Identification

Récits

La vie avec Lacan, Catherine Millot

Ecrit par Philippe Chauché , le Samedi, 23 Avril 2016. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard

La vie avec Lacan, février 2016, 112 pages, 13,50 € . Ecrivain(s): Catherine Millot Edition: Gallimard

« On était au mois d’août, mais la chaleur était légère et la ville désertée des voitures était d’un calme divin. Lacan y semblait comme chez lui, il en connaissait tous les musées, toutes les églises, toutes les fontaines… La beauté des lieux m’enchantait, j’aimais le bruit des fontaines et celui des pas dans les rues désertes la nuit. J’étais tombée amoureuse de Rome et cet amour dura longtemps ».

Ce petit livre est une phantasia, une apparition, celle du psychanalyste dans la vie de celle qui à son tour va le devenir. Une fantaisie, la vie légère comme la chaleur de Rome en cet été 72, la liberté libre qui se livre en Italie, à Rome, à la Villa Médicis, sur la piazza Navona, dans la basilique Saint-Clément-du-Latran, à Venise devant les Carpaccio de l’église San Giorgio degli Schiavoni, à Paris, à Barcelone, pas à pas, la mémoire de l’écrivain dessine cette carte amoureuse et aventureuse d’un été qui n’allait jamais finir. Ce petit livre nous livre – livre à lire et à vivre – à chaque page la fantaisie d’une époque – on sourit en pensant que certains fâcheux y voient là les prémices de ce qu’ils nomment le désastre actuel –, qui allait si bien à celle du psychanalyste. Lacan sur scène, ses séminaires et conférences, qui parlait aux mursLa théâtralisation faisait partie de l’art oratoire de Lacan. La colère mimée, la rage ostentatoire en étaient les traits récurrents –, Lacan silencieux, à la concentration exceptionnelle, Lacan le bélier que rien n’arrête, et Lacan immobile. Lacan des villes et Lacan des chants.

Encore un tour autour de la vie, Chroniques napolitaines III, Jean-Noël Schifano

Ecrit par Philippe Leuckx , le Mardi, 19 Avril 2016. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard

Encore un tour autour de la vie, Chroniques napolitaines III, avril 2016, 192 pages, 20 € . Ecrivain(s): Jean-Noël Schifano Edition: Gallimard

 

L’auteur français (né en 1947, d’un père sicilien et d’une mère lyonnaise), devenu citoyen de la ville de Naples, dont il est l’un des meilleurs connaisseurs, où il a vécu, écrit, traduit, senti toute cette matière de ville, en restitue, une fois de plus, ici, dans ce quatorzième livre depuis 1981, la magie, le bouillonnement, le baroque, la violence comme la sensualité la plus gourmande. Du premier essai sur Naples (Seuil) en passant par des romans, des recueils de lectures et d’entretiens (Désir d’Italie, Folio essais n°61, 1996) et un volumineux et fécond Dictionnaire amoureux de Naples (Plon, 2007, Schifano ne peut décemment sortir de cette inspirante ville. L’obsédante compagne nourrit encore et encore.

Comme dans le premier Chroniques napolitaines (Gallimard, 1984), l’italianiste réputé part d’archives pour conter, à sa manière, riche, bouillonnante, haute en images fortes, colorées, une Naples qui ne soit pas seulement celle que l’histoire, la Grande, les rumeurs, les clichés moulent dans une topographie imaginaire assez réductrice, mais une ville qui bout de vie, d’érotisme, d’imagination, de délire, très loin des images toutes faites.

Me reconnais-tu ?, Andrea Bajani

Ecrit par Malgorzata Kobialka , le Mercredi, 06 Avril 2016. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie, Gallimard, Italie

Me reconnais-tu ?, traduit de l'italien par Vincent Raynaud, 144 pages . Ecrivain(s): Andrea Bajani Edition: Gallimard

 

Andrea Bajani, Me reconnais-tu ? Antonio Tabucchi : tisser la trace de l’autre dans le voile du récit.

Le récit d’Andrea Bajani Me reconnais-tu ? est une sorte de tombeau poétique où à l’encre de l’écrit, l’auteur essaie d’ancrer la trace du souffle de l’ami qui s’échappe. Mais c’est aussi une lettre dont le destinataire est un « tu » à qui elle s’adresse, « tu », « toi », Antonio Tabucchi, l’ami écrivain dont la voix s’est tue à jamais. Bajani reprend la plume de la main du mourant et continue son récit. On peut y entendre un écho du Requiem où le père demande au fils de lui raconter comment il est mort. Andrea répond lui aussi à cette question : alors raconte-moi comment je suis mort ? Et tout en lui racontant comment il est mort, il arrache les bribes de la voix de l’autre à la nuit et à l’oubli. Son écriture est une protestation d’amour qui résiste. Si le mot grec « alètheia » désigne la « vérité » au sens du dévoilement, avec le « -a » privatif de « léthé », Bajani ne le laisse pas se recouvrir d’un voile de l’oubli ni tomber dans le fleuve du Léthé mais, au contraire, lui tisse un suaire du récit, le tissu de la lettre où il couche la voix de l’autre, la trace du disparu. Cette lettre devient un pont jeté entre la vie et la mort, entre ici et là-bas, avec au-dessous la béance du trépas.

6 minutes 23 séparent l’enfer du paradis, François Suchel

Ecrit par Lionel Bedin , le Mercredi, 06 Avril 2016. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Voyages

6 minutes 23 séparent l’enfer du paradis, éd. Paulsen, janvier 2016, 224 pages, 19,90 € . Ecrivain(s): François Suchel

 

 

« Dans une époque en quête d’exotisme, l’avion est une lance jetée vers les palmiers ». Prendre l’avion est aujourd’hui un acte banal pour la plupart d’entre nous. Et nous savons tous que c’est le moyen de transport le plus fiable, même si de temps en temps quelques accidents dramatiques viennent doucher notre confiance. François Suchel, commandant de bord à Air France, dit que c’est pour « dédramatiser » qu’il a écrit ce livre, pour donner à comprendre le quotidien d’un pilote, y compris quand un grain de sable transforme un vol en aventure. Pas sûr que cette lecture apporte une guérison à ceux qui en auraient besoin. D’ailleurs ça n’est pas le propos principal. Il ne s’agit pas seulement de récits techniques, même si parfois le lecteur ne comprendra peut-être plus si l’avion a la tête en bas ou non ; l’auteur n’est pas seulement pilote, mais aussi photographe et écrivain. Et dans son cockpit, poète.

Un Prince, Emmanuel Godo

Ecrit par Alain Marc , le Samedi, 02 Avril 2016. , dans Récits, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Un prince, récit, préface de Jean-Pierre Lemaire, coll. « Littérature ouverte », éd. Desclée de Brouwer, septembre 2012. . Ecrivain(s): Emmanuel Godo

 

Un prince utilise le ton de la conversation, intérieure, de ce babil qui, si on ne l’interrompt, ne s’arrête jamais. Ton de la sérénité, parfois ponctuée d’une certaine tracasserie douce qu’amènent à tous les turpitudes du quotidien. Ponctué de la simple virgule le léger arrêt que cause la reprise immédiate d’une autre phrase, qui à son tour s’étale sur plusieurs pages on ne sait combien d’ailleurs. Ce ton est bien celui de la conversation – si chère à l’auteur –, intérieure. Le ressassement serein, même si parfois ce dernier l’est un peu moins… C’est une plongée dans la vie profonde, qui n’est pas forcément lourde, la vie profonde de son intérieur, si tant est que l’on puisse l’atteindre.