Identification

Essais

Instants critiques. Le temps du refus IV, Michel Mourlet

Ecrit par Christopher Gérard , le Lundi, 26 Septembre 2011. , dans Essais, Les Livres, Recensions

Instants critiques. Le temps du refus IV, Ed. Alexipharmaque, 176 p., 20€ . Ecrivain(s): Michel Mourlet

 

Depuis bientôt cinquante ans, Michel Mourlet ferraille sans faiblir contre l’imposture aux mille faces ou, pour le citer, contre « la conjuration des trois T : Trissotin, Tartuffe et Torquemada ». Dès la fin des années 50, cet écrivain amateur de théâtre et de cinéma – théoricien, dans Présence du cinéma, du courant dit mac mahonien - livre ses premières escarmouches contre le snobisme d’avant-garde.

Sous le titre générique Le Temps du refus, trois recueils d’essais ont paru depuis 1976, L’Éléphant dans la porcelaine (La Table ronde), Crépuscule de la modernité (Trédaniel) et La Guerre des idées (France Univers), qui tous trois mettent en pièces les erreurs à la mode avec autant d’esprit que d’opiniâtreté. Aujourd’hui, c’est un quatrième volume, Instants critiques, qui paraît dans une maison dont l’enseigne, Alexipharmaque, définit à la perfection  l’esprit de l’éditeur comme celui de son nouvel auteur, puisque ce terme grec désigne le contrepoison. Près d’un demi-siècle de rébellion aristocratique contre la culture officielle trouve ainsi non une improbable conclusion – il reste du pain sur la planche et M. Mourlet a gardé des jarrets de mousquetaire -, mais un premier bilan, entre lucidité (« la liberté de parole, soit par censure hiérarchique, soit par autocensure, soit par abrutissement spontané, a été divisée par deux ») et optimisme, car cette église du néant se lézarde de jour en jour.

Douce orthodoxie, Vladimir Volkoff

, le Samedi, 10 Septembre 2011. , dans Essais, Les Livres, Recensions, L'Âge d'Homme

Douce orthodoxie, Lausanne, 2011 . Ecrivain(s): Vladimir Volkoff Edition: L'Âge d'Homme

Bien que responsable d'une oeuvre déjà conséquente, Volkoff avait encore moult projets. Parmi ceux-ci un volume qui se serait intitulé Douce orthodoxie. Grâce au patient travail de Lydwine Helly il nous est donné aujourd'hui de tenir entre nos mains, non certes le livre projeté par Vladimir Volkoff mais du moins son « ombre portée », la « figure » d'outre-tombe de cet ouvrage non-fait...

La vie terrestre de l'écrivain s'est « éteinte » trop tôt. « Drôle » de conjonction, c'est l'année même où apparaît ce signe posthume d'une âme vivante que disparaît l'éditeur et ami de Volkoff... Conjonction encore il se trouve que, précisément, c'est à Vladimir Dimitrijevic que Volkoff avait emprunté la savoureuse expression de « douce orthodoxie », que l'éditeur, lui-même avait su extraire du titanesque roman Migrations de son compatriote Tsernianski...

Le langage mystique et codé des écrivains et des livres authentiques !

Composé de larges extraits des livres de V.V et de quelques très beaux indédits, la composition de ce livre singulier, met en relief la particulière profondeur des propos de l'écrivain... La douce saveur de la foi est le propulseur aussi bien que le but. Entre les deux c'est toute l'étendue du talent de Volkoff à évoquer les noires et lumineuses complexités des rapports humains.

Histoire naturelle de Selborne, Gilbert White

Ecrit par Didier Bazy , le Jeudi, 08 Septembre 2011. , dans Essais, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Iles britanniques, Le Mot et le Reste

Histoire naturelle de Selborne. Traduit de l'anglais (18°) par Nicole Mallet. 2011, 23€. . Ecrivain(s): Gilbert White Edition: Le Mot et le Reste


Traduite pour la première fois en français, l'histoire naturelle de Selborne est un monument. Il était grand temps de découvrir Gilbert White (1720-1789) en France. Car en Grande Bretagne c'est non seulement un classique mais Un des trois livres les plus publiés et réédités. L'hexagone est fermé, il faut le percer du dehors. Les Editions Le mot et le reste s'en occupe.

A première vue, deux séries de lettres destinées à deux savants britanniques. En fait, il s'agit bel et bien d'une grande et belle composition. Et le régime épistolaire nous implique et nous interpelle toujours.

Gilbert White est un pasteur érudit et curieux des choses naturelles. Selborne est un petit village isolé non loin de Londres. White observe, note, vérifie, expérimente. Sa méthode, originale pour l'époque, consiste à analyser les milieux naturels tels qu'ils se donnent et tels qu'ils changent dans le temps. Les plantes, les insectes, les asticots, les oiseaux, la terre, le tout dans cet espace de Selborne et au gré des saisons, voire du climat. Voici le pionnier de l'éthologie, un des premiers écologues modernes.

Oeuvres complètes, Charles Baudelaire

Ecrit par Eddie Breuil , le Samedi, 30 Juillet 2011. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie, Arts, Bouquins (Robert Laffont)

Œuvres complètes, Charles Baudelaire, 2011, 27 euros, 1024 p. . Ecrivain(s): Charles Baudelaire Edition: Bouquins (Robert Laffont)

Les éditions Bouquins ont proposé cette année une nouvelle édition des Œuvres complètes de Charles Baudelaire. Le défaut des « œuvres complètes » des écrivains classiques est qu’en tant que lecteur, l’on est souvent amené à considérer d’abord la qualité prêtée à l’auteur et à ses textes qu’à l’établissement du texte lui-même, alors qu’il convient surtout de se demander si la nouvelle édition propose une lecture intéressante de l’œuvre concernée ? Car la mention trop facilement apposée d’« œuvres complètes » est une construction commerciale qui a le défaut d’aider à ignorer cette question. Pour ne regarder que le contenu même de l’œuvre (et donc pas l’annotation) presque aucune édition d’« œuvres complètes » ne se ressemble et même aucune n’est jamais « complète » (car selon les contextes, on considère tel ou tel document de l’auteur comme faisant partie de son Œuvre : les actes notariés, la correspondance, les œuvres écrites en collaboration, les traductions sont parmi les premières victimes de ces purges). L’édition Bouquins n’échappe pas à la règle avec ses « Œuvres complètes » de Baudelaire : il convient cependant d’apprécier la particularité du choix réalisé (puisque choix il y a). L’avantage de cette édition par exemple est d’avoir accepté et explicité la majorité de ses choix (quand d’autres éditeurs préfèrent simplement passer sous silence les éléments non retenus).

La Perruque de Newton, Jean-Pierre Luminet

Ecrit par Didier Bazy , le Mercredi, 27 Juillet 2011. , dans Essais, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Biographie, Editions, Jean-Claude Lattès

La Perruque de Newton, 2010, 354 p, 20 €. . Ecrivain(s): Jean-Pierre Luminet Edition: Jean-Claude Lattès

Pourquoi Newton devrait-il clore la magistrale série : « Les Bâtisseurs du Ciel » ? La vie des grands astronomes se poursuit bien : Messier, Herschel, Laplace, Einstein, Hubble...Oui, mais « Newton savait bien, au fond de lui-même, que la recherche de la vérité ne serait plus l'affaire de quelques initiés, mais de l'humanité toute entière. » Affaire de travail d'équipes oui. Incidences sur l'humanité aussi. Avec Copernic, les visions du monde vont basculer. Aujourd'hui, un enfant sait bien qu'il est perdu, particule, dans l'univers.

De Newton, on connaissait la pomme. Voici donc la perruque. De Newton, on savait la loi de l'attraction universelle (ou loi du carré inverse). Mais savait-on qu'Isaac, qui vécut 85 ans, « perdit » ou « gagna » beaucoup de temps à l'alchimie et aux pratiques ésotériques ?

JP Luminet montre les liens vitaux tissés entre activité rationnelle et souci soi-disant irrationnel. Une vie. Les vies, et non les biographies, recèlent des trésors de lumière et des ressorts très sombres, cocasses, comiques ou pathétiques. A fortiori les grands découvreurs. Chez eux, les contraires exultent. Les génies ont souvent des vies hors du commun (ce qui n'est pas du tout le critère du génie qui, justement, n'a pas de critères).