Identification

Roman

Où vivre, Carole Zalberg (par Emmanuelle Caminade)

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mardi, 23 Octobre 2018. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Grasset

Où vivre, octobre 2018, 144 pages, 16 € . Ecrivain(s): Carole Zalberg Edition: Grasset

 

Carole Zalberg est issue d’une famille juive polonaise exilée en France à la veille de la guerre de 1940, sa mère ayant été une enfant cachée (épisode qu’elle relate à hauteur d’enfant dans son roman Chez eux), tout comme sa tante qui, en 1948, fit le choix de s’installer en Israël, participant dans de dures conditions à la fondation du kibboutz Kfar Hanassi en Galilée.

Son dernier roman Où vivre, dont le projet lui avait valu en 2015 une bourse Stendhal lui permettant de revenir pour un mois d’enquêtes et de retrouvailles dans ce pays qu’elle n’avait pas visité depuis des vacances datant de plus de trente ans, s’inspire de la vie de cette famille que l’exil rassemble et éloigne – tout comme A défaut d’Amérique – et principalement de celle ses trois cousins germains nés en Israël. Un roman dont on avait pu approcher la genèse dans son journal de voyage publié sous le titre A la trace où elle éclairait déjà ces cicatrices dans lesquelles l’histoire s’incarne comme l’ambiguïté du rapport de chacun à cette terre magnifique et compliquée. Et qui approfondit encore ce thème de la résilience irriguant toute son œuvre.

Orance, Ahmed Slama (par Germain Tramier)

Ecrit par Germain Tramier , le Mardi, 23 Octobre 2018. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Orance, éditions Incipit en W, septembre 2018, 100 pages, 15 € . Ecrivain(s): Ahmed Slama


Il croyait avoir isolé son problème, deux syllabes et quatre lettres, Oran ; cloche de verre des passions tristes.

Après Remembrance, récit d’enfance en hyperliens, Ahmed Slama revient avec Orance, son premier roman : biographie imaginaire, celle d’une enfance oranaise, d’une adolescence et d’une jeunesse, tentant de se soustraire à cette ville-cadavre qui l’entrave.

Orance, que l’on pourrait qualifier d’autobiographie fictive  à la troisième personne, nous plonge dès la première errance du personnage au cœur d’une ville étrangère, cet Oran où il s’ennuie, fantasme sur des relations interdites, comme sur cet ailleurs, la France tout aussi lointaine.

Un hiver en Galilée et Sud, Didier Ben Loulou (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché , le Vendredi, 19 Octobre 2018. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Arts

. Ecrivain(s): Didier Ben Loulou

 

Un hiver en Galilée, Didier Ben Loulou, Arnaud Bizalion Editeur, juillet 2018, 96 pages, 22,50 €

Sud, Didier Ben Loulou, La Table Ronde, mai 2018, 96 pages, 24 €

 

« Je passe devant une maison de prières où des chants s’élèvent, voix et louanges immuables qui disent ce qui ne peut être oublié. C’est quoi cette vie qui se concentre au cœur d’un paysage, entre les branches d’un amandier qui bientôt se remplira de boutons rose et blanc et cette sorte de curiosité comme le prolongement d’un savoir que je commence à explorer ? ».

Un hiver en Galilée est une promenade photographique, un roman photographié, comme nous dirions un roman dessiné, depuis la Galilée, et l’hiver à Safed. Le photographe met sa vie sur pause, il retarde le déclencheur, le temps de fixer l’objectif, de faire un pas de côté dans sa vie, de romancer cette nature inouïe qu’il découvre, ces traces de vie et de recueillement. Il croise un arbre ou un religieux curieux.

La coupe de bois, Carlo Cassola (par Léon-Marc Levy)

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 18 Octobre 2018. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, En Vitrine, Italie

La coupe de bois (Il Taglio del Bosco, 1949), traduit de l’italien par Philippe Jaccottet, Ed Sillage 2017, 119 p. 9,50 € . Ecrivain(s): Carlo Cassola

 

Comment ce miracle ? Comment ce petit livre, pas un roman, à peine une novella, peut-il condenser en une centaine de pages toute la magie de la littérature ? L’ampleur du style, son immense simplicité, des personnages taillés au burin, une histoire élémentaire, et la détresse des hommes, tout est là pour faire de ce petit roman un monument de littérature. Il semble que les écrivains italiens aient eu au XXème siècle un tropisme pour ce genre de la novella ancrée dans les profondeurs du pays, ses villages et ses montagnes. On pense à Leonardo Sciascia (La tante d’Amérique), surtout à Silvio d’Arzo (La maison des autres).

Guglielmo est bûcheron. Il vient d’acheter une coupe dans les bois perdus dans les Abbruzes. Il s’y rend après avoir embauché quatre hommes, plus ou moins ses amis, pour une période de six mois – automne et hiver – à couper des pins pour en faire du charbon qu’il vendra. Il est content car l’affaire est bonne. Et ce sont ces six mois, où il ne se passe rien d’autre que la coupe et les soirées dans la cabane construite dans le bois, que ce livre raconte. Rien d’autre. Mais qui a besoin d’autre chose ? L’écriture de Cassola fait le reste, c’est-à-dire l’essentiel.

Quintet, Frédéric Ohlen (par Cathy Garcia)

Ecrit par Cathy Garcia , le Jeudi, 18 Octobre 2018. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard

Quintet, mars 2014, 354 pages, 21,50 € . Ecrivain(s): Frédéric Ohlen Edition: Gallimard

 

Quintet, comme son nom l’indique, est un roman composé de cinq voix différentes que le destin emporte dans son tourbillon pour former une œuvre riche et entêtante. Ce Quintet prend place au XIXesiècle, à la naissance de la Nouvelle-Calédonie. Les Français étaient là depuis quelques années  et « le pays comptait moins de quatre cents civilsla plupart cantonnés dans la capitale, si on pouvait appeler ainsi une ville aux rues non pavées, sans port aménagé, sans eau potable. Une cité puante, montueuse et marécageuse en diable (…) ». Quatre cents civils si l’on ne comptait bien sûr la population autochtone répartie en une multitude de tribus. Et qui dit naissance dans le cas d’une terre déjà habitée, oublie souvent de dire que c’est le début de la fin pour la culture et la liberté de ceux qui étaient déjà là bien avant, fût-ce depuis des millénaires.

Quatre cents « Men-oui-oui » donc, comme les appelaient les Kanak, « au verbe haut et à la peau rouge, qui sillonnent le pays à grand pas, creusent des trous sans rien y mettre, lavent l’eau des rivières sans la boire ».

« Quand les White Men sont contents, à l’occasion d’un anniversaire ou pour marquer un grand événement, ils tirent dans le vide. Pour le plaisir. Celui d’exhaler tant de puanteur que le ciel recule ».