Identification

Chroniques régulières

Carnets d’un fou - XXXV Décembre 2015, par Michel Host

Ecrit par Michel Host , le Jeudi, 11 Février 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

« En France, on les appelle les ténors du parti. Ils chantent faux pour la plupart. Que leur chant s’élève et la foule se bouche les oreilles. Les militants les écoutent à genoux refoulant leurs larmes dans leurs gorges nouées d’émotion. Ceux du parti adverse entonnent alors leurs hymnes et leurs ritournelles. Leurs partisans s’époumonent et hurlent leur joie d’en découdre. Cacophonie ! Charivari ! Cela n’est rien qu’une campagne électorale », Maxime du Touret de Loisne, dit Le Béthunois (1942- ?), Lexique des Mots Hardis ou Trompeurs, Éditions de Festubert.

 

# À la suite du massacre parisien du vendredi 13 novembre, nous arrive la deuxième catastrophe. Elle est à effet lent et progressif. Dans la puissante chronique romanesco-véridique qui fera l’essentiel de ce Carnet de décembre, le lecteur qui a encore la patience de me suivre sera tenu informé de ses développements, soubresauts, convulsions et conséquences rapprochées, voire lointaines.

Le 6/XII

L’intégrisme hideux au nom de la Palestine, par Kamel Daoud

Ecrit par Kamel Daoud , le Mercredi, 10 Février 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

Existe-t-il un intégrisme de la « cause palestinienne » ? Oui. A distinguer de la Palestine et de ses drames. Le second est un pays volé. Le premier est une sorte de religion, lobbys, catalogues d’insultes, myopies, lâchetés, sous couvert de gauche ou d’engagement ou d’islamisme ou de solidarité. L’intégrisme de la cause palestinienne ressemble d’ailleurs à l’idéologie sioniste : il fonctionne par lobbys, par exclusion, par violence et par sournoiserie et par le monopole et la propagande. Le sioniste vous accuse d’être anti-israélien dès que vous êtes contre lui. L’intégrisme de « la cause palestinienne » vous accuse d’être à la solde des juifs, de viser la visibilité ou d’être naïf dès que vous pensez autrement que sa doxa et ses meutes.

Ensuite ? Comme tous les intégrismes, il est aveugle. Il a sa hiérarchie : en bas, les insulteurs. Ceux qui « veulent libérer » la Palestine par la langue, en insultant à partir de Lille ou de Londres « le traître » qui ne collectionne par les affects, les photos des enfants de Gaza et qui ne s’émeut pas comme un ver dans un bocal en brûlant un drapeau ou en crachant sur du Juif.

Shakespeare, une vision du monde, par Didier Ayres

Ecrit par Didier Ayres , le Mardi, 09 Février 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

à propos de Shakespeare, éd. Arfuyen, coll. Ainsi parlait, janvier 2016, édition bilingue, trad. William English, Gérard Pfister, préface Gabrielle Althen, 176 pages, 13 €

 

Il n’est pas facile de résumer ici mes sentiments à l’égard de ce livre que publient les éditions Arfuyen dans une toute nouvelle collection, car la tâche semble écrasante. Comment rassembler mes idées sur l’immense dramaturge et poète anglais, que je côtoie depuis si longtemps, Shakespeare donc ? Car, traverser grâce à des dits, maximes et citations divers, l’œuvre presque entière de l’écrivain est une gageure de grande ambition. D’ailleurs, à ce sujet, cette édition bilingue est facile d’accès et procède par thématiques plus ou moins apparentes, ce qui génère une lecture en focale resserrée d’un ensemble de textes de l’auteur élisabéthain. C’est à la fois au plaisir de lire cette poésie extraordinaire et encore d’exercer une intellection de la pensée du poète, qui permet de saisir la philosophie, voire la morale de William Shakespeare.

Les rimes de la confiance et de la violence (Lecture de Don Quichotte de la Manche de Cervantès en La Pléiade) - 4

Ecrit par Marc Ossorguine , le Samedi, 06 Février 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

Où Don Quichotte entend imposer justice et clémence et où il se fait rosser pour sa maladresse et son insolence…

Il y a dans le doux délire de Don Quichotte une violence potentielle assez radicale. Les exigences qu’il pose à ceux qu’il rencontre, de faire le bien, d’être juste, de louer celle qu’il estime louable, quelque chose qui relève à la fois du dérisoire mais aussi d’une certaine forme d’exaltation qui finit par ressembler à du fanatisme. Sinon à du fanatisme, du moins à une certaine intolérance. Les effets en sont limités par l’excès de confiance qu’il peut avoir en lui-même, en sa capacité à impressionner l’autre comme à l’excès de confiance qu’il peut avoir en la parole de l’autre.

Le jeune homme qu’il a voulu défendre contre son maître en fera les frais et verra tomber sur lui une violence redoublée une fois le chevalier parti. Quant à la compagnie à laquelle il entend faire chanter les louanges de sa belle, malgré les arguties et la lance, rien n’y fera… D’une maladresse de son cheval, voilà l’homme à terre qui, tel Grégoire Samsa métamorphosé en cloporte, est incapable de se relever, trop encombré par ce qui faisait sa puissance, cette armure dérisoire qui le cloue au sol. Il n’en faut pas plus pour en faire une victime que l’on battra à lui en rompre les os. Volonté de grandeur et de justice n’ont déclenché que violence et brutalité… dont le chevalier peut être la première victime. Dure leçon !

Alain Suied ou La Pensée poétique

Ecrit par Didier Ayres , le Vendredi, 05 Février 2016. , dans Chroniques régulières, Les Chroniques, La Une CED

 

à propos de Alain Suied, L’attention à l’Autre, sous la direction de M. Finck, P. Maillard et P. Werly, éd. Presses Universitaires de Strasbourg, 2015, 15 €

 

Connaître un poète, c’est bien sûr lire ses livres, mais c’est aussi apprécier l’homme, sa biographie et l’articulation de sa pensée. Et c’est à cette dernière tâche que nous convie ce livre publié par les Presses Universitaires de Strasbourg, qui est le résultat du colloque organisé à Strasbourg en février 2013, autour du poète défunt, Alain Suied. Pour moi, aujourd’hui, il s’agit d’ajouter à cet ouvrage ma parole de lecteur de poésie, d’écriture contemporaine, mais non pas d’un point de vue scientifique, car l’ouvrage le fait très bien, mais avec ma sensibilité personnelle sur ces pages savantes autour de l’œuvre de ce poète, qui fut historiquement publié par les éditions Arfuyen, maison que j’ai beaucoup à cœur.