Identification

Jeunesse

Quand je serai un animal, Aurélia Alcaïs

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Samedi, 14 Juin 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Seuil Jeunesse

Quand je serai un animal, mai 2014, 32 pages, 15 € . Ecrivain(s): Aurélia Alcaïs Edition: Seuil Jeunesse

 

Métamorphoses et songes sont au cœur de ce bel album accessible aux plus petits : on y parle de l’envie de se transformer et de gagner en force, en puissance…, d’être autre que soi, d’accéder au monde secret des adultes, de grandir aussi. Dans cet inventaire onirique qui donne envie d’être poursuivi soi-même, un enfant, garçon ou fille, apparaît – en partie – sous les traits d’un animal dont il s’approprie une qualité.

« Quand je serai Raton-laveur, je garderai mon masque de Zorro ».

« Quand je serai Tigre, je ne mangerai plus que de la viande, sans couverts et sans serviette ».

« Quand je serai Lapin, avec mes grandes oreilles, j’entendrais tous les secrets des grands ».

« Quand je serai Hibou, je chasserai les cauchemars qui traînent dans les forêts ».

Tassadit, la petite potière et Tassadit, la petite bijoutière, Sadia Tabti

Ecrit par Nadia Agsous , le Samedi, 07 Juin 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Maghreb

. Ecrivain(s): Sadia Tabti

Tassadit, la petite potière, Sadia Tabti, éditions Dalimen, Collection Les Carnets de l’ArtMémoire, Alger, 2013, 42 pages

Tassadit, la petite bijoutière, Sadia Tabti, éditions Dalimen, Collection Les Carnets de l’ArtMémoire, Alger, 2014, 64 pages

 

Deux contes des temps modernes…


Tassadit, la petite potière, et Tassadit, la petite bijoutière sont deux récits, courts, en prose et illustrés, que l’on pourrait aisément ranger dans le registre des « contes ». Imaginés, écrits, illustrés par Sadia Tabti et publiés par les éditions Dalimen, dans la collection Les Carnets de l’Artmémoire, ces contes « des temps modernes » situent l’action des protagonistes, la petite Tassadit et les personnages qui gravitent autour d’elle, dans une double temporalité : à la fois au présent et au passé. Le recours à ce dernier est élaboré par le truchement de la mémoire et de l’Histoire.

Je n’ai pas fait mes devoirs parce que…, Davide Cali et Benjamin Chaud

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mardi, 03 Juin 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Je n’ai pas fait mes devoirs parce que…, Hélium, janvier 2014, 40 p. 12,50 € . Ecrivain(s): Davide Cali et Benjamin Chaud

Voici un livre qui inspirera bon nombre d’écoliers en mal d’excuse, un livre dédié aux cancres d’aujourd’hui et d’hier, « à ne pas mettre entre toutes les mains (surtout pas entre celles des parents ou des professeurs) ».

Un livre plein de loufoquerie et de poésie qui nourrira l’imagination fertile de ceux qui ont besoin d’une nouvelle excuse pour justifier qu’ils n’ont pas fait leurs devoirs. Car le problème est bien qu’on ne peut pas réutiliser sa trouvaille ! Ou serait-ce qu’il y ait encore des devoirs… Mais c’est un autre débat, revenons donc à nos cahiers.

Le jeune héros, vêtu d’un costume rétro et les cheveux en bataille, accompagné de son basset nonchalant, nous est montré au cœur de situations aussi abracadabrantes que désopilantes qui lui tombent dessus comme autant de bombes : destruction de sa maison par un robot géant devenu fou, enterrement de son chat, attaque de singes, de monstres préhistoriques ou de Vikings, effet secondaire pachydermique d’un sirop contre la toux, crise de son frère lycanthrope… Ses outils de travail se sont fait la malle ou ses tentatives d’amélioration pour faire ses devoirs demeurent infructueuses. Décidément, qu’il est dur d’être écolier… lorsque l’on n’a pas fait ses devoirs !

On voit tes fesses, Vincent Malone et Vincent Boudgourd

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Vendredi, 23 Mai 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Seuil Jeunesse

On voit tes fesses, mars 2014, 48 pages, 16 € . Ecrivain(s): Vincent Malone et Vincent Boudgourd Edition: Seuil Jeunesse

 

Quoi de plus réjouissant que de voir en pleine page ce dont on doit taire le nom ? Quoi de plus jouissif que d’éclater de rire face à une situation incongrue ? Et qu’en plus se dévoile cette partie méprisée de notre anatomie : les fesses ? Les jeunes lecteurs vont adorer cet album culte, commis par le duo Malone et Boudgourd.

Sur chacune des pages de cet album très grand format – qui est déjà un vrai régal à voir et à manipuler –, est saisie au vol une apparition de ces appendices charnus, croqués par le trait brouillon, excessif et rétro de l’illustrateur que nous avions déjà croisé avec le Zarbi Zoo. Quant à l’auteur, il se déchaîne, se surpasse, délaissant brièvement Kiki ou ses revisitations de contes.

En quelques phrases au ton sobre et journalistique, maniant un vocabulaire des plus châtiés, Vincent Malone, maître ès humour, apporte la légende de ces arrêts sur image désopilants et leur refrain impayable : « On voit tes fesses ! ». Le contraste obtenu entre le sérieux des textes et l’apparition saugrenue des fesses dans des contextes tout à fait inattendus, constitue une source de comique inépuisable.

L’Ogre au pull vert moutarde, Marion Brunet

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Vendredi, 18 Avril 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres

L’Ogre au pull vert moutarde, illustrations Till Charlier, Ed. Sarbacane, mars 2014, 160 p. 9,90 € . Ecrivain(s): Marion Brunet

 

Si l’on vous annonçait qu’un ogre rôde dans votre quartier, cela vous ferait probablement sourire et vous rappellerait peut-être quelques lointains souvenirs de contes de fées… L’ogre, de nos jours, est un personnage tellement surfait…

Pourtant lorsque leur éducateur leur annonce la venue d’un nouveau veilleur de nuit, c’est bien ce qui arrive à Abdou et Yoan, deux garçons bien d’aujourd’hui. Deux garçons qui ne sont pas des anges, des durs à cuire qui vivent dans un foyer pour enfants : de ceux à qui on ne la raconte pas. Deux petits gars qui sont bien loin de s’attendre à se retrouver nez à nez avec un ogre, géant, puant et surtout affamé, qui les considère comme une collation idéale, tendre et juteuse.

Pensant avoir affaire avec un adulte normal, Abdou et Yoan passent en revue, comme à l’accoutumée, les différentes stratégies à leur disposition pour faire tourner le nouveau venu en bourrique. Choisiront-ils « l’approche sournoise, dite Feinte du Serpent » ou rafale de demandes et réclamations en duo ou « l’approche frontale dite Attaque Nucléaire » technique de raffut collective des plus désagréables ou bien encore « l’approche bizarre dite T’as le bonjour du fou » ? Veuillez vous référer au bonus N°3 pour l’explicitation détaillée de chacune de ces techniques.