Identification

Chroniques régulières

Souffles - Yemma, par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui , le Vendredi, 11 Mars 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

La femme, par excellence, représente l’énergie renouvelable pour une écriture énergétique. Energie magique. Poétique. Solaire. Charnelle. Il n’y a pas d’écriture sans la présence de la femme, la belle, la moche, l’ange, la démone, la jeune, la moins jeune, la vieille, la sage, la folle… Sans la femme toute littérature est née-morte.

Certes, vu l’hégémonie de la culture traditionnelle dans notre société, l’image de la femme/maman est dominante dans la littérature algérienne, écrite en français, en arabe ou en tamazight. Figée dans une image figée, dans l’imaginaire littéraire algérien, la femme/maman symbolise la sainteté absolue. Elle est le lait pur qui déborde sur les tétons des deux seins bénis. Dans la littérature romanesque, l’image de la maman n’est que l’image d’Allah imagé dans la tête d’un Algérien. Je parle de l’Algérien, mais en réalité on peut généraliser cette situation pour tout musulman. Énormément de qualités et de valeurs collées à l’image de la femme/maman relèvent de celles accordées à Allah. L’écrivain algérien imagine la maman sous forme d’un Allah, clément, sensible et attentionné. La littérature romanesque algérienne est bourrée d’images de Yemma. Mais en fin de compte l’écriture se ressemble, se répète. Les textes se copient.

Mes petites guerres de libération, par Kamel Daoud

Ecrit par Kamel Daoud , le Mercredi, 09 Mars 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Kamel Daoud, notre ami et chroniqueur depuis la création de la Cause Littéraire (5 ans déjà !), nous adresse ici un salut en forme de bilan personnel, avant d'aller vers de vastes horizons littéraires, où nous le suivrons pas à pas. Nous continuerons aussi à publier des chroniques signées de lui, un choix de textes allant de mai 2009 à aujourd'hui. Nous nous tenons fermement à ses côtés !

 

En règle générale, je n’aime pas parler à la première personne. Le « je » est un abus. Encore plus chez un journaliste. Cela me gêne comme une carapace ou un maquillage. Cela me rappelle ces egos démesurés qui croissent chez les « engagés », les militants, les intellectuels ou chez les bavards. Ecrire est une exigence de la lucidité et cela impose de s’effacer. Au « je », je préfère l’artifice de « chroniqueur ». Un statut d’administrateur de la métaphore. Cela me permet d’écrire tout en gambadant, libre, derrière les mots. Cela donne de l’importance à l’Autre. Laisser courir un vent. Ouvrir une fenêtre sur une poignée de main. Ecouter et rester un peu immobile pour voir surgir l’inattendu dans le buisson des verbes. Exprimer des idées sans les alourdir par son propre ego.

Le Bigre bang, les Mystères de la Création, Alain Kewes, Marilyse Leroux

Ecrit par Michel Host , le Lundi, 07 Mars 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Le Bigre bang, les Mystères de la Création, Alain Kewes, Marilyse Leroux, éd. Gros textes, coll. Les Tilleuls du Square, décembre 2015, 100 pages, 10 € (http://grostextes.over-blog.com/)

 

Rions, ça nous changera !

« On découvrira… que le grand ballet des planètes et des galaxies n’a peut-être pas tourné au rythme harmonieux de la valse mais à celui plus imprévisible de la rumba. Que Dieu lui-même n’est peut-être pas celui qu’on croit », Avant-propos au Bigre Bang.

Créer le monde est un travail mystérieux – Pourquoi le faire ? Et comment fait-on ? – mystérieux, oui, et très compliqué. Qui en douterait ? Pas les auteurs de ces récits en tout cas. Un nouvelliste, une poétesse… La parité requise par la pensée bien ordonnée est respectée et l’on est assuré au moins de deux angles d’attaque complémentaires. Auraient-ils joué à Dieu le Père et au Saint-Esprit ? Sous une présidence laïque, c’est peu probable. De fait, pour leur nouvelle Révélation, ils ont alterné leurs rôles de temps en temps, de lieu en lieu ? Au lecteur d’en juger l’effet.

Des sources et de la magie - Journal de lecture du Don Quichotte en La Pléiade (7)

Ecrit par Marc Ossorguine , le Vendredi, 04 Mars 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Après la pause, l’entracte imposé par le narrateur, nous voilà de retour au point d’un combat suspendu entre Don Quichotte et un écuyer biscayen. Le trou noir de la pub’ est passé et nous redécouvrons les combattants furieux dans la pause même où l’auteur les avaient abandonnés, statues indécises et menaçantes. Mais voilà que l’auteur joue de notre impatience, se joue de nous ou joue avec nous, pour peu que nous acceptions la complicité du clin d’œil et du jeu. Les épées et les bras dressés à la fin de la première partie resteront en suspens encore quelques pages… le temps que le narrateur vérifie ses sources ! Celui-ci nous entraîne alors dans le récit de la recherche des dites sources, haussant au passage de quelques crans la supposée véracité de son récit, le faisant remonter à des sources sur lesquelles il n’a nulle maîtrise. Voilà du coup le récit du Don Quichotte élevé au rang de légende, le récit ne devenant alors que restitution d’un autre récit, que Cervantès va jusqu’à citer. Le jeu des fictions pousse le personnage du côté de la légende irréfutable et l’auteur et le narrateur du côté de l’enquêteur scrupuleux, scrupuleusement objectif, tel un journaliste des temps modernes (encore que… mais c’est une toute autre histoire).

A propos de "L'Esprit du Judaïsme" de Bernard-Henri Lévy, par Léon-Marc Levy

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 03 Mars 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Bernard-Henri Lévy est en fin de compte peu philosophe. Ce qui n’enlève rien à la valeur de l’homme, ni à ses œuvres, ni même à… son agrégation de philosophie. Ses modes de pensée, ses interventions médiatiques, son implication sur le théâtre de quelques tragédies mondiales, font de lui – et encore une fois cela est un grand mérite – un témoin, un journaliste, un écrivain, un militant. Jamais un philosophe. En fait le débat philosophique visiblement l’ennuie. Le dernier exemple en date est la manière dont il exclut de ce livre le grand Spinoza – qui pourtant est central dans la construction de la figure du Juif d’Europe. Nous y reviendrons mais, Spinoza sort de son champ de pensée parce qu’il est « trop » philosophe : il néglige la synagogue (la « communauté ») pour ne s’intéresser qu’à la quête de la vérité de Dieu – sa liberté. Or BHL, comme l’homme de conviction qu’il est, mène combat contre ce qu’il appelle « le nouvel antisémitisme », et doit, par conséquent, plonger son propos dans la réalité culturelle et cultuelle de la communauté juive de France. Dans la synagogue, quand Spinoza est (par lui-même et contre lui-même) hors la synagogue. Spinoza se situe « sub species aeternitatis ». BHL regarde « Hic et Nunc ». Spinoza est un philosophe. BHL un homme de pensée tendu vers l’action immédiate. Il est donc un peu tout (et souvent de façon valeureuse) sauf philosophe.