Identification

Livres décortiqués

Flaubert, Oeuvres complètes II et III en la Pléiade

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Mercredi, 08 Octobre 2014. , dans Livres décortiqués, Les Livres, La Une Livres, La Pléiade Gallimard

Oeuvres complètes Flaubert Tome II. La Pléiade . Ecrivain(s): Gustave Flaubert Edition: La Pléiade Gallimard

Gustave Flaubert, Œuvres complètes, II, 1845-1851, édition publiée sous la direction de Claudine Gothot-Mersch, avec pour ce volume la collaboration de Stéphanie Dord-Crouslé, Yvan Leclerc, Guy Sagnes…, Paris, Gallimard, collection Bibliothèque de la Pléiade, 2013, 1 vol. (XVIII-1658 p.), 72 €, et Gustave Flaubert, Œuvres complètes, III, 1851-1862, édition publiée sous la direction de Claudine Gothot-Mersch, avec pour ce volume la collaboration de Jeanne Bem, Yvan Leclerc, Guy Sagnes…, Paris, Gallimard, collection Bibliothèque de la Pléiade, 2013, 1 vol. (XVII-1332 p.), 67 €

 

Flaubert s’attachait à faire en sorte que « les phrases so[ie]nt des aventures », ainsi qu’il l’écrit à Madame Schlésinger, en janvier 1857.

Faire en sorte que les phrases soient des aventures, c’est permettre qu’elles soient, comme le résume Hédi Kaddour dans Les pierres qui montent, notes et croquis de l’année 2008 (Gallimard, 2010), l’équivalent « de ce qu’on peut ressentir devant un tableau, comme quand Claudel dans L’œil écoute fait remarquer que la réussite d’un tableau, c’est quand on se dit devant lui : “Il va arriver quelque chose” ».

M. Poincaré et la Guerre de 1914, Etudes sur les responsabilités, Gustave Dupin

Ecrit par Vincent Robin , le Mardi, 07 Octobre 2014. , dans Livres décortiqués, Les Livres, La Une Livres, Histoire

M. Poincaré et la Guerre de 1914, Etudes sur les responsabilités, Aviso éditions, 2014, 197 pages, 16 € . Ecrivain(s): Gustave Dupin

 

L’administration d’un sérum de vérité dilué avec le vénéneux liquide des injures reste probablement, à travers l’écriture et sous couvert d’analyse de certains épisodes dramatiques de l’histoire nationale, le pire traitement prodigué. Les slogans lapidaires de Poincaré-la-guerre et de Mitterrand-la-machette résument, sous cette peu orthodoxe manière de doctrine médicale phagocytée par l’anachronisme, l’élucubrant exposé du livre de Gustave Dupin, intitulé M. Poincaré et la guerre de 1914, paru dès 1935, mais dont Aviso réédite aujourd’hui le contenu bientôt discrédité par la longue (trop) et sulfureuse préface de Michel Sitbon.

Ancien trésorier du Réseau Voltaire, le préfacier exalté et obscur dénonciateur des responsabilités du premier conflit mondial, aveuglément imputées au président français de 1914, atteint bientôt des sommets dans la digression, la confusion et la profusion des assertions douteuses doublées de vindicte compulsive.

Le mérite et la nature, Juliette Rennes

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Lundi, 25 Août 2014. , dans Livres décortiqués, Les Livres, Essais, La Une Livres, Fayard

Le mérite et la nature, Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige 1880-1940, 2007, 594 p. 32 € . Ecrivain(s): Juliette Rennes Edition: Fayard

 

Pour saisir toute la nécessité et toute l’urgence du féminisme (1), pour se rendre compte à quel point est nécessaire le déchiffrement du passé pour la consolidation de l’avenir, il faut se reporter à Le mérite et la nature, Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige 1880-1940, passionnante thèse de science politique dans laquelle Juliette Rennes s’interroge sur les ressorts et les recompositions de l’anti-égalitarisme depuis la fin du 19e siècle. Dans cette perspective, elle s’est intéressée à « l’évolution des stratégies républicaines pour résister aux demandes féministes d’égal accès aux professions au cours de la Troisième République française ».

Cependant, pour des raisons méthodologiques, plutôt que de circonscrire l’analyse aux résistances à l’égalité, elle en est venue « à prendre pour objet la structure des oppositions entre les partisans de l’accès des femmes aux professions et leurs opposants, puis à articuler l’analyse de ce conflit à l’émergence des féminismes et à la féminisation du monde professionnel des années 1870 aux années 1930 ».

La Boîte aux lettres du cimetière, Serge Pey

Ecrit par Claire Mazaleyrat , le Mardi, 01 Juillet 2014. , dans Livres décortiqués, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Nouvelles, Récits, Zulma

La Boîte aux lettres du cimetière, mai 2014, 208 pages, 17 € . Ecrivain(s): Serge Pey Edition: Zulma

 

 

Leçons d’enfance


Le premier recueil de nouvelles du poète et plasticien Serge Pey, paru en 2011, s’intitulait Le Trésor de la guerre d’Espagne, et mêlait des récits de l’enfance toulousaine de l’auteur à ses souvenirs de l’Espagne républicaine d’avant l’exil familial. Trois ans plus tard, les trente récits du recueil La Boîte aux lettres du cimetière s’ordonnent plutôt autour de l’ancienne porcherie devenue école où le père du narrateur enseigne les rudiments de l’insoumission et de la poésie à une poignée d’enfants, malgré des incursions dans un passé plus récent ou l’histoire espagnole ancienne de la famille Pey.

Dire non, Edwy Plenel

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Vendredi, 27 Juin 2014. , dans Livres décortiqués, Les Livres, Essais, La Une Livres

Dire non, Ed. Don Quichotte, mars 2014, 168 pages, 14 € . Ecrivain(s): Edwy Plenel

 

Le dernier livre d’Edwy Plenel, Dire non, est dédié à Stéphane Hessel qui fut membre de la société des Amis de Mediapart. Pour étayer son propos, l’auteur s’appuie sur des auteurs de référence : anthropologues, sociologues, philosophes, politiques, écrivains, poètes. Citons entre autres : Plutarque, Étienne de la Boétie, Antonio Gramsci, Hannah Arendt, Arthur Rimbaud, René Char, Aimé Césaire, Albert Camus, Frantz Fanon, Edouard Glissant, Patrick Chamoiseau, Pierre Mendès France, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot.

 

Où s’origine le fait qu’un sujet est porté à consacrer sa vie à devenir un  lanceur d’alerte ?

Ce n’est pas le premier livre dans lequel Edwy Plenel lance un cri d’alarme. Ce n’est pas la première fois qu’il écrit un pamphlet virulent contre le pouvoir présidentiel. Quand il se lançait dans une diatribe amère contre la présidence de Nicolas Sarkozy, on comprenait, beaucoup acquiesçaient. Mais quand il critique la présidence de la gauche, on peut être plus mal à l’aise, surtout au regard des abstentions aux européennes.