Identification

Ecrits suivis

J’étais à deux pas de la Ville Impériale (5/10)

Ecrit par Didier Ayres , le Mercredi, 01 Octobre 2014. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

Autour d’un billard électrique


C’est oui ?

C’est non.

Dis-lui.

C’est non.

J’ai trois fois moins de moyens que toi.

J’ai dit cela ?

Une seule aurait suffi.

Regarde, le bureau, tout est bien posé, les livres avec les livres, les différents dossiers ensemble, et le porte-documents rouge de mon père, bien mis à côté.

J’étais à deux pas de la Ville Impériale (4/10)

Ecrit par Didier Ayres , le Jeudi, 25 Septembre 2014. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

 

 

Dans un jardin d’hiver, l’hiver


Que faire ? Oui, que faire ?

Regarde son allure.

C’est un bel objet.

Cela veut dire ?

Juste une heure.

Regarde-le à l’envers.

Un verre ?

Non ?

J’étais à deux pas de la Ville Impériale (3/10)

Ecrit par Didier Ayres , le Mercredi, 17 Septembre 2014. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

La symphonie fantastique


Le photographe de Vanity-Fair, comme s’il avait bu, comme s’il avait bu.

Embrassons-nous.

Une nuit.

C’est toujours dans le même sens.

Passe.

Donne.

Redonne.

C’est prohibé.

J’étais à deux pas de la Ville Impériale (2/10)

Ecrit par Didier Ayres , le Mardi, 09 Septembre 2014. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

Deux amis qui se ressemblent


Je sais.

On souffre.

Pour mourir ?

Non, de ne pas dormir.

Tu peux mourir à la suite d’un mauvais dosage.

Moi ?

C’est à cause du surdosage.

Un abus.

Non.

J’étais à deux pas de la Ville Impériale (1/10)

Ecrit par Didier Ayres , le Jeudi, 04 Septembre 2014. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

Texte pour le théâtre créé durant les manifestations à la mémoire de Bernard-Marie Koltès au printemps 2009 à Metz, résidence d’écriture rendue possible par la DRAC livre Lorraine et la ville de Metz.

 

-I-

La notoriété ?

Tu veux dire ?

Cette actrice ne mangeait pas et elle trinquait au gin une partie de la nuit.

Tu veux dire ?

Tu sais quelque chose ?

Alors, un baiser.

Non ?