Identification

Iles britanniques

Miniaturiste, Jessie Burton

Ecrit par Victoire NGuyen , le Lundi, 26 Octobre 2015. , dans Iles britanniques, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Gallimard

Miniaturiste, mars 2015, trad. de l’Anglais par Dominique Letellier, 505 pages, 22,90 € . Ecrivain(s): Jessie Burton Edition: Gallimard

 

L’apprentissage de Petronella Oortman

« (…) la femme tient un moment le battant ouvert pour l’oiseau. Il sent son effort, mais choisit de s’envoler derrière la chaire.

(…) Passereau, songe-t-elle, si tu crois que ce bâtiment est un lieu plus sûr, ce n’est pas moi qui te libérerai ! »

Lorsque Petronella Oortman arrive dans la maison de son époux, elle a à peine 17 ans. C’est donc encore une enfant vivant auprès de sa mère dans sa campagne hollandaise. Pour fuir la misère et les dettes contractées par son défunt père, la jeune fille accepte un mariage arrangé avec Johannes Brandt, un riche marchand puissant d’Amsterdam. Mais son installation dans l’imposante demeure de son époux s’avère être difficile d’autant plus que Marin, sa belle-sœur, ne semble guère la porter dans son cœur. Elle découvre l’étrange attitude de son mari qui la délaisse dès la nuit de noces.

Tout ce qui est solide se dissout dans l’air, Darragh McKeon

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Lundi, 26 Octobre 2015. , dans Iles britanniques, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Belfond, La rentrée littéraire

Tout ce qui est solide se dissout dans l’air, août 2015, traduit de l’anglais par Carine Chichereau, 400 pages, 22 € . Ecrivain(s): Darragh McKeon Edition: Belfond

 

« Le passé exige qu’on lui soit fidèle.

Je me dis souvent que c’est la seule chose qui nous appartienne vraiment ».

 

Le premier roman de l’Irlandais Darragh McKeon se situe sur fond brouillé de notre mémoire et déjà oublié, même si Fukushima est passé par là. Toile de la catastrophe de Tchernobyl, de la remise en question forcée de l’empire soviétique, de l’insouciance des hommes à accepter l’inévitable, c’est-à-dire leur insondable stupidité face à tout pouvoir qui vous empêche de voir, de vivre la réalité d’un monde plus respectueux des hommes et de la nature. Mais cette peinture a visiblement disparu de notre regard, obsédé par notre image de Dorian Gray. Ou peut-être que notre génération n’est pas digne des meilleurs lendemains. Il faut dire que nous ne chantons plus, nous nous taisons et nous mourons tel un asticot pendu à l’hameçon de nos péchés, sans aucun souvenir de notre sacrifice !

Le testament de Marie, Colm Toibin

Ecrit par Victoire NGuyen , le Vendredi, 02 Octobre 2015. , dans Iles britanniques, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Robert Laffont, La rentrée littéraire

Le testament de Marie, août 2015, traduit de l’Anglais (Irlande) par Anna Gibson, 126 pages, 14 € . Ecrivain(s): Colm Toibin Edition: Robert Laffont

 

Magnificat ?

Le testament de Marie est un roman audacieux à plus d’un titre. En effet, il prend le contre-pied du culte marial, l’un des piliers du christianisme et particulièrement de la théologie catholique. En effet, Marie, la Mère des mères est vénérée et adorée. Elle a ses fêtes et occupe le plus haut rang dans la hiérarchie des Saints de la liturgie catholique. Ceci précisément parce qu’elle incarne le mystère de l’Acceptation et de la Souffrance. La Piéta en est une représentation type suscitant l’espoir et le chemin à suivre pour les fidèles.

Irlandais d’âme et de cœur, romancier et journaliste, témoin des guerres de religion entre Catholiques et Protestants dans son pays, qui mieux que Colm Toibin pour détourner les symboles afin d’ériger une autre Marie, celle qui ne porte aucun trait commun avec les récits bibliques du canon catholique.

Mais de quoi est-il question dans ce court roman ?

Mission Confidentielle, Lee Child

Ecrit par Yan Lespoux , le Mardi, 30 Juin 2015. , dans Iles britanniques, Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, Calmann-Lévy

Mission Confidentielle (The Affair), avril 2015, trad. de l’anglais (GB) par Elsa Maggion, 394 p. 21,90 € . Ecrivain(s): Lee Child Edition: Calmann-Lévy

Pour cette seizième aventure de Jack Reacher, l’homme capable de faire d’une brosse à dent une arme de destruction massive, Lee Child choisit de revenir sur les origines de Reacher, de montrer comment son héros est devenu l’homme sans attaches qui traverse les États-Unis pour protéger la veuve et l’orphelin à grands coups de tatanes.

Ce genre de prequel n’est généralement pas de très bon augure et peut apparaître comme une certaine incapacité de l’auteur à se renouveler. Mais enfin, bon, Lee Child se renouvelle-t-il vraiment depuis ses tous premiers romans, de toute façon ? Et est-ce là ce que son lecteur attend ? Voilà des questions qui méritent d’être posées. En gros, ce que l’on attend d’une aventure de Jack Reacher, ce sont ces dialogues surréalistes de série Z et les bagarres à la Jean-Claude Van Damme qui vont avec :

« – Donne-moi une seule raison de ne pas descendre du pick-up pour te botter le cul ?

– Deux-cent six plutôt, répondis-je.

– Quoi ?

– C’est le nombre d’os que tu as dans le corps ».

Alice au Pays des Merveilles et De l’autre côté du Miroir, Lewis Carroll

Ecrit par Odile Alleguede , le Samedi, 27 Juin 2015. , dans Iles britanniques, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Arts, Contes

Alice au Pays des Merveilles et De l’autre côté du Miroir, Lewis Carroll, illustrés par Pat Andrea, Diane de Selliers Editeur

 

L’éditrice au catalogue rempli de chefs-d’œuvre publie cette saison, dans un format pratique et un prix accessible, le double classique de Lewis Carroll : Alice au Pays des Merveilles et De l’autre côté du Miroir. Un trésor de poésie visuelle et de grâce contemporaine illustré avec malice par l’artiste Pat Andrea, qui nous fait (re)découvrir une Alice tout en couleurs fantastiques. Un livre pour les petits, les grands, à boire et à manger du regard !

 

Joyeux non-anniversaire, Alice !

En toute ironie, Alice au Pays des Merveilles, paru en 1865, souffle cette année ses 150 bougies ! Les éditions Diane de Selliers font le cadeau de cette ressortie, dans La petite collection, avec De l’autre côté du Miroir (1871). Dans cette nouvelle édition illustrée et annotée au texte français comme anglais, rien n’a changé, sinon le prix !