Identification

Jeunesse

Les Aventures de Dolorès Wilson : Turbulences à bord et L’abominable Ours bipolaire, Mathis et Aurore Petit

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mardi, 21 Octobre 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Les Fourmis Rouges

Les Aventures de Dolorès Wilson : Turbulences à bord et L’abominable Ours bipolaire, août 2014, 32 p. et 7,90 € chacun . Ecrivain(s): Mathis et Aurore Petit Edition: Les Fourmis Rouges

 

En février dernier, nous découvrions Les Aventures de Dolorès Wilson, une série de mini-romans destinée aux jeunes lecteurs. Dolorès, « intérimaire de 1ère classe », « intérimaire de l’impossible », reprend aujourd’hui du service pour deux aventures aussi loufoques que les précédentes ; aventures qui l’entraînent dans des contrées lointaines, toujours secondée par son chien, Doug, amateur de Petits Durs et meilleur ami de l’intrépide jeune fille aux binocles rouges. Sous une apparence banale, Dolorès dissimule un super pouvoir qui lui permet de se transformer en une « magnifique guerrière », capable de tous les exploits.

Dans Turbulences à bord, Dolorès devenue hôtesse de l’air d’un jour, accompagne rien moins que La Présidente et sa famille dans leur voyage vers « une île top secrète ». Une mission au premier abord simple et idyllique. Dolorès et Doug se voient déjà bronzant sur la plage. Mais le rejeton présidentiel est une peste qui s’en prend à Doug, déclenchant une série de catastrophes mettant en jeu un garde du corps robotisé, une muselière, le jeu du petit baigneur et du requin.

D’Images et de bulles (11) - Mots rumeurs, mots cutter, Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 15 Octobre 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gulf Stream Editeur

Mots rumeurs, mots cutter, septembre 2014, 72 pages, 15 € . Ecrivain(s): Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini Edition: Gulf Stream Editeur

 

Après Rouge Tagada, le premier opus de cette série de BD faisant un focus sur chaque ado d’une photo de classe imaginaire, Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini se consacrent à Léa, une jeune fille aux prises avec les effets pervers d’une rumeur et à une manipulation de son image, phénomène de plus en plus fréquent à notre époque où la technologie est devenue banale et omniprésente et où la média-mania amène bien trop souvent la sphère privée en place publique.

Léa n’a jamais fait trop de vagues au collège, elle connaît les codes et les règles qui permettent d’être dans les bonnes grâces des plus en vue, comme le fait de supporter à longueur de journées des gens plutôt inintéressants ou suiveurs. Cette machinerie bien huilée va se gripper le jour où elle rencontre Mattéo, un garçon qui la trouve à son goût et avec lequel elle s’entend bien, partageant de plus en plus de moments ensemble. Malheureusement pour Léa, Solveig a des vues sur ce garçon et elle prépare une vengeance dans l’ombre.

Force noire, Guillaume Prévost

Ecrit par Pauline Fouillet , le Samedi, 11 Octobre 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Gallimard Jeunesse

Force noire, août 2014, 295 pages, 12,50 € . Ecrivain(s): Guillaume Prévost Edition: Gallimard Jeunesse

 

Il n’est pas toujours aisé d’attirer les adolescents dans la lecture, surtout quand les thématiques sont aussi fortes que celle de la Première Guerre Mondiale et de la colonisation. Guillaume Prévost a essayé et il a bien fait !

Loin des documentaires impersonnels à la limite du glacial, son roman fait preuve de beaucoup d’humanité et d’émotion, grâce notamment à l’histoire intime d’un combattant en particulier et à des jets furtifs de surnaturel issu des contrées africaines.

Alma, jeune adolescente membre d’une famille recomposée, rencontre par hasard Bakary Sakoro, ancien soldat de la guerre 14-18, africain d’origine.

A travers quelques jours de rencontre, ce dernier va lui livrer son histoire émouvante de jeune africain de l’ouest, engagé aux côtés des français colonisateurs, afin de retrouver son frère aîné, soldat également, disparu sans donner de nouvelles.

Cet été-là, Jillian Tamaki et Mariko Tamaki

Ecrit par Cathy Garcia , le Lundi, 06 Octobre 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Canada anglophone

Cet été-là, Ed. Rue de Sèvres, roman graphique jeunesse, lettrage de Jean-Luc Ruault et traduction de l’anglais (Canada) par Fanny Soubiran, mai 2014, 319 p. 20 € . Ecrivain(s): Jillian Tamaki et Mariko Tamaki

 

Cet été-là est un roman graphique pour jeunes adultes, un « YA graphic novel », qui frappe avant tout par la qualité expressive de ses dessins en n&b. Déclinés en vignettes, en pleine page, voire double page, favorisant ainsi des échappées très poétiques, ils en racontent autant, sinon plus, que les textes. Cette alternance bien étudiée donne vraiment du rythme à l’ensemble, dont l’ambiance sonore est également fortement soulignée à la façon des mangas.

Cet été-là, comme tous les autres étés, Rose part avec ses parents pour leur maison au bord du lac à Awago Beach. Là, comme chaque été depuis qu’elle a 5 ans, elle retrouvera l’exubérante Windy, sa voisine et amie de vacances et tous les souvenirs et rituels de l’enfance. Sauf que cet été-là, Rose, surnommée Rosie, a 13 ans et quelque chose a changé, quelque chose d’infime qu’elle ne comprend pas bien, comme une fêlure qui peu à peu va s’agrandir, pas autour d’elle, enfin pas vraiment, mais plutôt en elle.

Terre-Dragon, Tome 1 : Le souffle des pierres, Erik L’Homme

Ecrit par Cathy Garcia , le Vendredi, 03 Octobre 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard Jeunesse

Terre-Dragon, Tome 1 : Le souffle des pierres, août 2014, 256 pages, 10,90 € . Ecrivain(s): Erik L’Homme Edition: Gallimard Jeunesse

 

Voilà qui inaugure bien cette nouvelle trilogie d’Erik L’Homme. Ce premier tome, palpitant d’aventures, donne envie de connaître sans tarder la suite de cette histoire, qui semble dotée d’une vraie originalité, dans la veine pourtant bien exploitée déjà de l’héroic fantasy.

Tout se déroule ici en Terre-Dragon. Une contrée fantastique entourée de montagnes et traversée par un étrange fleuve métallique, sur lequel ne peuvent naviguer que des bateaux de pierre, et cela uniquement dans le sens du courant. Cette contrée et ce fleuve sont honorés par le long poème épique d’un scalde, sorte de barde de temps plus anciens encore, nommé Rosk-le-Borgne. Un poème connu de tous et qui entrera régulièrement en résonance avec le fil de l’histoire. Dans une atmosphère plutôt sombre de paganisme magique, où plusieurs clans se côtoient sous la tutelle d’un énigmatique Roi-Dragon que personne n’a jamais vu, nous ferons la connaissance d’un jeune garçon revêtu d’une peau d’ours, au moment où celui-ci s’évade d’une cage, dans laquelle les Naatfarirs, qui avaient également tué ses parents, le gardaient inexplicablement prisonnier depuis des années.