Identification

Critiques

S’abandonner à vivre, Sylvain Tesson

Ecrit par Gilles Brancati , le Jeudi, 23 Janvier 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Nouvelles, Gallimard

S’abandonner à vivre, janvier 2014, 221 pages, 17,90 € . Ecrivain(s): Sylvain Tesson Edition: Gallimard

 

Si on choisissait son livre à partir de la 4e de couverture et si on s’en tenait là, on hésiterait à choisir celui-ci. Que dit-elle cette 4e : « … soit on lutte … soit on s’abandonne à vivre … ils sont marins, amants, guerriers, artistes, pervers ou voyageurs… Et ils auraient mieux fait de rester au lit ». La presse poursuit dans ce sens qui dit : « Sylvain tesson invite au laisser-aller dans un recueil de nouvelles… de l’aventure, du voyage, des sentiments : la recette Tesson met en appétit pour la nouvelle année ».

Au vu de ces commentaires, il y aurait de quoi s’attendre à des récits de classe B, mais comme c’est du Sylvain Tesson il faut aller plus avant et ne pas croire des chroniqueurs qui n’ont fait qu’aménager la 4e de chez Gallimard.

Le chroniqueur ici s'est demandé comment présenter le livre sans parler de chacune des nouvelles, ce qui serait à coup sûr ennuyeux. C’est qu'il y a trouvé bien autre chose que de simples historiettes « sur des personnages qui auraient mieux fait de rester chez eux », et tant pis s'il a un peu intellectualisé les choses, ce recueil le mérite.

Plein hiver, Hélène Gaudy

Ecrit par Theo Ananissoh , le Mercredi, 22 Janvier 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Actes Sud

Plein hiver, janvier 2014, 200 pages, 20 € . Ecrivain(s): Hélène Gaudy Edition: Actes Sud

 

Oh ! certes ! il y a de vraies solitudes. Des vies qui laissent indifférents tous les autres humains. Des êtres dont personne ne s’aperçoit qu’ils ne sont plus là. D’ailleurs, dans le roman d’Hélène Gaudy, Plein hiver, il y a un cas de ce genre ; à peu près. Il s’appelle Prince Buchanan. Mais même ainsi à l’écart de tous, dans cette maison qu’il « avait construite lui-même, rondin par rondin, sans demander l’aide de personne », Prince Buchanan n’est pas complètement ignoré. Quelques-uns des adolescents de Lisbon lui rendent volontiers visite ; pour se distraire d’un quotidien morne, il est vrai. (Et lorsqu’un de ces jeunes, David Horn, disparaît, qu’on se retrouve sans le moindre commencement d’une explication, on suspecte aussitôt… Buchanan.)

Lisbon ? David Horn ? C’est vrai ; reprenons dans l’ordre – un certain ordre – des faits extrêmement et vertigineusement emmêlés dans le roman. Lisbon, David Horn, ce sont là les trois mots à retenir, des noms qui reviennent sans cesse tout le long du roman. Les tout premiers mots du roman sont les suivants : « David revenu à Lisbon ». Comme un télégramme, jadis. (L’époque où se situe le roman n’est pas explicitement indiquée, mais il est une fois question de mail et d’Al-Qaïda.) Lisbon donc, c’est le lieu. Un de ces lieux dont on se demande, en les traversant en voiture, ce qui peut expliquer que des êtres y demeurent.

Duel dans la vallée, Guillaume Guéraud et Thomas Baas

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 22 Janvier 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Jeunesse

Duel dans la vallée, janvier 2014, Sarbacane, 64 pages, 6,95 €. . Ecrivain(s): Guillaume Guéraud et Thomas Baas

 

 

Après avoir exploré la comédie sentimentale, les histoires de monstres et autres mutants, le monde des gangsters, la décoiffante collection « Série B » chez Sarbacane sous l’égide de Guillaume Guéraud, se consacre au genre du western auquel elle rend un hommage plein de références et d’irrévérences, ambiance Anthony Mann et spaghetti de choix.

Dans ce court et efficace récit illustré, on ne fait pas dans la dentelle de Calais mais dans le colt chatouilleur : on dégaine plus vite qu’on ne bat des cils, on répand, dans des « cabrioles » spectaculaires, des litres de sang vite évaporé sur le sol brûlant, on pend de vieux Apaches tout ridés mais pas manchots. Les méchants y sont vraiment méchants, les badauds curieux et sans pitié, le croque-mort dégingandé et pince-sans-rire, les Peaux-Rouges des boucs-émissaires tout trouvés.

Feu pour feu, Carole Zalberg

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Mardi, 21 Janvier 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Actes Sud

Feu pour feu. Actes Sud/un endroit où aller janvier 2014. 72 p. 11,50 € . Ecrivain(s): Carole Zalberg Edition: Actes Sud

Ce tout petit livre n’a guère besoin d’un mot de plus. Nous sommes là dans un exemple de l’économie littéraire : tout est dit – et comment – dans un souci de ciselure parfaite de la narration. Un petit bijou.

Mais dont les éclats font mal, aux yeux, au cœur, à l’esprit. Ce court roman est un choc dont l’onde se prolongera longtemps dans la mémoire du lecteur. Tragédie d’une vie arrachée – en apparence - à la mort mais qui restera frappée à jamais du sceau de la tragédie. Un père et sa fille. Il l’a sauvée au milieu des flammes de l’enfer de la guerre civile, tribale. Il l’a ramenée sur son dos, pour un interminable voyage, « comme un petit crabe se desséchant rivé à son rocher » vers la sécurité de la civilisation. De la Terre Noire au Continent Blanc. Plus qu’un voyage, une odyssée improbable, rendue possible par la force d’un père qui rêve pour sa fille d’un avenir meilleur.

La narration est à la première personne du singulier. Elle s’étire comme une longue phrase intérieure, adressée à la fille – pour elle ? Pour soi ? – pour exorciser en tout cas  la part d’ombre que porte le père. Ce « je » expulse l’horreur d’autrefois mais aussi (surtout) celle d’aujourd’hui car le Feu de l’enfer d’hier devient le Feu d’un autre enfer, celui d’aujourd’hui. Comme dans une boucle fatale, la marque de la douleur ne peut – et c’est le cœur du roman de Carole Zalberg – que produire de nouveau la douleur, encore et encore, dans un cycle frappé du sceau du fatum, de la tragédie.

Corps à l’écart, Elisabetta Bucciarelli

Ecrit par Cathy Garcia , le Mardi, 21 Janvier 2014. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Italie, Asphalte éditions

Corps à l’écart, janvier 2014, traduit de l’italien par Sarah Guilmault, 224 p. 21 € . Ecrivain(s): Elisabetta Bucciarelli Edition: Asphalte éditions

 

Corps à l’écart, corps au rebut, comme la plupart des personnages principaux de ce roman de la désillusion, qui se déroule principalement dans une immense décharge, accolée à une usine d’incinération dans une ville sans nom du nord de l’Italie. Qu’ils soient des adolescents en rupture, comme Iac et Lira Funesta, ou des adultes accidentés de la vie, comme Saddam le Turc, le géant Argos du Zimbabwe, ou le Vieux, alcoolique au dernier stade de la clochardisation, tous ont en commun de vivre dans ce qu’ils appellent la « zone de vie », située dans une partie de ce no man’s land sordide, qui accueille chaque jour, dans les allers-retours incessants de camions et de pelleteuses, tous les déchets de la ville. La décharge elle-même est un personnage à part entière du roman, avec tout son cycle organique d’absorption, déglutition, transformation de tout ce que la société ne veut pas, ou plus, voir. Déchets pour les uns, source de richesse pour les autres, qui savent comment recycler l’inutilisable, redonner une deuxième, voire une troisième vie au grand tout jetable. La décharge ainsi recèle souvent au sein de la crasse bien des trésors et comme tout microcosme, elle a ses habitudes, ses rythmes, ses règles et ses mythes. Ainsi la Chose qui règne dans ce lieu où l’on évite d’aller : la Putride. Sorte de marécage fangeux pestilentiel qui avale tout ce qui passe à sa portée et régurgite parfois d’étranges choses.