Identification

Les Livres

Le tireur, Glendon Swarthout

Ecrit par Alexandre Muller , le Lundi, 29 Octobre 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman, Gallmeister

Le tireur, trad. USALaura Derajinski, parution 2 Novembre 2012, 208 p., 9,30 € . Ecrivain(s): Glendon Swarthout Edition: Gallmeister

Parution en libraire jeudi 2 novembre 2012

 

Il faut bien s’imaginer un vieux cow-boy éreinté…

« Il pensa quand j’arriverai là-bas, personne ne croira jamais que j’ai réussi un tel voyage à cheval et, Dieu m’en est témoin, je n’y croirai pas non plus ».

« Il arborait un Stetson gris, une redingote noire, un gilet et un pantalon gris, une chemise blanche, une cravate grise et des bottes en lézard noires.

Entre le cuir de la selle et son arrière-train, il avait calé un coussin moelleux en velours écarlate orné de glands dorés. Il n’aurait pas supporté le voyage sans ce coussin. Il l’avait volé dans un bordel de Creede, au Colorado ».

… arrivant anonyme dans une ville, à dos de cheval.

« Il entra dans El Paso par l’Ouest, évitant comme la peste Santa Fe Street et la grande-place. Il ne fallait pas qu’on le reconnaisse déjà, pas avant que Hostetler ne lui ait annoncé la bonne nouvelle ».

Chez les fous, Albert Londres

Ecrit par Sophie Galabru , le Lundi, 29 Octobre 2012. , dans Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres, Editions de Londres

Chez les fous, 78 p. 0,99 € (téléchargeable) . Ecrivain(s): Albert Londres Edition: Editions de Londres

 

« Loi de 38 secret professionnel vous ne verrez pas la vie des fous (…) alors j’ai cru qu’il serait plus commode d’être fou que journaliste ».

 

Voici résumés le ton, la forme, la démarche journalistique et poétique d’Albert Londres. Nous pourrions dire que ce livre se veut être l’investigation d’un journaliste sur le milieu psychiatrique et asilaire du début du XXe siècle, où l’on trouve quelques données statistiques, quels constats effarants sur la cruauté des conditions et des traitements – camisoles, ceintures de force, cordes coûtant moins cher que des baignoires, on ligote au lieu de baigner –, des observations philosophiques sur la place sociale du fou, un certain point de vue politique lui-même sur ce que le traitement de la folie révèle d’une civilisation. Mais après tout ce n’est pas seulement pour cela que vous lirez ce livre, il y a tout ceci et plus que ceci. Albert Londres exerce un journalisme tout particulier où se mélangent l’observation personnelle, voire affective, une ironie et beaucoup d’humour, un récit oscillant entre l’observation et la narration romanesque, toujours porté par la poésie des fous dont il relate la parole.

Inséparables, Alessandro Piperno (2ème recension)

Ecrit par Etienne Orsini , le Lundi, 29 Octobre 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Italie, Editions Liana Levi

Inséparables, trad. italien Fanchita Gonzalez-Batlle 2012, 394 pages, 22,50 € . Ecrivain(s): Alessandro Piperno Edition: Editions Liana Levi

Deuxième volet de la trilogie Le feu ami des souvenirs, Inséparables nous replonge dans l'univers familial des Pontecorvo.

Quelque trente années après la damnation de Leo, leur père, persécuté et diffamé par une fillette de 12 ans (voir Persécution), Filippo et Samuel tentent de tracer leurs routes.

L'aîné, marié à la fille d'un homme richissime, mène une existence plutôt indolente, jusqu'au jour où il est repéré pour son talent de dessinateur de B.D. L'adaptation de son œuvre au cinéma connaît alors un vif succès et se voit nominée pour le Festival de Cannes.

Semi, quant à lui, a été embauché par le père d'Eric, un magnat du commerce de coton, qui a placé en lui tous ses espoirs (de fait, que pourrait  attendre celui-ci de son toxicomane de fils ?). Semi mène donc une carrière internationale de brillant négociant entre Rome, Milan, New-York et l'Asie Centrale.

D'un point de vue sentimental, tout semble opposer également les deux frères : Filippo fuit son épouse névrosée et ouvre grand son lit à ses admiratrices. Le second, atteint d'impuissance, mène une vie des plus chastes avec sa fiancée Silvia... lorsqu'une groupie de Filippo, Ludovica, fait irruption dans son quotidien.

Rimbaud, Claude Jeancolas

Ecrit par Eddie Breuil , le Dimanche, 28 Octobre 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Biographie, Flammarion

Rimbaud, 764 pages, 2012, 25 € . Ecrivain(s): Claude Jeancolas Edition: Flammarion

 

Quinze ans après sa première parution, voici la nouvelle version de la biographie par Claude Jeancolas de Rimbaud. Malgré les apports en quinze ans, pour une question sans doute matérielle, l’éditeur a reproduit telles quelles les 713 premières pages (sur les 766 au total !) : au total, seules 15 pages sont modifiées (de 713 à 728). Quand les contraintes matérielles influent sur le contenu des ouvrages… L’ajout et l’actualisation se limitent donc aux deux éléments « En guise de postface » et « Bref journal des récentes découvertes » en fin de volume : les différents chapitres ne sont pas directement modifiés (les nouveautés auraient mérité d’y être intégrées), et la bibliographie n’est pas mise à jour (parmi les absences remarquables, se trouvent notamment Steve Murphy et Jean-Jacques Lefrère, absence sans doute liée à la polémique autour de la photographie récemment trouvée de l’Hôtel de l’Univers).

Pour la défense de l’auteur, il faut remarquer paradoxalement que malgré le caractère prolifique de la recherche autour de Rimbaud (il suffit de consulter le volume bibliographique annuel de la Revue d’Histoire Littéraire de France pour le constater), peu nombreuses sont les études produisant un apport substantiel sur la question.

Tout ça, de la collection de Charles-Henri Favrod

Ecrit par Valérie Debieux , le Dimanche, 28 Octobre 2012. , dans Les Livres, Recensions, La Une Livres, Arts, Campiche

Tout ça, de la collection de Charles-Henri Favrod, préface et éd. scientifique par Edith Bianchi, 2012, 130 p. 42 € . Ecrivain(s): Charles-Henri Favrod Edition: Campiche

 

 

Charles-Henri Favrod, qui a partagé sa vie entre la politique, la production cinématographique et la direction du « Musée de l’Elysée » à Lausanne, est, pour reprendre son expression, un « chineur à la lampe ». Au fil des ans, après avoir « fouiné » chez les antiquaires et brocanteurs, il a réussi à rassembler une série de photographies aussi incroyables les unes que les autres. Avec le concours de Bernard Campiche et d’Edith Bianchi, un livre est né : Tout ça.

Ce présent ouvrage au titre évocateur offre au lecteur un ensemble de clichés, mémoire vivante de quelques événements marquants qui reviennent sur des souvenirs, enfouis à jamais pour la plupart d’entre nous, ou inconnus pour d’autres. Le tout sélectionné avec soin : de Louis Meurisse en passant par John Philips, René Burri, Philippe Halsman, Jean-Luc Cramatte, Charles Murray, Wilhelm Bürger et tant d’autres encore.