Identification

La Une Livres

Les nouveaux contes de la cité perdue, Richard Bohringer

Ecrit par Didier Bazy , le Mercredi, 20 Juillet 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Nouvelles

Les nouveaux contes de la cité perdue, 2011, 175 p, 15 €. . Ecrivain(s): Richard Bohringer Edition: Flammarion

Les schizoanalystes auront ici des grains à moudre. Mais pour quelle farine ? Et pour quel pain ?

Tout le monde ou presque aime bien Richard Bohringer. Il est humain, très humain, hyper humain. Il parle comme tout le monde, il se met en colère comme tout le monde et c’est pour ça qu’on l’aime bien, Richard Bohringer.  D’écrans en librairies, d’occident en accidents, le monde des animateurs criticopolitiques sourit à sa bonne gueule, sacrée gueule. RB sort du 7ème art et livre son 7ème livre.

Les résumés du livre sont partout, alors…

Mais voilà, sur le fond :
 rien de nouveau sous le soleil ! Le malheur, encore le malheur, on veut bien, oui, mais quelques épices d’humour, une pincée de distance, une once d’ironie même, une fraction homéopathique d’aromates sauvages ou autres herbes eussent agrémenté une lecture haptique ou l’eussent rendue moins contrainte voire obligée.

Mais voilà, sur la forme : « Moi j’ai pas de syntaxe : mon style c’est la syncope… » entendons-nous à l’envi sur nombre de tuyaux archi communicants. Et préfère l’impair de la sainte taxe de la sainte coupe – pourquoi pas ? – car RB nous y invite, façon post Ferré, mais vraiment post post. Et puis ça continue.

Le mécanicien des roses, Hamid Ziarati

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mardi, 19 Juillet 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Bassin méditerranéen, Roman, Editions, Thierry Magnier

Le Mécanicien des roses, traduit de l’italien par Marguerite Pozzoli, 2011, 366 p. 22 €. . Ecrivain(s): Hamid Ziarati Edition: Thierry Magnier


Une fois n’est pas coutume, taisons-nous et ouvrons le livre à la première page. Savourons.

« Le village était éclairé par une lune bossue de printemps, affaissée sur un nuage solitaire.

Les tziganes, appuyés à la charrette, jouaient de leurs instruments. Un chant résonnait, tantôt triste pour célébrer un amour douloureux, tantôt joyeux pour fêter un amour éclos et réciproque.

Zoleikha virevoltait autour des feux de joie, insouciante à la présence des fidèles, telle une phalène amoureuse de sa mortelle bougie ».

Dès les premiers mots, ce roman agit tel un envoûtement, offrant l’une après l’autre ses circonvolutions poétiques. Sa force est d’employer les ressorts du conte, gracieux mais emplis de force et de sagacité, pour dire les réalités d’un pays blessé. D’une époque à l’autre, on y a sabré les droits des hommes et nié les femmes, bafoué la beauté et gâché la douceur de vivre. Hamid Ziarati expose, avec justesse et pudeur, le destin de cinq personnages, liés, tels les surgeons des roses à la racine mère, dans une fresque où l’Iran se dérobe et se démasque à chaque page.

Allmen et les libellules, Martin Suter

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Dimanche, 17 Juillet 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Polars, Langue allemande, Christian Bourgois

Allmen et les libellules, traduit de l’allemand par Olivier Mannoni, 2011, 166 p. 17 €. . Ecrivain(s): Martin Suter Edition: Christian Bourgois

Un gentleman collectionneur désargenté, un majordome guatémaltèque mystérieux, une héritière déjantée et sexy, des coupes art déco très précieuses, de l’élégance, de la séduction, des rebondissements cocasses, quelques méchants très méchants, un soupçon de roman noir, voilà les ingrédients du dernier Martin Suter, premier d’une série policière consacrée au personnage éponyme, Johann Friedrich von Allmen ; tout un programme.

Les ficelles ne sont pas nouvelles, mais elles fonctionnent. Les talents d’enquêteur d’Allmen ne valent pas ceux d’un Sherlock Holmes, ni même ceux d’un Rouletabille ; ses compétences en matière de cambriolage feraient probablement sourire Arsène Lupin. Pourtant, Allmen et son acolyte Carlos emportent l’adhésion du lecteur. Car ce personnage de dilettante qui aime « sécher la vie », il faut le reconnaître, nous est immédiatement sympathique. Il occupe sa riche demeure qui ne lui appartient plus, fréquente des endroits surannés et se plonge avec délectation dans ses livres, en « toxicomane de la lecture » pour « échapper à la réalité ». En guise de subsides, il revend les œuvres d’art qu’il avait autrefois dérobées. Jusqu’au jour où un dernier larcin entraîne une série de  désagréments des plus malencontreux l’obligeant à mener sa propre investigation.

La seconde mort de Tinubu, Michael Stanley

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Samedi, 16 Juillet 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Polars, USA, Jean-Claude Lattès

la seconde mort de Tinubu. Roman. Traduit de l’anglais (USA) par Nicolas Thiberville. 548 p. 22 € . Ecrivain(s): Michael Stanley Edition: Jean-Claude Lattès


Si Agatha Christie servait le thé – et biscuits, nuage de lait – sous une tente en plein « Bush » (on peut dire brousse en français mais ce n’est pas tout à fait adéquat), régions limitrophes de l’Afrique du sud, le Botswana, le Zimbabwe on aurait quelque chose du cadre de ce « thriller » sud-africain. Un village de tentes, des touristes passionnés de paysages exotiques et d’ornithologie. Un meurtre nocturne. Et l’enquête commence.

« Hercule Poirot » s’appelle Kubu (Hippopotame en tswana). Vous imaginez l’allure qui va avec le surnom et vous découvrirez l’appétit insatiable (surtout en sucreries) de notre limier. Le mort s’appelle Goodluck, tout un programme. Et tout le roman se construit et s’étire sur ce ton, mélange de sourire et d’action policière. Avec tous les ingrédients d’un authentique polar : réseaux criminels, trafic de drogue, morts violents et surprises de l’enquête.

Les personnages sont hauts en couleurs, les situations, même au plus sombre de l’histoire, toujours piquetées d’humour, voire franchement hilarantes. Le cuisinier du campement, Moremi, et son inénarrable perroquet ajoutent – c’est bien le cas – du sel à ce petit monde.

Une enquête philosophique, Philip Kerr

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Dimanche, 10 Juillet 2011. , dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Polars, Iles britanniques, Le Masque (Lattès)

Une enquête philosophique. Trad. De l’anglais par Claude Demanuelli. 390 p. 22 € . Ecrivain(s): Philip Kerr Edition: Le Masque (Lattès)

Toute traque policière d’un serial killer a forcément quelque chose d’un dédale pour l’esprit : indices volontaires ou accidentels au long de la piste, déductions psychologiques, profilage, anticipation… Il faut avouer néanmoins que la traque de « Ludwig Wittgenstein », assassin de « Descartes », « Hegel » et quelques autres dans le cadre d’un programme d’ « encadrement » de tueurs en série dénommé « Cesare Lombroso », ça n’arrive pas tous les jours dans la carrière d’un flic. Même si ce flic est une grande flic, « Jake » Jacowicz, séduisante quadra et limier hors pair.

Philip Kerr, l’auteur de « La Trilogie Berlinoise », lue par des millions de lecteurs dans le monde entier, nous emmène cette fois sur un surprenant toboggan logique ou les énoncés du « tractatus logico-philosophicus » du vrai Wittgenstein orchestrent en permanence le rythme du roman. Jeu d’échanges et de défis entre un tueur particulièrement érudit et malin et une enquêtrice tenace, audacieuse et intelligente. Le duel est fascinant, de bout en bout, établissant, comme c’est souvent le cas dans ces chasses au serial, une relation étrange de haine/fascination entre le « gibier » (qui est-ce ?) et le « chasseur » (même question). Une sorte de respect mutuel qui s’instaure dans la violence des échanges, l’obstination à vaincre, comme dans une sorte de partie d’échecs entre deux grands maîtres.