Identification

La Une Livres

Petite Poucette, Michel Serres

Ecrit par Didier Bazy , le Lundi, 11 Février 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Essais, Le Pommier éditions

Petite Poucette, 2012, 84 pages, 9,50 € . Ecrivain(s): Michel Serres Edition: Le Pommier éditions

 

La véritable autorité est celle qui grandit l’autre.

Le mot « auteur » dérive de cette autorité-là.

Et si mon livre est bon, il vous augmente.

Un bon auteur augmente son lecteur.

Michel Serres

 

D’une couverture et d’un clin d’œil à Michel Ange.

Au plafond de la Sixtine, on suppose Dieu situé un peu plus haut qu’Adam.

Déjà, le doigt joue son rôle.

Pour seul cortège, Laurent Gaudé (2ème recension)

Ecrit par Victoire NGuyen , le Lundi, 11 Février 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, Actes Sud

Pour seul cortège, août 2012, 186 p. 18 € . Ecrivain(s): Laurent Gaudé Edition: Actes Sud

A qui appartiens-tu Alexandre ?

 

Il existe chez Laurent Gaudé une volonté d’extirper ses personnages du temps et de l’Histoire. Le lecteur le remarque déjà avec son remarquable roman La mort du roi Tsongor. Dans Pour seul cortège, il ne dévie pas de cette envie. Mieux encore, l’auteur réussit son pari en empruntant à l’Histoire l’un de ses plus grands conquérants, Alexandre, pour faire de lui un héros, un mythe au même titre qu’Achille ou Hector.

Le roman prend ses sources dans l’Histoire mais pour mieux se démarquer d’elle. C’est pourquoi la subtilité de Laurent Gaudé est d’écrire son récit au moment où Alexandre s’effondre, victime d’un empoisonnement. L’auteur choisit cette thèse (bien qu’elle soit contestée de nos jours) pour accélérer la chute de l’empire qui semble, si on se réfère au temps du récit, se faire en quelques jours. L’agonie d’Alexandre se fait en trois jours, s’ensuit ensuite le meurtre d’une de ses épouses. Cette mort ouvre une nouvelle ère : celui du soupçon et des massacres. Les rivalités entre les généraux et les règlements de comptes constituent l’arrière-fond du roman.

Freak City, Kathrin Schrocke

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Lundi, 11 Février 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Langue allemande, Jeunesse, La Joie de lire

Freak City, traduit de l’allemand Génia Catala, janvier 2013, 273 p. 16,50 € . Ecrivain(s): Kathrin Schrocke Edition: La Joie de lire

 

Le Freak City est un café où Mika, un adolescent de quinze ans, entre par hasard, en suivant son ex-petite amie. Il y découvre Léa une belle jeune fille jouant au billard. Léa a des yeux verts où l’on aimerait se perdre, des boucles brunes. Léa est très douée en cours, elle aime les films étrangers, les connaissances pointues et inutiles, ses amis. Elle vit pourtant dans un univers parallèle car elle est sourde. Souffrant du regard compatissant ou haineux des autres, perçue comme une retardée ou comme une enfant à problèmes. Elle fait déborder éviers et baignoire car elle n’entend pas le bruit de l’eau, elle évite de justesse les roues d’un camion car elle n’est pas prévenue de son arrivée.

« Alors une chose étrange se passa. La femme éleva les mains et fit rapidement une suite de gestes. Si vite que je n’eus pas le temps de comprendre ce qui se passait. Ses doigts volaient dans l’air. A un moment elle me désigna, puis elle tourna à nouveau son visage vers Léa.

Fasciné, j’observais les deux femmes.

C’était au tour de Léa. Ses mains accomplirent la même danse étrange que sa partenaire de dialogue me regardant dédaigneusement du coin de l’œil, elle fit une grimace ».

Les riches heures, Claire Gallen

Ecrit par Catherine Dutigny/Elsa , le Samedi, 09 Février 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, La Brune (Le Rouergue)

Les riches heures, janvier 2013, 192 p. 18 € . Ecrivain(s): Claire Gallen Edition: La Brune (Le Rouergue)

 

Un jeune couple qui a connu et profité des riches heures de la spéculation immobilière, des placements juteux à défaut d’être parfaitement légaux, se retrouve, crise financière oblige, ruiné, menacé par la justice, contraint d’abandonner un train de vie dispendieux pour affronter des fins de mois précaires et de claquer leurs dernières économies dans des vacances au Lavandou.

Leur union peut-elle résister, quand les sentiments qu’ils éprouvent l’un pour l’autre reposent, et ce, dès l’origine, sur des valeurs artificielles et des faux-semblants, quand leurs origines sociales, leurs goûts et centres d’intérêt profonds ont toujours été discordants, mais en apparence soudés par la fascination de l’argent facile ?

Passer de la frime à la réalité, du mensonge à la sincérité, peut coûter cher sur tous les plans. L’orgueil, l’image de soi – ils vont en faire la cruelle expérience – n’en sortent pas indemnes.

« Vider l’appartement n’a pas suffi. Il a fallu demander un geste aux parents d’Anna. J’en vomissais, mais c’était ça ou les huissiers […] ils nous ont remis une enveloppe pleine de billets […] Ils rachetaient leur fille. J’en crevais de honte ».

Les huit chiens des Satomi, Yamada Fûtarô

Ecrit par Victoire NGuyen , le Vendredi, 08 Février 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, Japon, Philippe Picquier

Les huit chiens des Satomi, trad. du japonais Jacques Lalloz, 2013, 750 p. 24,50 € . Ecrivain(s): Yamada Fûtarô Edition: Philippe Picquier

 

 

Voici venu le temps des aventures

 

La lecture de ce roman peut se révéler captivante pour les amoureux de romans de cape et d’épée à la façon japonaise. En effet, l’auteur met le lecteur face aux guerriers chiens qui partent à l’aventure en quête de renom. Jetés sur les routes, issus d’une naissance fabuleuse, ces héros ont une destinée hors du commun des mortels. Nés d’une princesse et de son époux chien, ils sont dotés d’une force colossale. Ils manient à la perfection le sabre et obéissent sans faillir aux codes chevaleresques qui mettent l’honneur, la bravoure et la compassion au-dessus de toutes autres valeurs. Nos guerriers souffrent mais le ne montrent jamais.