Identification

Récits

Le cocher, Selma Lagerlöf

Ecrit par Marc Ossorguine , le Mercredi, 07 Décembre 2016. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Pays nordiques, Fantastique, Babel (Actes Sud)

Le cocher (Körkalen, 1912), trad. suédois Marc de Gouvenain, Lena Grumbach, 152 pages . Ecrivain(s): Selma Lagerlöf Edition: Babel (Actes Sud)

 

 

Ce récit publié peu avant la « grande guerre » est sans doute de ceux qui témoignent des derniers éclats du romantisme et du post-romantisme avant la grande bascule. Il peut aujourd’hui nous sembler vraiment appartenir à un autre temps qui serait si révolu qu’il en deviendrait pour nous exotique, quasiment incompréhensible. C’est qu’il y a quelque chose dans ce récit des danses macabres, celles mises en images par nombres de peintres au cours des siècles (de Jérôme Bosch à Holbein, pour n’en citer que deux), par des musiciens au cours des grandes années du romantisme (Saint-Saëns ou Franz Liszt, par exemple). S’y ajoute la touche moraliste propre à cette époque, que l’on peut aussi trouver désuète et bien mélodramatique, et qui n’est pas sans rappeler le ton d’une autre grande plume scandinave, celle d’Andersen.

Le silence de mon père, Doan Bui

Ecrit par Philippe Leuckx , le Mardi, 06 Décembre 2016. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, L'Iconoclaste

Le silence de mon père, mars 2016, 254 pages, 19 € . Ecrivain(s): Doan Bui Edition: L'Iconoclaste

 

Restituer dans un livre toute une part du récit familial, beaucoup l’ont tenté ; certain(e)s l’ont réussi. C’est ici le cas de la journaliste Doan Bui, d’origine vietnamienne. C’était le cas des récits de Pancrazi, du beau livre de Frain (Sorti de rien), et des archives de Yourcenar.

L’ethnographie familiale suppose une matière féconde et un regard qui soit d’une sagacité à toute épreuve : rendre vie et parole à l’histoire d’un père, exilé dans son propre corps depuis l’AVC qui le rendit muet, exilé originaire d’un pays quitté dans le flot des départs, demandait à l’auteur une écriture qui puisse, sans pathos, décrire un parcours, aller aux sources d’une vie voyageuse qui aboutira finalement au Mans, prendre le temps de « fouiller » comme une « fourmi » les annales de l’histoire proche.

Que savons-nous des gens que l’on aime ? Que sauvera-t-on d’eux ? Doan Bui a senti la nécessité de raconter ce qui risque de s’éventer et de tomber dans le pur oubli. Elle le fait pour ses filles, pour ses sœurs, pour ses frères. Il a fallu même creuser jusqu’à dépecer les secrets – toute famille en porte. Son récit est passionnant de bout en bout : il livre avec émotion un travail de quête précis, argumenté, un retour au pays pour savoir et pouvoir raconter.

Sur les chemins noirs, Sylvain Tesson (2ème critique)

Ecrit par Lionel Bedin , le Lundi, 28 Novembre 2016. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard, Voyages

Sur les chemins noirs, octobre 2016, 146 pages, 15 € . Ecrivain(s): Sylvain Tesson Edition: Gallimard

 

Sylvain Tesson nous a habitués à des récits de périples lointains (Bérézina, ou Dans les forêts de Sibérie), il nous propose aujourd’hui le récit d’une traversée à pied de la France, du Mercantour au Cotentin, effectuée d’août à novembre 2015. Dans un contexte particulier : Tesson, le voyageur, le baroudeur, l’adepte de l’escalade, y compris celle des cathédrales, est tombé d’un toit, à Chamonix, en août 2014. Miraculé, sur son lit d’hôpital il fait ce constat : « j’avais pris cinquante ans en huit mètres. La vie allait moins swinguer ». Quand il comprend qu’il est bien amoché mais vivant, il se met dans l’idée de « demander aux chemins ce que les tapis roulants [la rééducation] étaient censés me rendre : des forces ». La marche à pied comme médecine. Et pourquoi pas en France, puisque son état ne lui permet pas d’aller plus loin. C’est donc avec un peu d’ironie (passer de Kaboul à Châteauroux : « quel désastre ! ») et beaucoup d’appréhension qu’il se met en route, depuis le col de Tende, ne sachant pas si la thérapie par la route allait être bénéfique ou non.

 

Leçon de géographie

La physiologie des fantômes, François-George Maugarlone

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Vendredi, 25 Novembre 2016. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Christian Bourgois

La physiologie des fantômes, 228 pages, 15 € . Ecrivain(s): François-George Maugarlone Edition: Christian Bourgois

 

Adepte du pseudonyme, de la discrétion, de l’édition confidentielle, François-George Maugarlone, né en 1947, s’applique à fuir le cirque médiatique et à brouiller les pistes, ne serait-ce qu’en réunissant sur la même page la philosophie et la dérision.

La tentation première de classer cette œuvre de l’écrivain goguenard se révèle délicate voire scabreuse. La physiologie des fantômes, comme son titre ne l’indique pas, n’est pas un traité scientifique ou un précis de scientologie, n’en déplaise aux manipulateurs de cellules ou aux maniaques du paranormal. Ce n’est pas non plus un roman à proprement parler, ni un essai ni un poème en prose ni même un pastiche pur mais l’entrelacs insolite de ces diverses formes d’écriture. Les élucubrations abrasives de François-George Maugarlone alimenteraient à la rigueur un genre rare et précurseur, celui des mémoires fictifs, tellement les aventures avariées de Levéritable, héros raté et jobard du récit, s’entremêlent à merveille à l’ironie amère et nonchalante de l’auteur.

Le jour du séisme, Nina Bouraoui

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Jeudi, 24 Novembre 2016. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Barzakh (Alger)

Le jour du séisme, mars 2016, 104 pages . Ecrivain(s): Nina Bouraoui Edition: Barzakh (Alger)

 

Un séisme existentiel

Alger tremble le 10 octobre 1980. La terre n’est que ruines, poussières, et pertes. Le séisme exprime la fin, mais pour la narratrice, une enfant, c’est le point de départ de son histoire. Elle décrit d’abord la géographie d’Algérie mutilée par la catastrophe qui lui a arraché son enfance, son attachement à la terre, Arslan et Maliha, son être. L’après-séisme est un néant. « Je deviens seule en Algérie. Je suis perdue dans mon enfance, arrachée » 80. Condamnée à la solitude, la narratrice sombre ensuite dans un gouffre de souvenirs et de rêves absurdes. Elle ne voit pas les traces du séisme, elle les vit et les apprivoise. Egrenant le chapelet de ses pensées surréalistes, elle trouve un refuge dans le désert et la mer. Ainsi, dans ce bref récit, alternent des images du séisme ayant dénaturé la terre, et des images d’un séisme interne vécu par la narratrice et qui grandit chaque instant en elle-même.