Identification

La Une Livres

La connaissance et l’extase, Eric Pessan (par Sylvie Zobda)

Ecrit par Sylvie Zobda , le Lundi, 07 Janvier 2019. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman

La connaissance et l’extase, éd. L’Attente, décembre 2018, 92 pages, 13 € . Ecrivain(s): Eric Pessan

 

Eric Pessan est un écrivain engagé. Ses textes évoquent bien souvent la politique, au sens large du terme, mot hérité du grec ancien politikos « relatif aux citoyens », mot qui déclenche une série de questions : comment vivre ensemble et accepter chacun ? Quelles sont nos valeurs communes ? Les liens qui soutendent notre société ?

Chacun de ses romans porte en lui son lot de cris, de révoltes, de combats. Il écrit pour la défense des migrants, des plus défavorisés, des plus concernés par toutes formes de violence.

On retrouve son regard empathique et juste sur les laissés-pour-compte de notre société dans son dernier ouvrage La connaissance et l’extase.

Tout commence dans un café où l’écrivain a quelques moments à tuer en attendant son train. La télé vomit son flot d’informations en continu. Les habitués commentent les arrestations dans les milieux islamistes radicaux. Petites phrases de violence ordinaire :

Mikhaïl Kouzmine Vivre en artiste (1872-1936), John E. Malmstad, Nicolas Bogomolov (par André Sagne)

Ecrit par André Sagne , le Lundi, 07 Janvier 2019. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Pays de l'Est, Biographie

Mikhaïl Kouzmine Vivre en artiste (1872-1936), éd. ErosOnyx, coll. Documents, octobre 2018, 475 pages, 25 € . Ecrivain(s): John E. Malmstad, Nicolas Bogomolov

 

 

C’est un document exceptionnel que viennent de faire paraître les éditions ErosOnyx (dont le catalogue, déjà fourni, s’enrichit judicieusement de deux titres de l’auteur), soigneusement présenté et annoté et très utilement accompagné d’un index des œuvres et d’un index général. Exceptionnel et inédit. En effet, pour la première fois, le public francophone dispose en traduction de la biographie de référence de Mikhaïl Kouzmine (1872-1936), poète, écrivain, compositeur mais aussi auteur dramatique, critique et traducteur russe, né sous les tsars et mort dans l’Union soviétique de Staline. Une figure capitale des milieux intellectuels et artistiques de Saint-Pétersbourg et plus largement de l’histoire littéraire moderne de la Russie, censurée, mise sous le boisseau durant toute l’ère soviétique, et révélée au grand jour par deux universitaires, l’américain John E. Malmstad et le russe Nicolas Bogomolov, en 1999.

Bouquet de Fêtes 2018. La sélection de nos rédacteurs !

Ecrit par La Rédaction , le Dimanche, 23 Décembre 2018. , dans La Une Livres, Les Livres, Cette semaine

 

A nos lectrices et lecteurs

Les rédactrices et rédacteurs de la Cause Littéraire vous conseillent les livres à offrir en ces fêtes de Noël et de fin d’année. Bonnes lectures et bonnes fêtes à toutes et tous !


Nadia Agsous : Sexe, race et colonies. La domination du corps du XVe siècle à nos jours, Éditions La Découverte

Theo Ananissoh : Hurry on down, Les vies de Charles Lumley, John Wain, éd. du Typhon

Frédéric Aribit : Marc Villemain, Il y avait des rivières infranchissables, Ed. Joëlle Losfeld

Didier Ayres : Amours sibériennes, Ismael Billy, Ed. du Cygne

Avi Barack : L’île au trésor, Robert Louis Stevenson, Ed. Tristram

Lionel Bedin : Un voyage sans retour, Gaspard Njock, Nouveau Monde éditions

Manifeste Incertain 7, Emily Dickinson, Marina Tsvetaieva, L’immense poésie, Frédéric Pajak (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché , le Vendredi, 21 Décembre 2018. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Essais, Poésie, Editions Noir sur Blanc

Manifeste Incertain 7, Emily Dickinson, Marina Tsvetaieva, L’immense poésie, octobre 2018, 320 pages, 23 € . Ecrivain(s): Frédéric Pajak Edition: Editions Noir sur Blanc

 

« Emily Dickinson, Marina Tsvetaieva : qu’ont-elles en commun ? L’une est d’Amérique, l’autre de Russie. Celle-là appartient au XIXe siècle, celle-ci à la première moitié du XXe. Toutes deux n’ont jamais douté de leur art, malgré leur isolement, la censure ou l’indifférence ».

 

« Certains vont le dimanche à l’église

Et moi – je reste à la maison

Avec un merle pour choriste

Et pour voûte un verger », Emily Dickinson

Des jours d’une stupéfiante clarté, Aharon Appelfeld (par Mona)

Ecrit par Mona , le Jeudi, 20 Décembre 2018. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, L'Olivier (Seuil), Cette semaine

Des jours d’une stupéfiante clarté, janvier 2018, trad. hébreu Valérie Zenatti, 272 pages, 20,50 € . Ecrivain(s): Aharon Appelfeld Edition: L'Olivier (Seuil)

 

Le dernier livre de l’écrivain israélien Aharon Appelfeld, qui nous a quittés cet hiver, raconte un voyage de retour chez soi et en soi : l’errance du jeune Théo à travers les paysages d’Europe centrale lorsque, à la libération du camp de concentration, il décide de quitter ses camarades prisonniers pour rentrer chez lui. Nimbé de brouillard, le jeune rescapé des camps avance sur une longue route sinueuse vers la lucidité cristalline « des jours d’une stupéfiante clarté ». Dans cette rencontre avec le silence de la plaine, on est frappé par la récurrence des mots « contempler » et « visions » qui ponctuent tout le récit du voyage, récit à la fois d’une pérégrination et d’une plongée en soi.

Ce voyage de retour chez soi, c’est d’abord l’histoire d’une intimité enfin retrouvée : Théo recherche son âme, ce qui l’a nourri comme ceux qui l’ont nourri et dont il a été brutalement arraché par la déportation. En route, il reconstitue les lambeaux de son passé : la vision de sa magnifique mère qu’il revoit sans cesse, en extase devant les icônes des monastères et les couchers de soleil, émue autant par les sonates de Bach que par la beauté des lacs. Il se souvient aussi, enfant, des délicieux bains chauds qu’elle lui donnait, de sa coquetterie frivole pour le maquillage et belles parures.