Identification

Les Livres

Le ravin du chamelier, Ahmad Aboukhnegar (recension 2)

Ecrit par Nadia Agsous , le Vendredi, 31 Août 2012. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Pays arabes, Sindbad, Actes Sud

Le ravin du chamelier, (2012), trad. de l’arabe (Egypte) par Khaled Osman, 207 p. . Ecrivain(s): Ahmad Aboukhnegar Edition: Sindbad, Actes Sud

 

Le Ravin comme métaphore du monde


Tout commence par une scène de lutte acharnée. Un face à face féroce, dans un lieu transformé en champ de bataille, entre, d’une part, des hommes « à bout de nerfs, brandissant leurs gourdins sans oser passer à l’attaque ». Et d’autre part, la femelle-serpent qui les défie « ostensiblement » depuis plus de trois jours poussant sa bravade jusqu’à faire tourner ses adversaires « en bourriques ».

Dès le début du roman, Ahmad Aboukhenegar, romancier égyptien, nous introduit au cœur d’une histoire de vengeance ; une intrigue du genre fantastique qui met en scène des hommes et une femelle-serpent engagés dans une « guerre » où les premiers, « mus par une haine enfouie – et – une répulsion instinctive », tenant dans leurs mains haches et gourdins, les sens aux aguets, solidaires des uns et des autres, déploient toute leur énergie et leurs forces pour se défendre des velléités vengeresses voire meurtrières de leur ennemie ancestrale, la femelle-serpent qui hante leur imaginaire et réveille leurs peurs archaïques.

Autour de moi, Manuel Candré

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 30 Août 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire, Joelle Losfeld

Autour de moi, 31 août 2012.102 p. 11,90 € . Ecrivain(s): Manuel Candré Edition: Joelle Losfeld

Ce petit livre – par la taille – constitue une véritable découverte littéraire. Manuel Candré, pour son premier roman, s’inscrit d’entrée dans ce que la littérature nous réserve de temps en temps, trop rarement, la révélation d’un talent explosif.

Autour de moi est structuré comme un journal intime asynchrone puisque relatant des événements et des affects vécus quelques décennies auparavant, rédigé entre le 4 juillet 2007 et le 9 septembre 2010. Nous sommes conviés à la rude visite de l’enfance du narrateur. Evénements intimes qui ont pour cadre la cellule familiale et donc pour héros le père, la mère, les grands-parents, le « autour de moi » d’un enfant qui, devenu adulte et mûr, se retrouve littéralement obsédé par ces images, ces souvenirs brûlants et douloureux d’une famille à la fois héroïque et banale, grande et pathétique, belle et indigne. Une famille. Dans l’hypothèse permissive qu’elle implique, dans les bassesses qu’elle génère, dans les moments magnifiques où se croisent les rêves de chacun, et dans les trous où échouent lamentablement les idéaux les plus beaux.

L’enfant souffre deux fois semble nous dire ce morceau d’enfance. Il souffre des malheurs, la mort de la mère, l’alcoolisme et la brutalité du père, la dureté de la vie. Mais il souffre aussi, une fois de plus, la plus âpre sûrement, de sa propre fragilité, de sa faiblesse d’enfant, de la palpitation de ses rêves profonds, de l’absurdité magnifique de ses espoirs.

Tsukushi, Aki Shimazaki

Ecrit par Jean-Guy Soumy , le Jeudi, 30 Août 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Actes Sud, Québec

Tsukushi, Léméac/Actes Sud, juin 2012, 138 p. 14,50 € . Ecrivain(s): Aki Shimazaki Edition: Actes Sud

 

Tsukushi est le nom, en japonais, de la tige à sporange de la prêle. C’est également le titre du quatrième volume du second cycle romanesque écrit par Aki Shimazaki. Vivant à Montréal depuis 1991, Aki Shimazaki est déjà l’auteure d’une pentalogie intitulée Le Poids des secrets qui reçut plusieurs prix littéraires dont le Prix du Gouverneur général du Canada.

L’écriture de Aki Shimazaki est une eau dormante. Le moindre geste, le plus simple effleurement de ses personnages à la surface de la réalité, produit des ondes qui nous intriguent. Puis nous inquiètent. On pressent que sous le miroir des conventions sociales, de la normalité et de l’attention aux autres, il y a un gouffre.

La narratrice, Yûko Sumida, décrit sa vie avec un souci du détail et une modestie qui portent en eux une menace. « Je suis debout devant la fenêtre du salon. Le ciel est couvert depuis ce matin. Selon la météo, il n’y aura pas de soleil de toute la journée. On a ce temps-là depuis quelques jours. (…) En regardant le ciel bouché, j’essaie de me rappeler quel temps il faisait le jour où ma fille est née. »

Les bas-fonds du rêve, Juan Carlos Onetti

Ecrit par Patryck Froissart , le Jeudi, 30 Août 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Amérique Latine, Nouvelles, Gallimard

Les bas-fonds du rêve, (Tan triste como ella y otros cuentos para una tumba sin nombre), 1981, traduit de l’espagnol uruguayen par Laure Bataillon, Abel Gerschenfeld et Claude Couffon . Ecrivain(s): Juan Carlos Onetti Edition: Gallimard

Qu’est-ce qu’une histoire ?

A quel moment du récit commence « la véritable histoire » ?

Quel est le degré de réalité des faits rapportés ? Quelle est la part d’authenticité des lieux de l’action ? Quelle certitude peut avoir le narrateur par rapport au déroulement et à la place des différents « temps » de la narration ? Que sait l’auteur des protagonistes qu’il met en scène ? Quel est le « vrai roman » dans l’infinie possibilité des variantes dans lesquelles s’égare le narrateur principal, ou dans lesquelles des narrateurs secondaires entraînent le lecteur et le narrateur principal lui-même ?

Voilà une partie des questions que pose, que se pose l’auteur des nouvelles de ce recueil, dont l’écriture est fondée sur l’infinité du champ des possibles narratifs.

Au centre de chaque mensonge, il y avait la femme, chaque histoire était elle…

Treize récits de Juan Carlos Onetti se succèdent dans ce livre sombrement étincelant sous le titre éponyme de la seconde d’entre elles.

Pour seul cortège, Laurent Gaudé

Ecrit par Martine L. Petauton , le Mercredi, 29 Août 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Actes Sud, La rentrée littéraire

Pour seul cortège, Août 2012, 186 p. 18 € . Ecrivain(s): Laurent Gaudé Edition: Actes Sud

 

« Pas un bruit ne dérange l’immobilité de l’air. La tourbe jaune et épaisse des berges a des reflets de safran. Des felouques sont à quai. Le cortège tout entier doit traverser le fleuve. Elle se serre contre le catafalque. Elle ne veut pas le quitter… ». Tout Laurent Gaudé tient dans ces lignes ; tout son roman, aussi.

Une écriture d’un classicisme à la fois sobre et flamboyant ; bel usage d’une langue précise et musicale ; quelque part, un regard distancié, et au cœur des choses, un peu comme au théâtre. Scène visuellement présente : atmosphère, bruits, odeurs et couleurs ; peu de personnages, mais qu’on n’oubliera plus… Et si, dans Gaudé, étaient nos besoins essentiels en littérature ?

Il y a dans ce livre-là, qui pourrait bien être un de ses meilleurs, cette lumière si particulière à son œuvre ; celle des enfers, de la mer mangeuse d’émigrés ; celle de l’Afrique des grands rois de jadis ; et, bien sûr, de l’écrasante chaleur de l’été des Scorta… Ce livre-là pourrait bien être gros de tous les autres, en abîme, en écho… Chez Gaudé, plus qu’ailleurs, chaque livre est un fleuve qui déroule récit et personnages ; il faut fermer les yeux, écouter ; le plus beau geste du lecteur.