Identification

Ecrits suivis

Clore (2), par Didier Ayres

Ecrit par Didier Ayres , le Vendredi, 20 Novembre 2015. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

Comme dans les cloîtres italiens, là, autour d’un jardin. J’ai connu des difficultés morales très graves, et j’ai même été hospitalisé chez les aliénés durant mon voyage en Italie. Mais, ce qu’il me reste, ce sont des images extraordinaires, la chambre d’hôtel devant Pise, et la clarté de la Voie Lactée, l’impression d’être du cristal, moi-même, délicat comme du cristal. C’est évidemment impossible à connaître dans un état normal. Mais, là, tout paraissait vrai, beau et vrai, même si après j’ai été très malade et qu’il a fallu me désintoxiquer.

Téléphone ?

Je ne crois pas.

Si, téléphone. Téléphone !

Non, la pluie.

La pluie ? La pluie. Comme c’est drôle.

Jean et Jean-Pierre Giraudoux : le poème du Père et du Fils (3), Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Jeudi, 19 Novembre 2015. , dans Ecrits suivis, Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

 

 

 

 

Vous fermez les yeux

 

Vous revoyez

Cette ville

 

À clochers et à pignons

Que vous avez vue

Jean et Jean-Pierre Giraudoux : le poème du Père et du Fils (2)

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Mercredi, 11 Novembre 2015. , dans Ecrits suivis, Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

 

 

 

 

Vous avez été trouvé nu

Sans mémoire

Sans langage

 

Dans un amas de blessés

 

Maintenant vous parlez

Et vous vous taisez

Clore (1), par Didier Ayres

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 09 Novembre 2015. , dans Ecrits suivis, Ecriture, La Une CED

 

« Ce qui inquiète et passionne l’humanité, c’est la naissance et le passage des dieux, des saints et des héros »

Louis Jouvet

2014

 

Un hôtel plongé dans le noir. C’est sans doute une panne. Il y a cependant diverses parties du bâtiment que l’on aperçoit. Une sorte de jardin d’hiver que l’on dirait à l’abandon. La première volée d’un petit escalier étroit. En tout cas, on pourrait imaginer le décor de cette pièce comme celui que j’ai vu dans les années 80 sur la scène du Théâtre de la Ville et qui représentait une piscine sans eau tout à fait envahie par la moisissure et la végétation. Nous sommes peut-être aussi dans un manoir vétuste. Les personnages sont habillés de gris ; chapeaux gris, chaussures grises, pardessus gris. Il y a aussi beaucoup de bagages, des cartons vides. Peut-être est-ce la réunion d’un automobile-club de province ?

Jean et Jean-Pierre Giraudoux : le poème du Père et du Fils (1)

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Jeudi, 05 Novembre 2015. , dans Ecrits suivis, Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

 

 

 

 

Jean et Jean-Pierre Giraudoux

Nous parlent

 

À chaque instant

Ils nous disent

 

Nous parlant

Ils parlent de nous