Identification

La Une Livres

L'enchanteur. Nabokov et le bonheur, Lila Azam Zanganeh

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Samedi, 17 Décembre 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, USA, Biographie, Récits, L'Olivier (Seuil)

L’Enchanteur. Nabokov et le bonheur. Trad. (anglais USA) Jakuta Alikavazovic. Octobre 2011. 228 p. 20 € . Ecrivain(s): Lila Azam Zanganeh Edition: L'Olivier (Seuil)

 

Que faire de mieux, quand on écrit un livre qui porte le nom de bonheur dans son titre, que d’en faire un livre plein de bonheur ? Lila Azam Zanganeh n’y manque pas ! Son Nabokov, l’Enchanteur, est un remède contre toute forme déclarée ou pernicieuse, de déprime.

Ce livre est d’abord, bien sûr, une déclaration d’amour passionné à Vladimir Nabokov. « C’est là que j’ai découvert la texture du bonheur ». Rien moins ! Il nous faut avouer que cette entrée surprend a priori : Nabokov n’est pas – toujours – l’écrivain qui incarne le bonheur dans notre imaginaire de lecteur. On y voit volontiers des ombres, des malaises, une sexualité compliquée. Humbert Humbert, le héros de Lolita, ne symbolise guère un ciel sans nuage ! Non. C’est ailleurs que Lila Azam Zanganeh va chercher, au cœur de l’œuvre du maître, une source intarissable de bonheur. «  La joie profonde qu’inspirent Lolita ou Ada prend sa source ailleurs, dans une expérience de la marge et des limites (au sens quasi mathématique d’ouverture), qui devient celle de la poésie. Et cette poésie est félicité ou, comme le disait VN dans sa langue maternelle, en russe : blazhenstvo »

Rue Darwin, Boualem Sansal

Ecrit par Nadia Agsous , le Vendredi, 16 Décembre 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, Maghreb, Gallimard

Rue Darwin, coll. Blanche, août 2011, 255 p., 17,50 € . Ecrivain(s): Boualem Sansal Edition: Gallimard


La quête des origines


« Va retourne à la rue Darwin ». C’est par cette phrase qui exprime à la fois une recommandation et le mystère que l’écrivain algérien d’expression française, Boualem Sansal, nous invite à nous immerger dans le corps de son dernier roman, Rue Darwin.

Narrée dans un style simple au sens pourtant profond, l’histoire de Yazid, dit Yaz, le personnage principal, nous entraîne, par le truchement d’une écriture intimiste, au cœur de son pèlerinage à rue Darwin. Ce lieu-mémoire où il passe « une semaine sainte ». Son objectif ? Percer le secret de sa naissance. Et tordre le coup à ce sentiment d’illégitimité et de honte qui ne cesse d’étreindre son cœur par la faute de ce mystère qui plane sur sa filiation.

Et lors de son voyage initiatique, Yaz revient sur les traces de son enfance et de son adolescence. Réveille les douleurs archaïques. Fait face à ses démons. Brise le silence. Et nous propulse dans le monde de sa défunte grand-mère, Lala Sadia dite Djéda, riche propriétaire et femme puissante.

La part de l'homme, Kari Hotakainen

Ecrit par Anne Morin , le Jeudi, 15 Décembre 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Pays nordiques, Roman, Jean-Claude Lattès

La part de l’homme, traduit du finnois par Anne Colin du Terrail, 285 p. 19,50 € . Ecrivain(s): Kari Hotakainen Edition: Jean-Claude Lattès


Tout, ici, est histoire de langue : langue de l’immigration, difficilement assimilable, « deuxième langue », langue hésitante et répétitive du bègue, langue de bois du discours d’entreprise, métalangue conceptuelle du marché et de l’économie, parole enregistrée en vrac, parole vendue, bradée…

Cela se joue à guichets fermés dans un monde devenu représentation, où chaque être joue un rôle de composition, et s’il ne s’adapte pas, retourne à la case départ.

Dans ce monde de faux-semblants, Salme, mercière retraitée a comme liens avec ses trois enfants quatre séries de cartes postales « ce que je sais de la vie, je l’écris sur des cartes postales que je leur envoie (…) J’ai quatre sortes de cartes : la première représente un lac, la deuxième l’hiver, la troisième l’automne et la quatrième la grand-rue de notre village » (p. 41). Elle ne leur envoie que ce qu’elle pense digne de rester, d’être figé, une petite leçon de vie comme une sentence ou un proverbe : quelque chose à quoi se raccrocher.

Pseudo, Ella Balaert

Ecrit par Martine L. Petauton , le Mercredi, 14 Décembre 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, Myriapode

Pseudo, Editions Myriapode septembre 2011. 144 p. 18 € . Ecrivain(s): Ella Balaert Edition: Myriapode

Exister, autre que soi ; se cacher derrière une identité, ou un pseudo ; être, pour quelques heures, pour quelques mois, celui qu'on aurait aimé incarner - ou détester, c'est selon... vieille comme le monde, la manœuvre… Inversion des rôles ; fête des fous, carnavals du Moyen Age - le futé - qui, pour une paire d'heures, faisait du manant, un seigneur. Masques, à longueur  d'année dans la Venise en décomposition du 18è siècle des sons/Vivaldi. Et encore et surtout, vieille comme la littérature, l'amusette ; car, « je », sachant écrire, peut, tout à loisirs, être « tu », ou « il »...

Ella Balaert sait tout ça, et son bagage culturel ruisselle des masques - jolis loups de couleur - et des yeux, plus sombres, plus inquiétants, de la couverture de son « Pseudo ». On comprend, d'entrée de jeu que sur son bureau d'écriture, il y a - empoussiéré ou connu par cœur, on ne sait - «  Les liaisons dangereuses », et peut-être aussi le «  Nous sommes cruels » qui avait valu, il y a peu, à Camille De Peretti, un joli succès de librairie... Mais, depuis quand faudrait-il que cela puisse castrer une autre écriture, quand il s'agit des fondements de la personne humaine.

C'est alors que tout change… pour que rien ne change. La lettre LVII (le vicomte à la marquise) ; 2 pages serrées, « De … ce 5 septembre 17** » du Choderlos, devient :  « 09h56 ; de : Ulysse (pseudo) à Eva (pseudo) ; objet : badinages ». 5 petites lignes au parfum de messagerie, dont un PS fondamental « à propos, de quelle couleur ; vos rideaux ? »

Et rester vivant, Jean-Philippe Blondel

, le Mercredi, 14 Décembre 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Récits, Buchet-Chastel

Et rester vivant, Août 2011, 250 p. 14,50 € . Ecrivain(s): Jean-Philippe Blondel Edition: Buchet-Chastel


Les faits racontés ici sont d’une rare violence. A l’âge où l’on passe son baccalauréat en toute insouciance, Jean-Philippe Blondel a perdu son frère et sa mère dans un accident de la route. Le père était au volant.

Quatre ans plus tard, celui-ci se tue à son tour, dans un autre virage.

Reste Jean-Philippe. Plus de famille, plus de comptes à rendre, rien qu’un bel héritage, et deux amis – en réalité une petite amie en passe de devenir une ex, et un meilleur ami en train de le remplacer dans le cœur de celle-ci. Avec eux, il s’envole de l’autre côté de l’Atlantique, poursuivant une chanson devenue obsession.


« Quand on me croise, on compatit. On me touche le coude, on m’effleure le bras, on refoule les larmes, on me dit que c’est bien, que je suis courageux, que ça va aller, hein ? Je ne réponds pas. Je laisse glisser. Je continuer d’enchaîner les longueurs dans ma piscine intérieure et je fais attention à ce que le chlore ne rougisse pas mes yeux » (pages 24-25).