnées de tragédies funestes. Le roman commence par un prologue. Une femme fuit son pays en guerre. Elle tient son bébé serré contre sa poitrine. Elle est rejetée de tous les lieux d’accueil. L’enfant n’en survivra pas. « Mehdi n’a pas assez vécu pour savoir qu’il meurt. Son dernier souffle, échoué au seuil de sa bouche, n’est que cela, trop court, épaissi de froid, ravalé par l’enfant que sa mère berce encore ». La tonalité du livre est amorcée.

Pussyboy, Patrick Autréaux (par Pierrette Epsztein)

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Vendredi, 02 Avril 2021. , dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

Pussyboy, Patrick Autréaux, éditions Verdier, mars 2021, 128 pages, 14 €

 

En regardant la photo du bandeau qui entoure la couverture du livre de Patrick Autréaux, Pussyboy, le lecteur qui s’attend à découvrir un roman pornographique sera étonné de ne pas s’y reconnaître. Le libertin esthète, qui compte discerner dans ce récit un livre érotique qu’on conserve précieusement à l’abri pour quelques privilégiés et qu’on dévoile comme un trésor précieux, sera déconcerté.

Certes, il y a bien dans ce roman une intrigue. Le narrateur de ce récit nous introduit dans une rencontre hasardeuse entre deux garçons qu’au départ tout oppose et que rien ne laissait prévoir. Toute l’histoire se déroule dans un huis-clos, « une grotte », soigneusement entretenu, qui préserve les deux partenaires de toute intrusion intempestive. Elle risquerait de détruire leur intimité. Quand l’extérieur intervient, c’est pour que l’un des deux retrouve un espace de respiration, une échappée vive qui permet au narrateur d’accepter d’autant mieux le retour vers ce qui l’attire comme un aimant. Dans une chorégraphie savante, le narrateur s’érige en maître de ballet. Son danseur étoile, Zakaria, porte un prénom, qui évoque l’ailleurs, le lointain, le différent.

Suite au Fil de MémoireS, de Jeanne Orient, du mardi 19 janvier 2021 (par Pierrette Epsztein)

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Vendredi, 05 Mars 2021. , dans La Une CED, Les Chroniques

Modératrice et chroniqueuse : Deux places différentes

Jeanne Orient, productrice et réalisatrice de Fil de MémoireS, m’a proposé de tenir le rôle de modératrice le mardi 19 janvier 2021, à la librairie Gallimard, 15 boulevard Raspail à Paris. Sa demande m’a fait plaisir et j’ai accepté de tenir cette place que je découvrais. Je savais que, vu la situation actuelle, elle se tiendrait dans des conditions inhabituelles. Elle s’est faite sans public et a été enregistrée en visio-conférence. J’ai procédé du mieux que j’ai pu en me restreignant à une seule question à chaque écrivain. J’ai beaucoup réfléchi et travaillé pour préparer cette intervention face à trois écrivains dont deux que je n’avais jamais rencontrés auparavant.

L’intérêt de ce moment a été de me faire prendre conscience, dans l’après-coup, de l’écart qui existe entre la place de modératrice et celle de chroniqueuse qui sont très différentes. Ce sont deux protocoles distincts sur lesquels j’ai eu le désir de me pencher pour les observer et les analyser de plus près. Il m’a paru intéressant d’étudier ces deux phénomènes pour démontrer l’originalité de chacune d’elles. J’ai pu constater que certaines compétences se rejoignaient mais que beaucoup divergeaient. Je pense que cette réflexion pourra être utile à ceux qui devront un jour être confrontés à ces situations.

Captation de Fil de Mémoires, de Jeanne Orient, du mardi 18 janvier 2021 (par Pierrette Epsztein)

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Mercredi, 24 Février 2021. , dans La Une CED, Les Chroniques

 

 

Chronique d’un moment insolite de mon existence :

Cet après-midi du Mardi 19 Janvier 2021 à 15 heures pile, Jeanne Orient, Alain Hoareau, son comparse et ami, les trois écrivains, et moi, désignée par Jeanne dans le rôle de modératrice – rôle qui me fut dévolu pour la première fois dans ma vie –, nous nous retrouvâmes donc tous à la librairie Gallimard située au 15 du Boulevard Raspail. La responsable de cette librairie, Anne Ghisoli, et toute son équipe, acceptèrent de nous accueillir dans des conditions sanitaires très strictes exigées par les circonstances. Elle nous reçut avec une amabilité et une délicatesse sans égale. Alain Hoareau m’attendait à la descente du taxi et m’aida à porter mes sacs et à m’installer, ce dont je lui suis très reconnaissante car j’étais bien chargée.

La Maison du berger, suivi de Viens, on se tire, Elisabeth Loussaut (par Pierrette Epsztein)

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Mercredi, 13 Janvier 2021. , dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

La Maison du berger, suivi de Viens, on se tire, Elisabeth Loussaut, Z4 éditions, Coll. Les 4 saisons, 2018, 250 pages, 15 €

Lecteurs, si vous souhaitez vous aérer l’esprit, si vous aspirez à échapper à cette atmosphère anxiogène dans laquelle les informations nous embourbent en ce temps de pandémie, si vous désirez vous délester de la crainte du pire qui, parfois vous saisit, alors, plongez-vous sans hésiter dans les deux récits d’Élisabeth Loussaut publiés aux éditions Z4 : La Maison du berger, suivi de Viens, on se tire. Vous débarquerez, le temps de votre lecture, dans une contrée où l’air est débarrassé de toute pollution et où vous pourrez respirer à l’aise, loin, très loin des préoccupations actuelles.

Dans ce livre, deux récits se suivent. Les deux sont écrits par la même narratrice qui en est aussi la principale protagoniste. Le premier est un retour en arrière dans le passé des années d’enfance et d’adolescence dans ce que l’auteur intitule La Maison du berger. C’est le nom donné à la maison familiale où vivent ses parents, ses frères et sœurs. Dans le deuxième, la narratrice devenue adulte se rend avec sa sœur dans une maison de retraite qui abrite désormais sa mère. Elle y va à reculons, d’où le titre du récit : Viens, on se tire.