Identification

L'air de rin, Bruno Fern

Ecrit par Philippe Chauché 03.06.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Poésie, Editions Louise Bottu

L’Air de rin, février 2015, préface de Jean-Pierre Verheggen, 58 pages, 7 €

Ecrivain(s): Bruno Fern Edition: Editions Louise Bottu

L'air de rin, Bruno Fern

 

« Aboli bibelot d’inanité sonore », Mallarmé

« Ferai un vers de pur néant », Guillaume d’Aquitaine

L’air de rin est né de deux vers, l’un pour 132 variations et l’autre en offrant 66, pour de courts aphorismes, des vers chantants, surprenants et plaisants, des vers inspirés, des variations chaotiques et réjouissantes, et le tout en musique, les deux vers n’en manquent pas, et Bruno Fern se les approprie pour les faire chanter à son tour.

« Le temps – Aplanit les lolos, racornit les pectors ».

« Pragmatique – A poli son topo, formaté tout confort ».

« Angélique – Fouirai l’éther en voletant ».

« Comédien – Feindrai de faire tout en faisant ».

Bruno Fern, l’air de rien, offre là un petit diamant aux 198 éclats, des faces qu’il a polies avec l’attention d’un diamantaire. Il pratique l’art du bref et de ses éclats, pour cela il faut non seulement en savoir beaucoup sur la musique des mots de Mallarmé et de Guillaume d’Aquitaine, pour s’en inspirer, pour livrer ces courtes phrases, ces thèmes, ces ritournelles poétiques, ces flèches et ces pointes.

« Private Beach – A l’abri des prolos, distingués de la dorent ».

« Stoïque – Amollit le mélo – dramatiser, c’est mort ».

« Anxieux – Flipperai sévère rien qu’en vivant ».

« Esprit pratique – Flanquerai la mer dans l’océan ».

L’air de rin joue sur les mots et se joue voluptueusement des situations les plus incongrues, il claque des doigts et elles apparaissent. Un mot, un verbe enclenchent la machine à fictions et à frictions.Aboli, fait naître A failli, mais aussi Acabit, ou encore Alibi, et A blanchi, ou Ahuri et A minuit, et pour que le mot, pour que le verbe fasse l’affaire, il doit faire naître cette microscopique fiction, cette histoire née dans une éprouvette. L’air de rin joue à la roulette russe avec la poésie, chevauche le hasard pour faire apparaître des histoires pour de rire, un verbe au pinacle, Ferai, et Allons-y Alonzo dynamiter l’décor, ce qui donne au petit bonheur la chance, une chance particulièrement maîtrisée,FleureraiFeuilleraiFâcheraiFesserai, et Flatterai. On grappille, on goûte, on hume ces phrases avec délectation, ce n’est plus un livre, c’est un caveau vigneron d’où jaillissent mille senteurs d’automne.

« Narcissique – A pratiquer l’égo l’altérité s’essore ».

« Veinard – A bibi à l’hosto vue du côté du port ! »

« Colosse – Fendrai la pierre en éternuant ».

« Explorateur – Flécherai déserts et océans ».

L’air de rin est un petit livre rieur, rageur, rugueux et riche d’humeurs, écrit sous la protection de l’OuLiPo, de savants et savoureux amateurs de contraintes littéraires, où chaque phrase est un roman en devenir, et au devenir perturbé. En trois ou quatre mots, Bruno Fern chevauche la poésie comme Guillaume le troubadour, ses chansons d’amour.

 

Philippe Chauché

 


  • Vu : 1670

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Bruno Fern

 

Bruno Fern, poète des contraintes et du jeu, a notamment publié : Des figures (L’Attente, 2011), Reverbs (Nous, 2014), Le petit test (Sitaudis, 2015), et Pages rosses avec ses complices Christian Prigent et Typhaine Garnier (Les Impressions Nouvelles, 2015).

Stéphane Mallarmé c’est Brise marine, L’après-midi d’un faune, mais aussi Pages et Divagations, sans oublier Un coup de dès jamais n’abolira le hasard, et Igitur.

Guillaume IX d’Aquitaine ou Guillaume VII, comte de Poitou, 1071-1126, considéré par beaucoup comme le premier poète occitan, le manuscrit de Ferai un vers de pur néant (Farai un vers de dreyt nien) est en occitan.

 

 

A propos du rédacteur

Philippe Chauché

 

Lire tous les articles de Philippe Chauché

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, espagnole, du Liban et d'Israël

Genres : romans, romans noirs, cahiers dessinés, revues littéraires, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Minuit, Seuil, Grasset, Louise Bottu, Quidam, L'Atelier contemporain, Tinbad, Rivages

 

Philippe Chauché est né en Gascogne, il vit, travaille et écrit à Avignon. Journaliste à  Radio France, il suit notamment le Festival d’Avignon. Il a collaboré à « Pourquoi ils vont voir des corridas » publié par les Editions Atlantica et publie quelques petites choses sur son blog : http://chauchecrit.blogspot.com